Gli Italiani – song drop / new collabs with IL CAMALEONTE (UK)

IL BARDO, ANAM HERMIT, TUBO DJ meet IL CAMALEONTE – HipHop Italie/ UK

IL CAMALEONTE (Andrew Doyle) the British indie composer and poet joins his Italian friends IL BARDO (Valerio di Pasquale), TUBO DJ and ANAM HERMIT to create some powerful and unique multilingual songs in collaboration across borders and timelines on stunning tracks. Nothing can stop the necessity of creation be it in music, media oyet!

ANAM HERMIT

Non sono un cantante, ne un musicista e tanto meno un rapper.. scrivo per necessità. Mi piacerebbe molto se qualcuno più capace di me decidesse di reinterpretare le mie parole.

TUBO DJ

Experimental musician, I love sampling, breaking up and reassembling the fragments …. I have been working with musicians of various kinds and for some time together with my partner anam we have been producing rare pearls of a new hip hop.

Never let a good crisis go to waste is what positive energy insists on sharing spontaneously! Computer assisted music and vibrant spokenword have come a long way since the early 90’s… Some chose DJ’ing others combine VJ skills and media intervention with their music and videos!

IMRE LODBROG ET SA PETITE AMIE

Imre Lodbrog et Sa Petite Amie are launching their new album, (Parenthèse).

Imre Lodbrog et Sa Petite Amie are launching their new album, (Parenthèse). Join us for a live performance of a few of the songs! Get the album here: https://music.apple.com/us/album/pare… . Listen to their podcast here: https://anchor.fm/imrelodbrogetsapeti… . And if you really can’t get enough, you can get their first album here: https://music.apple.com/us/album/imre… . And here’s their book: https://www.amazon.com/Hell-Imre-Lodb… . Happy Mother’s Day!

MANY MORE VIDEOS:

www.youtube.com/channel/UCS-LF5lC9TbEqUnR12S7edw/videos

https://www.youtube.com/user/convoiexceptionnel/

BARABARA BROWNING / IMRE LODBROG (SÉBASTIEN RÉGNIER)

Mensonges dissimulés

GIF: Dominic Pons – Xponentialdesign

Le Dr Joseph Mercola ou les mensonges dissimulés derrière la soi-disant pandémie induite par ceux qui n’ont pas reçu d’injections contre le Covid-19

Dr Joseph Mercola — Mercola.com – Sott.net / jeu., 19 août 2021 14:41 UTC

Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies, la Maison Blanche et la plupart des médias grand public [et relativement dans tous les pays occidentaux – NdT], nous sommes actuellement confrontés à une « pandémie de personnes non vaccinées »[1]. Selon le récit officiel, 99 pour cent des décès liés au Covid-19 et 95 pour cent des hospitalisations liées au Covid-19 se produisent parmi les personnes non injectées. Lors d’un point presse de la Maison Blanche le 16 juillet 2021[2], le Dr Rochelle Walensky, directrice du CDC, a affirmé que

« plus de 97 pour cent des personnes qui entrent à l’hôpital en ce moment ne sont pas vaccinées. »

Mais comme l’a rapporté Laura Ingraham, présentatrice de Fox News, dans l’émission The Ingraham Angle, « cette statistique est grossièrement trompeuse »[3] et, dans une déclaration vidéo du 5 août 2021, Walensky a par inadvertance révélé comment cette statistique de 95 pour cent à 99 pour cent a été créée.

https://www.sott.net/
Manipulation de données trompeuses jusqu’à l’obscénité

Il s’avère que pour obtenir ces statistiques, le CDC a inclus des données sur les hospitalisations et la mortalité de janvier à juin 2021. Ils n’ont pas inclus de données plus récentes ni de données relatives au variant Delta, la souche la plus répandue en circulation désormais. Le problème est que la grande majorité de la population des États-Unis n’était pendant cette période pas inoculée avec ces produits expérimentaux nommés « vaccins » anti-Covid-19.

Le 1er janvier 2021, seulement 0,5 pour cent de la population des États-Unis avait reçu une injection anti-Covid-19. À la mi-avril, on estime que 31 pour cent de la même population avait reçu une ou plusieurs injections[4] et, au 15 juin, 48,7 pour cent étaient complètement « vaccinée »[5]. N’oubliez pas que vous n’êtes pas considéré comme ayant été « complètement vacciné » avant deux semaines après votre deuxième injection (dans le cas de Pfizer ou Moderna), qui est administrée six semaines après la première. C’est ce qu’indiquent les CDC[6].

Ainsi, les personnes qui reçoivent une première injection en juin, par exemple, ne seront « totalement vaccinées » que huit semaines plus tard, en juillet ou en août. En utilisant les statistiques d’une période où les États-Unis dans leur ensemble étaient largement non « vaccinés », le CDC prétend maintenant que nous faisons face à une « pandémie induite par les non-inoculés contre le Covid-19 », dans le but de diaboliser ceux qui n’ont toujours pas accepté de recevoir cette injection expérimentale OGM.

La pression sélective favorise l’émergence de nouveaux variants

Voici ce que le professeur Byram Bridle, immunologiste canadien spécialiste des virus et chercheur en vaccinologie, a déclaré à Ingraham au sujet de l’affirmation selon laquelle nous sommes confrontés à une « pandémie » induite par les populations non-inoculés contre le Covid-19 et que ces dernières constituent des pépinières pour des variants dangereux :

« Absolument, il est faux de qualifier cette « pandémie » de pandémie de personnes non « vaccinées ». Et il est certainement faux […] de dire que les personnes non « vaccinées » sont en quelque sorte à l’origine de l’émergence de nouveaux variants. Cela va à l’encontre de tous les principes scientifiques que nous comprenons.

La réalité est que la nature des « vaccins » que nous utilisons actuellement, et la manière dont nous les déployons, vont exercer une pression sélective sur ce virus [Sras-CoV-2 et ses variants – NdT] pour favoriser l’émergence de nouveaux variants. Encore une fois, ceci est basé sur des principes solides.

Il nous suffit de penser à […] l’émergence de la résistance aux antibiotiques […] Le principe est le suivant : si vous avez une entité biologique qui est sujette à la mutation — et le Sras-CoV-2, comme tous les coronavirus, est sujet à la mutation — et que vous appliquez une pression sélective étroitement ciblée qui n’est pas létale, et que vous le faites sur une longue période de temps, c’est le meilleur moyen de favoriser l’émergence de nouveaux variants.

C’est exactement ce que nous faisons. Nos « vaccins » se concentrent sur une seule protéine du virus [la protéine Spike – NdT], de sorte que le virus ne doit modifier qu’une seule protéine, et les « vaccins » sont loin de fournir une immunité définitive.

Les personnes « vaccinées » continuent d’être infectées, le « vaccin » semble seulement être particulièrement efficace pour atténuer la maladie. Ce que cela signifie, c’est que ces « vaccins », dans la grande majorité des cas, exercent une pression non létale, étroitement concentrée sur une seule protéine, et que le « vaccin » se déploie sur une longue période. C’est cette approche favorise l’apparition de variants. »

Fox News – USA

L’immunité naturelle offre une protection bien supérieure

Le professeur Bridle explique également pourquoi l’immunité naturelle offre une protection solide contre toutes les variants, alors que l’immunité induite par le produit expérimental nommé « vaccin » anti-Covid-19 ne le peut pas. Lorsque vous contractez l’infection de manière naturelle, votre organisme développe des anticorps contre TOUTES les protéines virales, alors que les injections expérimentales anti-Covid-19 ne développent des anticorps que contre UNE SEULE, à savoir la protéine Spike.

Note du traducteur : Voir cette excellente vidéo sous-titrée en français qui montre de façon très simple le fonctionnement de ce qui précède : https://odysee.com/$/embed/Geert-Vanden-Bossche-1/0f8fb8c24b9a12f5caf522639f865c568a60d2c2?r=JDCBJZQJN4Hr5fuhpmPWxWfAsqCsvC6M

Voir aussi nos articles sur ce sujet :

Comme indiqué plus haut, lorsque vous avez des anticorps contre une seule des protéines virales, le virus n’a besoin de procéder qu’à la mutation de cette SEULE protéine pour échapper à votre système immunitaire. En revanche, lorsque vous bénéficiez d’une immunité naturelle, vos anticorps reconnaissent toutes les parties du virus. Ainsi, même si la protéine Spike a subi une mutation, votre organisme reconnaîtra d’autres parties du virus et organisera une attaque contre celles-ci.

Le fait que le Sras-CoV-2 fonctionne de la même manière que les autres virus a été démontré dans une étude menée par Alessandro Sette et Shane Crotty, et publiée en octobre 2020 dans Nature Reviews Immunology[7]. Dans cette étude, intitulée « Cross-Reactive Memory T Cells and Herd Immunity to SARS-CoV-2 » [Cellules T mémoires à réactivité croisée et immunité collective contre le Sras-CoV-2 – NdT], les auteurs soutiennent que l’immunité acquise naturellement contre le Sras-CoV-2 est puissante, durable et de très large portée, car vous développez à la fois des anticorps et des cellules T qui ciblent plusieurs composants du virus et pas uniquement un seul.

Si nous devons dépendre de l’immunité induite par les produits expérimentaux nommés « vaccins » anti-Covid-19, comme les responsables de la santé publique nous y invitent, nous nous retrouverons dans une spirale de rappels d’injections sans fin. Ces rappels seront [prétendument – NdT] absolument nécessaires, dans la mesure où le produit expérimental nommé « vaccin » anti-Covid-19 n’offre qu’une protection extrêmement limitée et ce contre une seule protéine du virus. Les données recueillies dans le monde entier montrent déjà que la protection induite par le produit expérimental nommé « vaccin » anti-Covid-19 s’affaiblit rapidement face à l’apparition de nouveaux variants, et Moderna a déclaré publiquement que des rappels supplémentaires seraient nécessaires[8].

À quel point le variant Delta est-il dangereux ?

Selon le Dr Anthony Fauci, le variant Delta est à la fois plus transmissible et plus dangereux que le virus original et les variants précédents. Le 4 juillet 2021, il a déclaré à NBC News[9] :

« Il est plus efficace et efficient dans sa capacité de transmission de personne à personne. Et selon les études que nous avons vues qui indiquent qu’il s’agit du variant dominant dans d’autres pays, il est clair qu’il semble être plus mortel dans le sens où il est plus grave — il favorise l’apparition de maladies plus graves qui entraînent des hospitalisations et, dans certains cas, des décès. »

Dans une interview donnée le 29 juin 2021[10], Fauci a déclaré que le variant Delta « change la donne » pour les personnes qui ne sont pas injectées avec les produits expérimentaux nommés « vaccins » anti-Covid-19, et a averti que ce variant Delta dévasterait la population non « vaccinées » alors que les personnes qui le sont en sont protégées.

« Le variant Delta est plus contagieux mais il est beaucoup moins mortel, beaucoup moins inquiétant. En fait, il s’agit d’un virus bien plus faible que les variants britannique [Alpha] et sud-africain [Beta]. »

~ Dr Peter McCullough

N’oubliez pas que Fauci n’est pas un clinicien et n’a jamais traité une personne infectée par le Sras-CoV-2. D’autres experts de la santé et des médecins praticiens qui traitent des patients atteints du Covid-19 ne sont pas d’accord avec les affirmations de Fauci, et ils affirment que non seulement le variant Delta n’est pas plus dangereux, mais qu’il n’est certainement pas plus dangereux pour les personnes non «vaccinées ».

https://www.youtube.com/embed/GYQjncRb4L4?wmode=opaque
Comme l’a rapporté Ingraham en juin 2021 (vidéo ci-dessus), il existe une théorie de la génétique de l’évolution appelée « cliquet de Muller », selon laquelle, lorsqu’une épidémie commence à s’essouffler, le virus a tendance à muter vers une forme plus transmissible, mais il devient en même temps plus faible et provoque une infection bien moins grave. Selon le Dr Peter McCullough, épidémiologiste et cardiologue, c’est exactement ce que nous observons. Il a dit à Ingraham :

« La bonne nouvelle, c’est que le 18 juin, le Royaume-Uni a présenté son 16e rapport[11] sur les mutations — et il fait un excellent travail, bien meilleur que notre CDC — et ce qu’il a démontré, c’est que le variant Delta est plus contagieux mais il est beaucoup moins mortel, beaucoup moins inquiétant. En fait, il s’agit d’un virus bien plus faible que les variants britannique [Alpha] et sud-africain [Beta]. »

Les mutations de la protéine Spike rendent les « vaccinés » vulnérables au variant Delta

Fait important, le variant Delta contient trois mutations différentes, toutes au sein de la protéine Spike. Ceci, explique McCullough, permet à ce variant d’échapper aux réponses immunitaires chez ceux qui ont reçu les injections expérimentales nommés « vaccins » anti-Covid-19 — mais pas chez ceux qui ont une immunité naturelle qui, encore une fois, offre une protection bien plus large. Lors d’une apparition sur Fox News le 30 juin 2021 (vidéo), McCullough a déclaré[12] :

« Il ressort très clairement du Briefing technique[13] britannique publié le 18 juin que le « vaccin » ne confère aucune protection contre le variant Delta. Il s’agit d’un variant très bénin.

Que vous soyez « vacciné » ou pas, les patients auront des symptômes très légers, comme un rhume, et ils peuvent être facilement pris en charge […] Les patients qui présentent des symptômes graves ou qui sont à haut risque peuvent utiliser des combinaisons de médicaments simples à la maison pour les aider à surmonter la maladie. Il n’y a donc aucune raison aujourd’hui de pousser les injections [soi-disant – NdT] vaccinales. »

Le directeur scientifique de Children’s Health Defense, le professeur Brian Hooker, a fait écho aux sentiments de McCullough. The Defender cite Hooker[14] :

« Ce que nous voyons, c’est l’évolution du virus 101. Les virus aiment survivre, donc tuer l’hôte — c’est-à-dire l’humain infecté — va à l’encontre du but recherché, car tuer l’hôte tue aussi le virus. C’est pourquoi les nouveaux variants des virus qui circulent largement dans la population ont tendance à devenir plus transmissibles mais moins pathogènes. En d’autres termes, ils se propagent plus facilement d’une personne à l’autre, mais ils causent moins de dommages à l’hôte.

Le vaccin se concentre sur la protéine Spike, alors que l’immunité naturelle se concentre sur l’ensemble du virus.

L’immunité naturelle — avec une gamme plus diversifiée d’anticorps et de récepteurs des lymphocytes T — fournira une meilleure protection globale car elle pourra s’attaquer au virus en agissant sur un plus grand nombre de cibles, alors que l’immunité dérivée du [soi-disant – NdT] vaccin ne se concentre que sur une partie du virus, dans ce cas, la protéine Spike. Une fois que cette partie du virus a suffisamment muté, le [soi-disant – NdT] vaccin n’est plus efficace. »

Les réelles données mondiales montrent que la plupart des personnes infectées sont entièrement « vaccinées »

En dépit de ce que les médias, le CDC et les responsables de la Maison Blanche nous disent, les réelles données mondiales provenant de régions où le taux de « vaccination » contre le Covid-19 est élevé montrent tout le contraire. Outre le Briefing technique britannique n°16[15] cité plus haut, nous disposons de données supplémentaires provenant d’Israël, d’Écosse, du Massachusetts et de Gibraltar :

  • Le 1er août 2021, la directrice des services de santé publique d’Israël, le Dr Sharon Alroy-Preis, a annoncé que la moitié de toutes les infections au Covid-19 concernaient des personnes entièrement « vaccinées »[16]. Elle ajoute que des signes de maladie plus grave chez les personnes entièrement « vaccinées » sont par ailleurs en train d’apparaître, en particulier chez les personnes de plus de 60 ans.

Quelques jours plus tard, le 5 août, le Dr Kobi Haviv, directeur de l’hôpital Herzog de Jérusalem, est apparu sur la chaîne 13 News, indiquant que 95 pour cent des patients gravement atteints par le Covid-19 sont entièrement « vaccinés », et qu’ils représentent 85 à 90 pour cent de l’ensemble des hospitalisations liées au Covid[17]. Au 2 août 2021, 66,9 pour cent des Israéliens avaient reçu au moins une injection Pfizer, le seul produit expérimental nommé « vaccin » anti-Covid-19 qui soit utilisé en Israël ; 62,2 pour cent avaient reçu deux injections[18].

  • En Écosse, les données officielles sur les hospitalisations et les décès montrent que 87 pour cent des personnes décédées du [ou avec le -NdT] Covid-19 lors de la troisième vague qui a débuté début juillet étaient « vaccinées »[19].
  • Une enquête des CDC sur une épidémie survenue entre le 6 et le 25 juillet 2021 dans le comté de Barnstable, dans l’État du Massachusetts, a révélé que 74 pour cent des personnes ayant reçu un diagnostic positif au Covid-19, et qui constituaient 80 pour cent des hospitalisations, faisaient partie des personnes entièrement « vaccinées »[20,21]. La plupart, mais pas toutes, avaient contracté le variant Delta du virus.

Le CDC a également constaté que les personnes entièrement « vaccinées » qui contractent l’infection ont une charge virale aussi élevée dans leurs voies nasales que les personnes non vaccinées qui sont infectées[22]. Cela signifie que les personnes « vaccinées » sont tout aussi infectieuses que celles qui ne le sont pas.

  • À Gibraltar, où le taux de soumission au « vaccin » anti-Covid-19 est de 99 pour cent, les cas de Covid ont augmenté de 2 500 pour cent depuis le 1er juin 2021[23].

Note du traducteur : Où l’on se rend compte que « complètement vacciné » commence à ne plus vouloir dire grand chose : au début c’était une injection, ensuite deux injections, maintenant on parle ici et là de trois injections, bientôt la quatrième, etc. À ce rythme, personne ne sera jamais « complètement vacciné » et ils nous emmènent vers un abonnement mensuel.

Même si ceux qui ont tout intérêt à ce que la pandémie se poursuive voudraient que vous soyez effrayé à l’idée du variant Delta, rien ne prouve qu’il soit pire que l’original. Il est plus transmissible, certes, mais étant donné que ses principaux symptômes sont ceux d’un rhume ordinaire, il est beaucoup moins dangereux.

Selon des professeurs de Harvard et de Stanford, le nombre réel de citoyens des États-Unis qui meurent du ou avec le Covid-19 n’a jamais été aussi bas, l’alarmisme n’est donc pas justifié[24].

Quant aux messages viraux publiés sur les médias sociaux par des médecins et des infirmières affirmant que les hôpitaux débordent de patients non « vaccinés » contre le Covid-19, ne les croyez pas. La plupart sont des messages envoyés par des robots. Nous avons constaté à plusieurs reprises que les messages alarmistes sont diffusés non pas par des personnes réelles, mais par de faux comptes gérés par une intelligence artificielle. Ceci inclut les « blue check accounts » [des messages pour lesquelles l’identité des utilisateurs a été vérifiée par Twitter – NdT]. Voici un échantillon de récents tweets issus des « bots farm » [des robots en réseau organisé dont le but est de créer des comptes de spam sur les médias sociaux – NdT] qui tentent d’effrayer tout le monde[25] :
© mercola.com© mercola.comNe craignez pas le variant Delta, il suffit de le soigner

Pour conclure, rappelez-vous qu’il existe plusieurs protocoles de traitement différents contre le Covid-19 qui semblent tout aussi efficaces pour les variants que pour le virus original, notamment les suivants :

Faits vérifiés.Déclaration disponible ici.

Notes & références

[1] The New York Times, July 16th 2021
[2] WH.gov Press Briefing, July 16th 2021
[3] Fox News
[4] Bloomberg, COVID Vaccine Tracker, see US Vaccinations vs Cases graph, top portion
[5] Mayo Clinic, COVID Vaccine Tracker
[6] CDC.gov., When You’ve Been Fully Vaccinated Updated July 27th 2021
[7] Nature Reviews Immunology, October 6th 2020; 20: 709-713
[8] The Hill, August 5th 2021
[9] NBC News July 4th 2021
[10] PBS News Hour, June 29th 2021
[11, 13, 15] Public Health England, SARS-CoV-2 Variants Technical Briefing 16, June 18th 2021 (PDF)
[12] Covidcalltohumanity.org, July 5th 2021
[14] The Defender, August 3rd 2021
[16] Bloomberg, August 1st 2021 (Archived)
[17] American Faith, August 8th 2021
[18] Our World in Data, Data for Israel
[19] The Daily Expose, July 29th 2021
[20] CDC MMWR, July 30th 2021; 70
[21] CNBC, July 30th 2021
[22] NBC News,August 7th 2021
[23] Big League Politics, August 4th 2021
[24] FEE.org July 28th 2021
[25] Padrak, Vaccine Propaganda Bot Farms (PDF)
[26] Science, Public Health Policy and The Law July 2020; 1: 4-22 (PDF)
[27] Orthomolecular Medicine News Service, June 21th 2021

Quatre scénarios

Quatre scénarios qui pourraient sonner le glas des États-Unis tels que nous les connaissons dans un avenir très proche.

Un atterrissage en douceur pour l’Amérique dans 40 ans ? Ne pariez pas là-dessus. La disparition des États-Unis en tant que superpuissance mondiale pourrait survenir beaucoup plus rapidement qu’on ne l’imagine. Si Washington rêve de 2040 ou 2050 comme la fin du siècle américain, une évaluation plus réaliste des tendances nationales et mondiales suggère qu’en 2025, dans seulement 15 ans, tout pourrait être terminé, à l’exception des cris.

Malgré l’aura de toute-puissance que projettent la plupart des empires, un regard sur leur histoire devrait nous rappeler qu’ils sont des organismes fragiles. Leur écologie du pouvoir est si délicate que, lorsque les choses commencent à vraiment mal tourner, les empires s’effondrent régulièrement à une vitesse impie : juste un an pour le Portugal, deux ans pour l’Union soviétique, huit ans pour la France, 11 ans pour les Ottomans, 17 ans pour la Grande-Bretagne, et, selon toute vraisemblance, 22 ans pour les États-Unis, à compter de l’année cruciale 2003.

Dominic Pons @Xponentialdesign

Comme une demi-douzaine de nations européennes l’ont découvert, le déclin impérial a tendance à avoir un impact remarquablement démoralisant sur une société, entraînant régulièrement au moins une génération de privations économiques. Alors que l’économie se refroidit, les températures politiques augmentent, provoquant souvent de graves troubles intérieurs. Les données économiques, éducatives et militaires disponibles indiquent que, en ce qui concerne la puissance mondiale des États-Unis, les tendances négatives s’agrégeront rapidement d’ici 2020 et devraient atteindre une masse critique au plus tard en 2030. Le siècle américain, proclamé si triomphalement au début de La Seconde Guerre mondiale sera en lambeaux et s’estompera d’ici 2025, sa huitième décennie, et pourrait appartenir à l’histoire d’ici 2030.

De manière significative, en 2008, le National Intelligence Council des États-Unis a admis pour la première fois que la puissance mondiale des États-Unis était en effet sur une trajectoire de déclin. Dans l’un de ses rapports périodiques futuristes, Global Trends 2025, le Conseil a cité : « Le transfert de la richesse mondiale et de la puissance économique est maintenant en cours, à peu près de l’Ouest vers l’Est sans précédent dans l’histoire moderne, en tant que principal facteur du déclin de la force relative des États-Unis – même dans le domaine militaire. » Comme beaucoup à Washington, cependant, les analystes du Conseil anticipaient un atterrissage très long et très doux pour la prééminence mondiale américaine, et nourrissaient l’espoir que d’une manière ou d’une autre les États-Unis conserveraient longtemps « des capacités militaires uniques… pour projeter une puissance militaire mondiale » pendant des décennies pour venir.

Pas de chance. Selon les projections actuelles, les États-Unis se retrouveront à la deuxième place derrière la Chine (déjà la deuxième économie mondiale) en termes de production économique vers 2026, et derrière l’Inde d’ici 2050. De même, l’innovation chinoise est sur une trajectoire de leadership mondial en sciences appliquées et la technologie militaire entre 2020 et 2030, juste au moment où l’offre actuelle de brillants scientifiques et ingénieurs de l’Amérique prend sa retraite, sans remplacement adéquat par une jeune génération mal éduquée. D’ici 2020, selon les plans actuels, le Pentagone lancera un laissez-passer militaire Je vous salue Marie pour un empire mourant.

Il lancera une triple canopée mortelle de robotique aérospatiale avancée qui représente le dernier meilleur espoir de Washington de conserver sa puissance mondiale malgré son influence économique décroissante. D’ici cette année, cependant, le réseau mondial de satellites de communication de la Chine, soutenu par les superordinateurs les plus puissants du monde, sera également pleinement opérationnel, fournissant à Pékin une plate-forme indépendante pour la militarisation de l’espace et un puissant système de communication pour les missiles ou les cyber-attaques. dans tous les quadrants du globe. Enveloppée d’orgueil impérial, comme Whitehall ou Quai d’Orsay avant elle, la Maison Blanche semble encore imaginer que le déclin américain sera progressif, doux et partiel. Dans son discours sur l’état de l’Union en janvier dernier, le président Obama a assuré que « je n’accepte pas la deuxième place pour les États-Unis d’Amérique ».

Quelques jours plus tard, le vice-président Biden a ridiculisé l’idée même que « nous sommes destinés à accomplir la prophétie de [l’historien Paul] Kennedy selon laquelle nous allons être une grande nation qui a échoué parce que nous avons perdu le contrôle de notre économie et que nous nous sommes trop étendus ». De même, écrivant dans le numéro de novembre du journal de l’establishment Foreign Affairs, le gourou néolibéral de la politique étrangère Joseph Nye a écarté toute discussion sur la situation économique et économique de la Chine.

Suite: https://www.sott.net/article/457102-How-America-will-collapse-by-2025

COLLABORATORY

Dominique Le Bars, Imre Lodbrog, Barbara Browning, Il Bardo, Jake Dasilva, Il Camaleonte and I…

Dominique Le Bars: @dominique-le-bars
Imre Lodbrog: @imre-lodbrog
Barbara Browning: @barbarabrowning
Il Bardo: @valerio-de-pasquale
Jake Dasilva: @jake-dasilva-uk
Il Camaleonte: @andrew-doyle-32194121

« A mixture of styles by a bunch of musicos that I have been listening to for some time. I’m not trying to bring together tracks that are similar or the most dissimilar as possible in this collaborative exercise. They are above all people with whom I have the privilege of exchanging words despite the distance that separates us. »

« Un mélange de styles par une brochette de musicos que j’écoute depuis un certain temps. Je ne cherche pas à réunir des pistes qui se ressemblent ni les plus dissemblables possibles dans cet exercice collaborateur. Ce sont avant tout des personnes avec qui j’ai le privilège d’échanger des mots malgré la distance qui nous sépare. »

Una miscela di stili di un gruppo di musico che ascolto da un po’ di tempo. Non sto cercando di riunire tracce simili o quanto più dissimili possibile in questo esercizio collaborativo. Sono soprattutto persone con cui ho il privilegio di scambiare parole nonostante la distanza che ci separa.

– DanleMiel

21 LIFE BITES pour 2021

Les yeux grands ouverts criant famine

Le gouvernement britannique demandera une aide militaire en raison d’une éventuelle pénurie de nourriture dans les magasins du pays. Selon la publication du Daily Mail, le Royaume-Uni est confronté à une pénurie de 100 000 chauffeurs de camion pour transporter des marchandises vers les supermarchés.

La Grande-Bretagne fait la queue pour la nourriture : Rationnement et pénurie alimentaire en temps de guerre, Londres, Angleterre, Royaume-Uni, 1945.Les problèmes logistiques sont causés non seulement par la pandémie de coronavirus, mais aussi par le Brexit, à la suite duquel de nombreux conducteurs ont quitté le pays.

Commentaire : Donc il y aurait pénurie de nourriture dûe essentiellement aux « méchants  » chauffeurs de camion ? Comme c’est étrange… Peut-être d’autres raisons sont la cause de la pénurie de nourriture, telles que une mauvaise gestion gouvernementale, un plan pour affamer les gens, un plan pour les rendre plus vulnérables et aussi plus dépendants du gouvernement, le Reset, etc.

Est-ce que les coupons de rationnement vont revenir à la mode, comme durant la Seconde Guerre Mondiale ou il y avait pénurie, pour le peuple, de nourriture?

Et puis… avec l’excuse du manque de « méchants » camionneurs, l’armée sera mise en place pour quand la bulle va exploser et que les gens vont vouloir MANGER et qu’il n’y aura pas de nourriture pour tout le monde.

Lire:

Le gouvernement britannique demandera à l’armée 2 000 chauffeurs qui aideront à distribuer de la nourriture et d’autres produits de première nécessité, y compris des médicaments, dans les magasins.

Il est rapporté que les soldats seront logés dans des hôtels et travailleront longtemps pour répondre à la crise.

Le gouvernement devrait soumettre une demande officielle d’assistance militaire « sous peu », précise le Daily Mail.

La pénurie de personnel se fait sentir dans les secteurs du transport, de la logistique, de l’hôtellerie, de l’industrie et construction. De plus, outre le manque de personnel de service, les employeurs ont des difficultés à trouver des financiers, des programmeurs, des comptables et des ingénieurs. Il a été noté que la situation actuelle pourrait entraîner une augmentation des salaires des travailleurs et une augmentation de l’inflation.

RÉCITS INFECTÉS – Collectif

Made in Québec – Fictions sous état de crise, 2020

            Alors que la crise du coronavirus affecte l’ensemble de la population mondiale, c’est précisément une pensée de l’affect, une pensée affectée et infectée par des mots, que nous avons voulu inviter, par ce collectif, à exister autrement. Pour ce faire, les textes du collectif Récits infectés tentent de prendre la mesure tragique, comique, porteuse d’utopies ou de désastres de la crise, et de la traduire à travers un récit. Comment explorer cette pandémie selon une autre forme que celle de la pensée rationnelle, pour incarner plutôt de plain-pied sa force affective? Comment les expériences en temps de crise sont-elles indissociables de cette dimension de l’affect? Comment, enfin, penser à partir du récit, une crise qui continue d’agir sur nous, pour voir les enjeux, les menaces et les espoirs qu’elle fait naître? Ce sont de telles questions qui nous ont poussés à lancer un appel vers des auteurs et autrices, leur demandant de nous faire part de leurs constructions symboliques et imaginaires esquissées dans l’urgence. Ils et elles prenaient alors un risque : celui que l’impossible distance temporelle exige.

            Une vingtaine d’écrivain.e.s se sont prêté.e.s au jeu, et la teneur des textes, tout comme les formes qui les hantent et l’affectation de leur voix, se recoupent, puis s’éloignent. Des liens tentaculaires, à la fois tacites et explicites, résonnent ainsi dans et entre les textes. Au fil de leur déploiement, les écritures affectives du collectif – à la fois infectées et affectées – nous donnent à ressentir et penser comment les « crises » agissent à la fois en elles-mêmes et entre elles, mais aussi comment elles brouillent les frontières entre les corps humains, les corps des textes et les corps sociaux. Et les affects de se transformer en virus, donnant vie et voix aux textes, dans une inter-contamination qui permet de penser non seulement les bouleversements en temps de crise, mais aussi, à son tour, l’écriture comme crise. Se profilent alors, dans le collectif, des liens interrogés face à une famille distante ou retrouvée, tout comme d’acerbes critiques sociales teintées d’un humour grinçant. Et ressurgit aussi tout un imaginaire de l’enfance — souvenirs, contes, légendes… peut-être qu’un détour par une forme plus archaïque de notre rapport au monde permet de le réfléchir alors qu’il est à repenser, à recréer? Force est enfin de constater que la teneur même des récits n’a pu qu’évoluer au fil des écritures : si certain.e.s narrateurs et narratrices entrent à peine en confinement, d’autres déjà en voient la fin; et les derniers textes que nous avons reçus résonnent avec l’indignation contre le racisme systémique et les brutalités policières qui contaminent l’Occident depuis trop longtemps, alors que la mort tragique de George Floyd continue de galvaniser les mouvements de protestations anti-racistes à travers le monde.

            Récits affectés, récits infectés, écrits sur le vif, permettant les erreurs, les errements, les hantises, les folies de ces voix par moments pesées, réfléchies et touchantes; et par d’autres : emportées, enragées, souffrantes, jouissantes — faire parler de telles voix a été le pari de ce collectif.

Léonore Brassard et Benjamin Gagnon Chainey

James bond aux états-désunis

GIF Header: Dominic Pons – www.Xponentialdesign.com

En plus d’essayer de simplement vivre leur vie en ces jours de crise socio-économique, ce qui, Dieu seul le sait, est déjà assez difficile, les gens peuvent à peine démêler les intentions apparemment malveillantes des responsables du monstre que le gouvernement est devenu. Et donc, la question se pose : essaient-ils réellement de tous nous tuer, ou sont-ils si corrompus et stupides que tout ce qu’ils touchent s’effondre ? C’est un ‘no-brainer’ (sans cerveau)!
En premier, vous avez cette galerie de méchants internationaux tirés d’un livre de jeu de James Bond : Bill Gates, Klaus Schwab et George Soros – des mégalomanes armés de méga-argent, une recette pour les ennuis – représentant l’émergence d’un monde – soit disant régime salvateur, de concert avec les dirigeants nationaux laquais. Leur récit va comme ceci: Les humains se sont trop répliqués, comme des asticots dans une poubelle, ils saccagent la planète et engloutissent (nos) ressources, et nous devons trouver un moyen de nous en débarrasser qui ressemble à une catastrophe naturelle afin que les pouvoirs cachés- ne soient pas blâmé pour avoir répété un Auschwitz mondial.


D’où le Covid-19 et les vaccinations sommaires. (« The Great Reset. » Vous serez mort et vous l’aimerez !) Je dois dire que je n’aime pas cette histoire, même si ce trio a joué son rôle dans des actescènes dignes des méchants de fil de série B. Je souscris plutôt à ce dernier scénario : la probabilité que nous soyons dans un amas de dilemmes que nous ne pouvons que prétendre gérer, et que tous nos prétextes de contrôle et de gestion ne font qu’empirer les choses, tout en se moquant de l’ingéniosité humaine. Cela n’exclut pas un élément de cupidité personnelle et de tentative de marchandage de pouvoir, mais regardez, par exemple, où tout cela a laissé le malheureux Dr Tony Fauci.


Non seulement il a financé le développement du virus Covid-19 afin qu’il puisse héroïquement produire un super-vaccin et de se tailler une place dans le panthéon des Grands Hommes de l’Histoire (et gagner de l’argent sur sa part de les brevets des vaccins), mais il a tellement bousillé les messages de santé publique que la science elle-même ressemble maintenant à un simple racket maléfique au lieu de la grande réussite qu’elle était. Sa réputation est mise à mal et il pourrait finir ses jours dans une combinaison orange en faisant des exercices d’incendie chinois de haut en bas sur le terrain d’exercice du pénitencier fédéral de Lewisburg. Quoi qu’il en soit, l’histoire de Covid-19 est maintenant en train de s’effondrer et les actions officielles qui l’entourent semblent désespérément idiotes.


C’est le retour des masques de masse et peut-être même des couvre feux sans compter les piqures de rappel à la tout va bien. Mais ne vous imaginez pas que ces vaccins à ARNm se sont avérés avoir une courte demi-vie – bien que cela y ressemble un peu. Auquel cas, pourquoi cette course de panique pour faire vacciner absolument tout le monde ?


Et comment ça marche ? Je vais vous dire comment : seulement avec des tentatives ultimes d’intimidation totalitaire… vous n’aurez aucun droit de gagner votre vie, de sortir en public, d’acheter quoi que ce soit, ou même de protester dans la rue contre l’une de ces insultes à la dignité humaine.
Le monde n’a jamais vu le lancement d’un ballon de plomb aussi gigantesque. Toute la semaine, l’hystérie s’est installée et maintenant le ballon tombe sur terre alors que le CDC se prépare à annoncer que les vaccins sont assez robustes contre la « variante Delta » et c’est le retour à la planche à dessin pour tous les myrmidons laborieux de Big Pharma. La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a-t-elle obtenu des informations privilégiées à ce sujet, s’étant nommée shérif masquée du Capitole des États-Unis, menaçant maintenant d’arrêter les membres non masqués et leurs employés.


En effet, même quelques membres du Congrès complètement énervés ont été poussés à crier : « Hé, attends une minute. Pendant ce temps, Mme Pelosi est occupée à orchestrer son histoire nationale de sanglots pour prouver que la moitié du pays sont des terroristes nationaux pour avoir fait intrusion dans son bureau le 6 janvier dernier (…) et doivent être annulés, en particulier l’ancien président derrière cette ignoble « insurrection » – contre qui des plaintes criminelles seront prochainement sur le bureau du ministre de la Justice: Merrick Garland.


Comme si… on ne pouvait que penser. Comme si, c’est-à-dire, la moitié de l’Amérique non perdue dans les transports en commun et les fantasmes du communisme allait se retourner pour elle. S’il te plaît, tire sur la goupille de cette grenade, Nancy!


L’Amérique en a assez de vous, de vos machinations mensongères et de votre acolyte, le faux président « Joe Biden » et ses pitoyables momies au service d’une clique qui veut détruire le peu qui reste de l’intérêt public et de l »honneur national. Tu n’as aucune idée, Nancy, comment tout cela va t’exploser à la figure et te laisser une figure odieuse sur le plan historique. Pendant ce temps, les événements se bousculent sans relâche en arrière-plan… en particulier la faillite de l’Amérique (le monde occidental, vraiment), et l’effet peu appétissant que cela aura sur notre niveau de vie… et l’élan terrifiant des audits électoraux qui provoquent une crise de confiance nationale alors que l’été se transforme en automne… et la sécheresse, les mauvaises récoltes, les ruptures de ligne d’approvisionnement et les pénuries alimentaires… et des centaines de milliers de cabots du tiers-monde sautent la frontière sud…
Bienvenue aux États-Désunis James!!!

Le médecin en chacun de nous

La notion du médecin qui sommeille en chacun est peu développée dans notre civilisation occidentale. Dans l’ère moderne, nous avons développé la technique la plus précise possible, la focalisation sur un objet et la spécialisation qui en découle.

GIF: Dominic Pons @Xponentialdesign

Il apparaît donc dans l’ordre des choses que dans la mesure où l’on ne peut pas devenir le spécialiste qui sommeille en nous, on préfère renoncer à approcher du médecin. L’être humain étant un micro-univers, on préfère en connaître certaines zones maîtrisables.

Et pourtant, notre être habite le tout, même si notre conscience semble enfouie dans l’inconscient, montre le « bout de son nez » dans le subconscient ou apparaît en pleine conscience. L’étymologie du mot conscience nous indique qu’il s’agit de la  « connaissance en commun », vocable signifiant « naître avec ».

Ainsi, quand la sagesse grecque nous enseigne : « Connais-toi toi-même et tu connaîtras les dieux et l’univers », la conscience aspire à se développer pour nous amener à cette état expansé, épanoui.

Dans notre monde de la spécialisation, il est naturel que l’éducation des enfants les dirige vers les sujets que le système juge prioritaires. Ainsi, une professeure de l’enseignement secondaire disait que pour le système publique un élève était surtout considéré selon ses résultats en maths et en allemand (on ne voulait pas le buter contre sa langue maternelle, en l’occurrence le français). Alors qu’un enfant d’une dizaine d’année, dans une école alternative, disait d’un garçon nouvellement arrivé : oui, c’est un bon élève en flûte et en gym !

Par conséquent, la dimension rationnelle a été développée un maximum, avec des cours sur des bancs d’école et des amphithéâtres, ou devant un microscope et un ordinateur. La relation avec la nature et les êtres humains en subit les conséquences, le plus souvent réduites à des notions livresques ou enseignées ex cathedra.

La situation actuelle coronavirale est un grand révélateur de la perception de notre place dans nos pays « bons élèves ».Nous nous retrouvons dans une situation où le peuple ne peut plus rien décider de substantiel, du fait de la mise en place d’un écran de fumée supplémentaire au niveau supra national…..En outre,  tant que nous nous battrons pour des histoires de virus, nous ne nous poserons pas de questions sur d’autres sujets. Les affaires pourront continuer.

Une journaliste en France le formule ainsi vers la 8e minute de cette vidéoLa caste dirigeante ne respecte ni l’homme, ni la création. 

Mais tous les êtres humains n’entrent pas dans l’uniformité voulue par les décideurs comme  « la planète des seringues » l’illustre de façon très particulière.

De ce fait indéniable, un schisme se forme de plus en plus visible et audible dans la population entre ceux qui focalisent sur l’agent microscopique, ce que les scientifiques en démontrent, ce que les économistes en développent et ce que les politiciens majoritaires en déduisent, attitude qui ne reflète pas la disposition d’esprit qui anime les gens attentifs à une perception globale d’eux-mêmes et panoramique de leur environnement.

A partir de ce fait indéniable, trois dynamiques sont perceptibles chez ceux qui décrivent, analysent ou interprètent ces faits : soit ils justifient pleinement la doxa officielle, soit ils s’appliquent à définir les raisons et intuitions de ceux qui cherchent une solution correspondant à la situation générale et pas seulement aux mesures officielles. La troisième voie est de percevoir tous les mouvements d’âme et d’esprit qui animent les gens et présentent un prisme de couleurs bien plus vaste et nuancé que celui présenté en noir et blanc, ce qui permet de gérer de façon beaucoup plus complexe leur santé globale.

Pour y parvenir, un médecin parisien, Sauveur Boukris, dénonce les pratiques de certains de ses confrères et une médecine déshumanisée. Il appelle à se réapproprier son corps et son ressenti. Dans son livre Libérez le médecin qui est en vous : agir pour guérir  : Soyez l’acteur de votre santé plutôt qu’un objet de la médecine.

La médecine est devenue trop scientifique et technologique. Elle oublie que, derrière les dogmes, des malades existent, c’est-à-dire des personnes avec leur histoire, leurs croyances, leurs désirs.

Cet ouvrage va vous permettre de résister aux diktats médicaux en améliorant vos capacités critiques. De nombreux tests d’évaluation vous apprendront à poser un diagnostic par vous-même pour devenir en quelque sorte votre propre médecin, c’est-à-dire un individu qui prend sa santé en main et non pas seulement une victime qui subit la maladie. Vous n’êtes pas la maladie.

Ce livre indique aussi comment remédier à la dynamique médicale conventionnelle afin de susciter l’intérêt du malade pour lui-même. D’abord, il faudrait revoir la formation des médecins. Tous les littéraires, les diplômés de sciences humaines sont exclus des études médicales, ce n’est pas normal. Ensuite, il faut s’inspirer de ce que l’on appelle la “médecine narrative” pratiquée dans le monde anglo-saxon. Le patient n’est pas un dossier, une maladie, une machine… Mais une histoire. Enfin, les médecins devraient faire preuve de plus d’humilité et revenir aux fondamentaux de la médecine hippocratique qui était basée sur les sens : l’écoute, la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût et la parole.Dans la période actuelle où tant de choix et de décisions sont imposées selon la présence d’un test positif ou d’un statut vaccinal, ce médecin plaide pour une médecine personnalisé: Oui je suis contre le dogmatisme en matière médicale. On ne traite pas une maladie mais un patient. Et un patient, c’est un parcours, un âge, un mode de vie, une personnalité, un environnement, des conditions de travail, une famille, des loisirs, une vie sexuelle, un vécu, des croyances et des convictions. Tout l’art médical est de trouver l’équilibre entre la science, les connaissances médicales et le malade que l’on a en face de nous.

Pour y parvenir, un « citoyen solidaire » exprime de son côté qu’il  faut sortir de cette logique très techniciste qui fait qu’aujourd’hui notre seule obsession, c’est de trouver un vaccin et un médicament. La pandémie actuelle a révélé l’état de santé dramatique des populations, et l’origine sociétale plus qu’individuelle des comorbidités. Ne serait-il pas temps de s’attaquer aux maladies chroniques, à l’alcoolisme, au tabagisme, à la malbouffe, plutôt que de n’agir qu’en aval et préconiser une vaccination de masse…….C’est la double empreinte millénaire de la matrice chrétienne de la domination de l’humain sur la nature et séculaire de capitalisme prédateur, de foi suicidaire dans le «progrès» technique et scientifique qu’il faut revisiter. Et rompre avec l’anthropocentrisme au profit d’un biocentrisme gage d’une vraie solidarité avec l’ensemble du vivant.

Il s’agit aussi de se réapproprier de son corps :

C’est officiel désormais: votre corps ne vous appartient plus, il est à l’État ou plutôt à une caste dirigeante fanatique hantée de projets transhumanistes. C’est si énorme, si choquant, que la plupart ferment les yeux. Les lucides, eux, s’efforcent de décrire et de comprendre cette nouvelle vie dans un donjon, avec mille outils de contention.

Le médecin qui s’éveille en vous cherche à s’instruire et va puiser à différentes sources de plus en plus élargies. Ainsi, l’étude du MIT confirme que les gens hésitant à se faire vacciner sont « hautement informés, scientifiquement instruits » et «sophistiqués».

L’âme et l’esprit  qui anime ce médecin en nous peut exprimer avec force, vigueur et intelligence la soif de liberté pour gérer son existence comme ce jeune normalien qui s’affirme dans cet interview face à une élue et trois journalistes.

Marie-France de Meuron

La liste — non exhaustive — suivante concerne des articles publiés ces trois derniers mois qui donnent la parole à plusieurs de ces « supposés » experts :

Luxembourg Art Prize 2021

80 000 € à gagner en 2021 !

Le Luxembourg Art Prize est un Prix artistique annuel international, organisé par La Pinacothèque, musée privé situé au Grand-Duché de Luxembourg. Le Prix vise à révéler chaque année des talents, amateurs ou non, quels que soient leur âge et leur nationalité.

Depuis sa création en 2015, le Luxembourg Art Prize ambitionne de lancer ou de renforcer la carrière d’artistes au niveau international en leur apportant une solide référence à ajouter à leur curriculum vitae.

Chaque année, 24 artistes finalistes sont sélectionnés par le musée, et 3 lauréats sont désignés et classés par un jury indépendant. Les lauréats gagnent les sommes de 50 000 euros, 20 000 euros et 10 000 euros selon leur classement. Ils peuvent utiliser cet argent comme bon leur semble.

Le musée délivre aussi aux artistes participants un certificat officiel, qu’ils soient finalistes ou non, en reconnaissance de leur mérite artistique. Ce certificat est délivré en 9 langues différentes. Il accorde aux artistes qui le reçoivent une reconnaissance et un prestige au niveau international.

The Luxembourg Art Prize is an annual international artistic prize organized by the Pinacothèque, a private museum located in the Grand Duchy of Luxembourg. Every year the Prize aims to discover talents, amateur or professional, regardless of age and nationality.

Since it was created in 2015, the Luxembourg Art Prize aims to launch or boost the careers of artists at the international level by giving them a sound reference to add to their curriculum vitae.

Each year, 24 finalists are selected by the museum and 3 laureates are designated by an independent jury. The prize money is broken down as follows: €50,000 for 1st place, €20,000 for 2nd place, and €10,000 for 3rd place. The laureates are free to use this money however they please.

Le Prix s’adresse aux artistes travaillant une ou plusieurs des pratiques suivantes : dessin, gravure, installation, peinture, photographie, sculpture, techniques mixtes, arts décoratifs (textile et matières, verre, bois, métal, céramique, mosaïque, papier ou autres techniques).

Quelles sont les conditions à respecter ?

  • Pas de limite d’âge pour déposer sa candidature
  • Ouvert aux artistes amateurs et aux professionnels
  • Toutes nationalités acceptées
  • Ouvert aux artistes de tous les pays du monde

Comment déposer sa candidature ?

Les artistes doivent ouvrir un espace Candidat sur le site internet du Luxembourg Art Prize et y remplir leur dossier de candidature en ligne. Tout se fait entièrement depuis le site internet du Luxembourg Art Prize. Aucun dossier ne sera accepté s’il n’est pas rempli en ligne depuis l’espace Candidat personnel de l’artiste. Le candidat peut mettre à jour et compléter sa candidature en ligne autant que souhaité jusqu’à la date limite de dépôt des candidatures.

Quelle est la date limite de dépôt de la candidature ?

Pour participer, vous devez vous inscrire à au moins une sélection, et avant que l’accès à ces sélections soit fermé.

Application Help

www.luxembourgartprize.com

IL CAMALEONTE & DanleMiel/ Collaboration Royaume-Uni & Québec

GIF Header: Dominic Pons – www.Xponentialdesign.com

MIND WAR
All songs by DanleMiel except:

UNE GUERRE DE L’ESPRIT*/ RECKLESS*/ CHAOS*/ by IL CAMALEONTE (Andrew Doyle, UK)
Feat.: IL CAMALEONTE, IMRE LODBROG, PLATO, ANN ROBITAILLE.
ArtCulminant/ PeakArt indie – Sainte Adèle, Québec

MIND WAR – 3M00S
UNE GUERRE DE L’ESPRIT* – IL CAMALEONTE
CAVEWORLD – 4M24S
FOLLOW ME – 3M09
SHAKESPEARE SHAKEDOWN – 2M04S
CARNAL TIMES – 3M34S
CHAOS* – IL CAMALEONTE
WANDERERS – 3M05S
IN YOUR FACE – 3M34S
OUT OF THIN AIR – 2M09S
ON IT – 4M49S
HIGH STRUNG – 2M26
AMERICA IS A TIME BOMB – 7M46S
RECKLESS* – IL CAMALEONTE
IN A TRAP – 6M12S

Voici 17 pistes récentes de deux artistes indés qui collaborent épisodiquement depuis 2020. Leurs styles éclectiques se marient aisément à la poésie qu’ils injectent comme un baume de clarté à l’obscurité des temps qui courent. Deux avant-gardistes qui s’inspirent l’un de l’autre comme nous pouvons le constater sur cette série: deux têtes valent mieux qu’une.

Aujourd »hui, soit le 2 Août 2021, IL CAMALEONTE a surpris DanleMiel avec cette dernière prestation à date à figurer sur la liste de leurs exploits communs: LIBERTA. Une ode à la piètre qualité d’individus appelés à prendre rôle dans la grande mascarade de la politique Nationale et Internationale .

Il y aura une révolte – Ci sarà una rivolta – There will be a revolt

Les gens peuvent se dire qu’ils n’ont pas vu où en étaient les choses depuis 17 mois, mais ils l’ont fait. Ils ont vu tous les signes le long du chemin. Les signes étaient tous écrits en gros caractères gras, certains d’entre eux en écriture germanique effrayante.Ils lisent :

C’EST LA VOIE VERS LE TOTALITARISME (pardonnez mes coquilles, le temps presse et il est temps de foncer devant, nous prendrons du recul plus tard)Je ne vais pas vous montrer à nouveau tous ces signes.

Des gens comme moi les signalent et les lisent à haute voix depuis 17 mois maintenant. Quiconque connaît l’histoire du totalitarisme, comment il transforme progressivement la société en une monstrueuse image miroir d’elle-même, sait depuis le début ce qu’est le « Nouveau Normal », et nous l’avons crié sur tous les toits.Nous avons vu le Nouveau Normal transformer nos sociétés en dystopies paranoïaques, pathologiques et autoritaires, où les gens doivent maintenant montrer leurs « papiers » pour voir un film ou prendre une tasse de café et afficher publiquement leur conformité idéologique pour entrer dans un supermarché et acheter leur courses.

Nous avons vu le Nouveau Normal transformer la majorité des masses en foules hystériques et ivres de haine qui persécutent ouvertement « les Non vaccinés », les « Untermenschen » officiels de l’idéologie du Nouveau Normal.

Nous avons vu le Nouveau Normal faire exactement ce que tous les mouvements totalitaires de l’histoire ont fait avant lui, en chiffres.

Nous avons souligné tout cela, à chaque étape du chemin. Je ne vais pas répéter tout cela encore une fois.Je vais cependant documenter où nous en sommes en ce moment, et comment nous en sommes arrivés là… pourquoi nous ne leur faisons plus confiance, et pourquoi nous les considérons comme des lâches et des collaborateurs, ou pire.Oui, c’est dur, mais ce n’est pas un jeu.

Ce n’est pas une différence d’opinion. L’establishment mondial-capitaliste au pouvoir met en œuvre une nouvelle structure de société et une nouvelle méthode de gouvernement, plus ouvertement totalitaires. Ils révoquent nos droits constitutionnels et humains, transférant le pouvoir des gouvernements souverains et des institutions démocratiques à des entités mondiales irresponsables qui n’ont aucune allégeance à une nation ou à son peuple.C’est ce qui se passe… en ce moment.

Ce n’est pas une émission de télévision. C’est en train de se produire.Le temps pour les gens de « se réveiller » est révolu. À ce stade, soit vous vous joignez au combat pour préserver ce qui reste de ces droits et de cette souveraineté, soit vous vous abandonnez au « Nouveau Normal », au totalitarisme mondial-capitaliste.

Peu m’importe ce que vous pensez du virus, ou de ses variantes mutantes, ou des « vaccins » expérimentaux. Ce n’est pas un argument abstrait sur « la science ». C’est un combat… un combat politique, idéologique. D’un côté la démocratie, de l’autre le totalitarisme. Choisissez un putain de côté et vivez avec.Quoi qu’il en soit, voici où nous en sommes pour le moment, et comment nous en sommes arrivés là, juste les grands traits.

IL Y AURA UNE RÉVOLTE

À un moment donné, il y aura une révolte. Plus la folie arbitraire persistera, plus la réaction sera violente.

Le titre le plus joyeux que j’ai vu depuis des semaines était dans la chronique du New York Post de Glenn Reynolds : « Non, Karen, nous ne nous masquons plus. »

J’espère qu’il a raison. Je me demande, cependant. Je n’ai aucun doute que la deuxième partie de son titre – « Un message GOP gagnant pour 2022 [et] au-delà » – est correcte.

Au moins c’est correct s’il est exprimé au conditionnel : ce serait une stratégie gagnante si elle était adoptée. Comme le note Reynolds, « il y a beaucoup de frustration et de ressentiment refoulés face aux inconvénients, à la perte de liberté et au climat général d’agressivité que la réponse du gouvernement à la pandémie a créé. »

En effet. Et il a raison aussi, que:

C’est irritant d’être sermonné par des fonctionnaires qui prétendent être plus intelligents que vous. C’est exaspérant d’être sermonné par des représentants du gouvernement qui prétendent être plus intelligents que vous, mais qui ne le sont clairement pas. Les revendications sur les masques et la vaccination n’en font qu’une partie. Marre des masques ?

Faites-vous vacciner, nous ont-ils dit. Maintenant, ils disent de porter un masque, même si vous avez été vacciné et même si vous vous associez à d’autres personnes qui ont été vaccinées. Et il est question de plus de verrouillages, qui, selon un nombre croissant de preuves scientifiques, étaient parfaitement inutiles et carrément nocifs.

At some point, there will be a revolt. The longer the arbitrary insanity persists, the more violent the reaction will be.

The most cheerful headline I have seen in weeks was on Glenn Reynolds’ New York Post column: « No, Karen, we’re not masking again. » I hope he is right. I do wonder, though. I have no doubt that the second part of his headline — « A winning GOP message for 2022 [and] beyond » — is correct. At least it’s correct if it is expressed as a conditional: It would be a winning strategy were it adopted. As Reynolds notes, « There is a great deal of pent-up frustration and resentment over the inconvenience, the loss of freedom and the general climate of hectoring that the government’s pandemic response has created. » Indeed. And he’s right, too, that

It's irritating to be lectured by officials who claim to be smarter than you. It's infuriating to be lectured by government officials who claim to be smarter than you — but clearly aren't.

The on-again/off-again claims on masks and vaccination are just part of it. Tired of masks? Get vaccinated, they told us. Now they’re saying wear a mask, even if you’ve been vaccinated and even if you’re associating with others who’ve been vaccinated.

And there's talk of more lockdowns, which a growing body of scientific evidence suggests were perfectly useless and downright harmful. 

Il est scientifiquement impossible de prédire l’efficacité de cette vaccination en l’absence d’études appropriées. Tout le reste n’est que de l’ignorance, c’est à dire quasiment tout ce qui s’étale non stop sur les ondes. L’ignorance n’est pas un délit mais elle peut être volontairement organisée et, dans ce cas, c’est un mensonge, aussi sophistiqué soit-il. Quand ce mensonge entraine la mort, c’est un crime. La science qui étudie la fabrication de l’ignorance s’appelle l’agnotologie. Elle a été fondée par Robert Proctor après qu’il eut étudié pendant plusieurs décennies les diverses stratégies de l’industrie du tabac pour empêcher les législateurs, régulateurs et grand public de porter atteinte aux intérêts des cigarettiers. De multiples industries ont recouru aux mêmes stratégies, on citera les scandales de l’amiante, de la peinture au plomb, du formaldéhyde, du teflon … Mais les champions toutes catégories confondues de l’agnotologie sont les industriels de la santé (scandales du Vioxx, Avandia, Purdue pharma, Bextra-Pfizer, etc.) L’idée principale, et peut-être contre-intuitive, est que l’ignorance ne doit pas être comprise comme étant un réservoir vide que l’on pourrait définitivement remplir avec du savoir mais comme deux vases communicants où l’on peut, soit fabriquer du savoir, soit fabriquer de l’ignorance. Rien n’étant définitivement acquis. Robert Proctor dit que l’ignorance c’est du pouvoir. Orwell écrivait dans 1984 que l’ignorance c’est la force. Le contrôle du savoir et de l’information dans la société de l’information est à la base du pouvoir, c’est une lapalissade que de le dire.

It is scientifically impossible to predict the effectiveness of this vaccination in the absence of appropriate studies. Everything else is just ignorance, that is to say almost everything that spreads non stop on the airwaves. Ignorance is not a crime but it can be intentionally organized and, in this case, it is a lie, however sophisticated it may be. When this lie leads to death, it is a crime. The science that studies the fabrication of ignorance is called agnotology. It was founded by Robert Proctor after he spent decades studying the various strategies of the tobacco industry to prevent lawmakers, regulators and the general public from harming the interests of tobacco companies. Many industries have resorted to the same strategies, we can cite the scandals of asbestos, lead paint, formaldehyde, teflon … But the champions in all categories of agnotology are the healthcare industry (scandals) Vioxx, Avandia, Purdue pharma, Bextra-Pfizer, etc.) The main idea, and perhaps counter-intuitive, is that ignorance should not be understood as an empty reservoir that one could definitely fill with knowledge but as two communicating vessels where one can either manufacture knowledge or manufacture ignorance. Nothing is definitely acquired. Robert Proctor says ignorance is power. Orwell wrote in 1984 that ignorance is strength. The control of knowledge and information in the information society is the basis of power, it is obvious to say so.

È scientificamente impossibile prevedere l’efficacia di questa vaccinazione in assenza di studi appropriati. Tutto il resto è solo ignoranza, vale a dire quasi tutto ciò che si diffonde ininterrottamente sulle onde radio. L’ignoranza non è un crimine ma può essere organizzata intenzionalmente e, in questo caso, è una menzogna, per quanto sofisticata possa essere. Quando questa menzogna porta alla morte, è un crimine. La scienza che studia la fabbricazione dell’ignoranza si chiama agnotologia. È stata fondata da Robert Proctor dopo aver trascorso decenni a studiare le varie strategie dell’industria del tabacco per impedire a legislatori, autorità di regolamentazione e al pubblico in generale di danneggiare gli interessi delle aziende produttrici di tabacco. Molte industrie hanno fatto ricorso alle stesse strategie, possiamo citare gli scandali di amianto, vernice al piombo, formaldeide, teflon … Ma i campioni in tutte le categorie di agnotologia sono l’industria sanitaria (scandali) Vioxx, Avandia, Purdue pharma, Bextra- Pfizer, ecc.) L’idea principale, e forse controintuitiva, è che l’ignoranza non dovrebbe essere intesa come un serbatoio vuoto che si potrebbe sicuramente riempire di conoscenza, ma come due vasi comunicanti in cui si può fabbricare la conoscenza o fabbricare l’ignoranza. Nulla è definitivamente acquisito. Robert Proctor dice che l’ignoranza è potere. Orwell ha scritto nel 1984 che l’ignoranza è la forza. Il controllo della conoscenza e dell’informazione nella società dell’informazione è la base del potere, è ovvio dirlo.

È irritante ricevere lezioni da funzionari che affermano di essere più intelligenti di te. È esasperante ricevere lezioni da funzionari governativi che affermano di essere più intelligenti di te, ma chiaramente non lo sono.

Ci sarà una rivolta

Ad un certo punto ci sarà una rivolta. Più a lungo persiste la follia arbitraria, più violenta sarà la reazione.

Il titolo più allegro che ho visto nelle ultime settimane è stato sulla colonna del New York Post di Glenn Reynolds: « No, Karen, non ci mascheriamo di nuovo ». Spero che abbia ragione. Mi chiedo, però. Non ho dubbi che la seconda parte del suo titolo – « Un messaggio GOP vincente per il 2022 [e] oltre » – sia corretta.

Almeno è corretto se è espresso come condizionale: sarebbe una strategia vincente se fosse adottata. Come osserva Reynolds, « C’è una grande quantità di frustrazione e risentimento repressi per l’inconveniente, la perdita di libertà e il clima generale di vessazione che la risposta alla pandemia del governo ha creato ». Davvero. E ha ragione anche quello:

È irritante ricevere lezioni da funzionari che affermano di essere più intelligenti di te. È esasperante ricevere lezioni da funzionari governativi che affermano di essere più intelligenti di te, ma chiaramente non lo sono.

Le affermazioni su mascherine e vaccinazioni sono solo una parte di ciò. Stanchi delle maschere? Fatti vaccinare, ci hanno detto. Ora dicono di indossare una maschera, anche se sei stato vaccinato e anche se ti stai associando ad altri che sono stati vaccinati.

E si parla di ulteriori blocchi, che un numero crescente di prove scientifiche suggerisce erano perfettamente inutili e addirittura dannosi.

DanleMiel – photo

PLAY ME/ ON IT feat.: IL CAMALEONTE

Il Camaleonte (Andrew Doyle, Royaume-Uni) et DanleMiel (Daniel Guimond. Québec) se sont connus sur Soundcloud en 2019 quand ils ont commencé à collaborer sur des projets de poésie mise en musique. Voici deux de leurs prestations pour vous!

PLAY ME

« Danse danse la danse des denses
Molles bites et chatonnes
Désengagées
À vos dragées
Question Molière :
« Est-ce que c’est la panse
Qui mène la danse
Ou la France
Qui mène la trance? 
Je répète est-ce
La France est en trance?

Danse danse la danse des denses
En points de démérite
Triangulation cométaire
Backchiche parlemantaire
Un braquage de perruques
Sodomie et trouducs
Danse danse la danse des denses

Terroristes de clarté
Casanovas déglingués
Molles bites
Et chatonnes désengagées
À vos godes
Question Voltaire :
« La guerre
C’est la routine?
Il faut cultiver
Notre jardin
Intérieur?
Antérieur?
C’est le jardin
Ou la guerre
Qui l’a dans les miches? »

Danse danse la danse des denses
Puais ce sont des questions bitch
Danse danse la danse des denses »

Music: IL CAMALEONTE/ @andrew-doyle-32194121
Song: Lyrics, vocals: DanleMiel

#PEAKART #PeakArtists

IMRE LODBROG – Turkish Delight

I saw kings and queens and horses and fools
on a black & white board in a game with no rules
high heeled ladies dripping with jewels
and beggars a begging with an eye that drools
I saw scenes oh man i can hardly tell

some obscene and bizarre mixing heaven and hell
a cold silent spring a white masquerade
in the middle of June a Halloween parade
not one pink elephant in sight
In the dream i had last night
In the dream i had last night
I saw a pale frozen sun as from the outer space
saw jailers on the run not wearing a face
blazes a burnin’ the old mountain range
hurricanes blowing like a mind that’s deranged
I saw things oh man you wouldn’t believe
it’s crazy what a brain in sleep can conceive
anger and thunder black turning to fade
the future a swinging on the edge of a blade
in the yellowish sky no unicorns in flight
In the dream i had last night
In the dream i had last night
I saw Jesus bad tripping alongside Broadway
some tarot cards reader having nothing to say
but also i found as i passed my way
an orphan baby sparrow and that made my day
I saw a film oh man i just lack the words
and the screen was as large as the entire world
watchers a walking in a state of stupor
wondering what’s my acting and who’s the director
but no bonze in the air gliding on a kite
In the dream i had last night
In the dream i had last night
I saw thousands of planes dead stuck on the ground
such a blast in an harbor it exploded the town
broken wings broken hearts in the port of shadows
a rastaman playing Piaf singing la vie en rose
I saw a woman oh man who gave me an eye
saying we’ll meet again in the sweet bye and bye
i got lost on my way and forced to the ground
i got caught in a loop like in 4th time around
down the pit did i see any flickering light?
In the dream i had last night
In the dream i had last night
I saw lovers and friends who could not embrace
armies of zombies looking for solace
i heard echoes in time from the sweet golden age
of parsley and thyme rosemary and sage
I saw you oh man and you didn’t look great
petrified like you saw a demon at your gate
and while deciphering as a riddle your frown
i wondered could it mean the whole world’s upside down
and still no pink elephant in sight
In the dream i had last night
In the dream i had last night
With some hopes and illusions tight clenched in my fist
i wandered along the old route 66
but trying to express all that i missed
it’s trying to grab a ghost in the mist
And i ain’t superstitious but i sure did see
a black cat in the night with eyes glaring at me
what i saw my friend was beyond belief
and i hoped that the morning would bring some relief
but alas alas what is life but a dream
In the dream i had last night
In the dream i had last night
In the dream i had last night
And for sure not pink elephant in flight
In the dream i had last night
And the ones that i love i held them so tight
In the dream i had last night
And i enjoyed the past as a Turkish delight
In the dream i had last night
In the dream i had last night

CAVEWORLD – feat: IMRE LODBROG & IL CAMALEONTE (+ PLATON)

PLATON – Livre VII République
Maintenant, repris-je, représente-toi de la façon que voici l’état de notre nature relativement à l’instruction et à l’ignorance. Figure-toi des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière; ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu’ils ne peuvent bouger ni voir ailleurs que devant eux, la chaîne les empêchant de tourner la tête; la lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux; entre le feu et les prisonniers passe une route élevée : imagine que le long de cette route est construit un petit mur, pareil aux cloisons que les montreurs de marionnettes dressent devant eux, et au-dessus desquelles ils font voir leurs merveilles .
Je vois cela, dit-il.
Figure-toi maintenant le long de ce petit mur des hommes portant des objets de toute sorte, qui dépassent le mur, et des statuettes d’hommes et d’animaux, en pierre, en bois, et en toute espèce de matière naturellement, parmi ces porteurs, les uns parlent et les autres se taisent.
Voilà, s’écria-t-il, un étrange tableau et d’étranges prisonniers.
Ils nous ressemblent, répondis-je; et d’abord, penses-tu que dans une telle situation ils aient jamais vu autre chose d’eux-mêmes et de leurs voisins que les ombres projetées par le feu sur la paroi de la caverne qui leur fait face?
Et comment? observa-t-il, s’ils sont forcés de rester la tête immobile durant toute leur vie?
Et pour les objets qui défilent, n’en est-il pas de même?
Sans contredit.
Si donc ils pouvaient s’entretenir ensemble ne penses-tu pas qu’ils prendraient pour des objets réels les ombres qu’ils verraient?
Il y a nécessité.
Et si la paroi du fond de la prison avait un écho, chaque fois que l’un des porteurs parlerait, croiraient-ils entendre autre chose que l’ombre qui passerait devant eux?
Non, par Zeus, dit-il.
Assurément, repris-je, de tels hommes n’attribueront de réalité qu’aux ombres des objets fabriqués.
C’est de toute nécessité.