AN UN / YEAR ONE = ZOZZ

« Ce sont les temps qui éprouvent les âmes des humains. Et peut-être que maintenant vous pouvez comprendre tout le sens de cette déclaration. Certaines âmes ne se portent pas bien sous le stress et la pression et le système humain est conçu pour atténuer le stress par tous les moyens nécessaires. »

« These are the times that try human souls. And perhaps now you can understand the full meaning of that statement. Some souls do not do well under stress and pressure and the human system is constructed to alleviate stress by whatever means necessary. » – Cassiopaea

Imbécilisation de l’espèce, le passage à l’Idiocène

Auteur(s) Teresita Dussart, pour FranceSoir

CHRONIQUE – Entre toutes les menaces existentielles, il en est une absente de tous les agendas. Et pourtant elle détermine le futur de notre espèce. Il s’agit du déclin global du coefficient intellectuel (QI). De lui dépend le devenir de la science, de la culture, de la capacité à comprendre le monde. Le consensus sur ce déclin est désormais inéquivoque. Toutes les études psychométriques dans le monde démontrent une baisse du coefficient intellectuel depuis 2000. Plus le niveau du QI national est haut, plus la chute est importante. Indépendamment des études psychométriques, l’empirisme le démontre également. Un adolescent de 14 ans comprend en moyenne ce qu’aurait compris un enfant de 10 ans né avant 1975. Un des symptômes de cette régression est la déperdition de vocabulaire, signalée par de nombreuses études depuis 2017. Le vrai drame que révèle cet appauvrissement est celui de la difficulté à mémoriser pour les générations qui montent.

Le film Idiocracy (Mike Judge, 2007) constitue de ce point de vue une parabole prophétique. Le script raconte l’histoire d’un couple enregistrant un QI remarquable de 130 chacun, lequel attend pour se reproduire d’avoir concrétisé tous ses objectifs professionnels et matériels. Ce n’est jamais le moment. Jusqu’au jour où ils décident finalement de franchir le pas. Mais ils doivent alors faire face à l’horloge biologique de l’un et la démission de la libido de l’autre. L’ingénierie de fertilité assistée arrive trop tard pour eux. Pendant ce temps, les cas sociaux se reproduisent exponentiellement et finissent par conformer une combinaison de tares héréditaires. Tous inaptes à régler les questions les plus élémentaires à la survie de l’espèce, comme la gestion de la collection des résidus. Dans cette société idiotisée, l’obésité est devenue la norme, les gens ne buvant que des boissons sucrées. L’État est incapable de résoudre des questions simples, telle que l’irrigation des terres ou la gestion des résidus. La pornographie a rang de culture et les locaux de sexe rapide succèdent aux locaux de nourriture rapide. Les élites sont constituées par des contre-élites. Un peu comme dans le système scolaire actuel, où les premiers de classe sont perçus comme des perdants. Les décisions politiques sont toutes plus funestes et contre-productives les unes que les autres.

Les coïncidences avec notre réalité sont troublantes, quoique l’hyper fertilité de pauvres est un cliché du XXe siècle. La baisse de la fertilité dans les pays riches atteint désormais toutes les classes sociales. À cela, il convient d’ajouter que les classes socio-économiques ne sont que partiellement corrélées au niveau socioacadémique. Mais l’association pauvreté-fertilité repose sur un ressort anthropologique qui a eu sa raison d’être. Dans une famille pauvre et/ou traditionnelle, la principale ressource est humaine, en tant que source de travail, de pouvoir, d’identité. C’est encore le cas dans nombre de pays émergents, même si le déclin de la fertilité s’observe partout. 

Lire la suite de « Imbécilisation de l’espèce, le passage à l’Idiocène »

Suffer the Little Children

By: Todd Hayen

I have reported time and again about the insanity behind the vaccine’s approval for children, now from 6 month’s to 5 years. Every time the evildoers need to slash off another slab of meat from the body of humanity they raise the overall pain and suffering a few notches.

Source/ URL: https://off-guardian.org/2022/07/16/suffer-the-little-children/

This is their final slash—you can’t get much younger than 6 months (unless they will want to vaccinate foetuses, but soon there won’t be any of those around to vaccinate.)

Rather than focus on the heinous act of approving an experimental injection to children who have no say in the matter, and if they did, wouldn’t even begin to comprehend the implications, I am going to focus instead on the efforts of “the agenda” to convince children and their parents it is a good idea to let the hairy monster into their beds so they can be raped by the tentacles of corporate greed and the unconscionable ugliness of human evil.

Lire la suite de « Suffer the Little Children »

L’hypnose vaccinale de masse expliquée par le professeur Mattias Desmet

Mattias Desmet est professeur de psychologie clinique à l’Université de Gand en Belgique. Il donne des cours de psychothérapie, psychanalyse individuelle et aussi de psychologie de la foule. Il est expert en tyrannie, totalitarisme et hypnose de masse.

Dans un podcastpublié en ligne, dans des articles et des interviews (par exemple ici), le professeur Desmet explique comment se forme l’hypnose de masse. Lorsque cette période dystopique finira dans les livres d’histoire, nous nous demanderons comment tout cela a pu se produire, mais l’analyse de Desmet nous donne déjà aujourd’hui des indications précises sur ce qui se déroule aujourd’hui sous nos yeux.

Comment, c’est-à-dire, il est possible que la vie humaine se soit réduite à être enchaînée et asservie par un QR Code, avec la liberté accordée par les gouvernants à l’échéance des différentes piqûres vaccinales.

Comment il a été possible d’échanger sa liberté contre un spritz au bar et de diviser la société entre si-vax et no-vax.

Comment notre vie s’est réduite à être scannée par une application, comme si c’était un aliment acheté au comptoir du supermarché.

Comment a-t-il été possible de justifier cette dérive au nom d’une urgence permanente, avec un État chantage qui, tout en se protégeant de toute responsabilité pénale et civile, nous dit quoi faire de notre corps au nom de prétendues exigences collectives et de la protection de la santé.

Comment il a été possible d’ériger la science en religion et le totem vaccinal en panacée de tous les maux de l’humanité.

Comment, tout cela a été possible, entre autres, dans une nation comme la France, au mépris de sa splendide Constitution, de son passé des Lumières et de ses saints principes de Liberté, d’Égalité, de Fraternité.

Surtout, comme en seulement deux ans, il a été possible d’effacer des décennies de luttes et de sang versé pour affirmer les libertés qui nous reviennent en tant qu’êtres humains.

Le chercheur belge s’interroge depuis longtemps sur l’hypnose collective qui s’opère, même face à des mesures gouvernementales démentes et contradictoires. Une hypnose qui conduit les individus à sacrifier volontairement leur liberté, même maintenant que la variante Omicron, très contagieuse, mais non mortelle, semble marquer le tournant vers la fin de la pandémie de Covid 19.

Selon Desmet, il y a quatre conditions de base pour que la société soit vulnérable à l’hypnose de masse :

1) Le manque de liens sociaux, l’isolement et la peur qui en résulte ;

2) Ne pas concevoir un sens ou un but dans sa vie ;

3) L’anxiété fluctuante (il suffit de voir le nombre de médicaments contre l’anxiété et la dépression prescrits chaque année) ;

4) Niveaux élevés de frustration et d’agressivité.

Des mensonges et des contradictions alimentés par le courant dominant ont été crus vrais par les masses, sans cesse tendues par un récit inspiré de la peur du virus et de la haine envers les réticents au vaccin ou envers ceux qui se posent des questions contraires aux décisions gouvernementales. Ces derniers, considérés comme des parias dont il faut se moquer et qui sont exclus de la société, même s’ils sont médecins, scientifiques et des prix Nobel.

Desmet dit :

« Les parents qui font piquer si avidement leurs enfants entrent dans la conscience de la foule qu’on appelle « formation de masse ». Ce changement social se produit quand il y a ou il y a eu une période de peur fluctuante, et c’est un pas sur la route vers un État totalitaire. Le totalitarisme commence toujours par une formation de masse au sein de la population.

Ce n’est pas la même chose qu’une dictature. Dans une dictature, les gens obéissent par crainte fondamentale du dictateur au sommet, mais le totalitarisme est le contraire. Les gens sont hypnotisés pour obéir « au bien de la collectivité ». (…) Ils ne sont plus rationnels ou critiques comme autrefois, ils ne suivent plus la logique ».

La raison pour laquelle tant de gens sont disposés à participer à ce délire collectif, « est que dans ce récit ils trouvent un nouveau lien social. La science, la logique et l’équité n’ont rien à voir avec tout cela ».

Desmet met en évidence la différence entre une dictature montante et le totalitarisme :

« En règle générale, dans une dictature classique, le dictateur devient plus doux et moins agressif une fois que les voix dissidentes, son opposition, sont réduites au silence. Une fois qu’il a pris le pouvoir complet, il n’a plus besoin d’être agressif et peut recourir à d’autres moyens pour garder le contrôle. Dans un État totalitaire, c’est le contraire qui se produit. Cela est fondamental à comprendre, parce que dans une société totalitaire, une fois que l’opposition est réduite au silence, c’est alors que l’État commet ses atrocités les plus grandes et les plus cruelles ».

Ces deux dernières années, les idées dissidentes sur le Covid et les vaccins ont été ponctuellement réduits au silence. On se demande alors quand la science est devenue définitive et incontestable et lorsqu’elle est fermée à tout dialogue. Et pourquoi, après deux ans, la propagande martèle-t-elle de plus en plus sur le vaccin unique pour tous, en arrivant à de véritables formes de persécution à l’égard de personnes saines, coupables seulement de refuser un traitement médical imposé ? Comment se fait-il qu’après ses années, on compte le plus grand nombre de contaminations parmi les détenteurs du pass sanitaire, puisque les non-vaccinés ont été, de fait, empêchés même de vivre et de se déplacer librement ? Où est la logique de toutes ces mesures qui sont politiques et, bien sûr, non sanitaires ?

De fait, aujourd’hui, la politique s’est emparée de la vie biologique. Le fameux code de Nuremberg et le « consentement éclairé » naquirent précisément comme défense de l’individu face à certaines extensions dangereuses du pouvoir politique.

L’histoire nous enseigne que les masses ont toujours cru au dictateur de quart et que l’erreur a duré jusqu’à ce que les nations soient plongées dans l’abîme des guerres et de la spoliation des droits fondamentaux des peuples.

Aujourd’hui, à l’époque numérique, nous vivons une forme inédite de coup d’État déguisé en politique sanitaire, entre des décrets sortis en un court laps de temps et une inoculation perpétuelle érigée en nouvelle forme de foi salvifique. Le tout assailli par la hâte et l’arrogance du Léviathan sanitaire, toujours plus nerveux et toujours plus dévorant les vies de chacun, vaccinés ou non vaccinés, désormais plus « humains ». L’histoire nous apprend que même les sorts se cassent, peu importe le temps que ça prend. C’est une période de vigilance que d’attendre que le rideau tombe sur cette comédie de l’absurde, avec tous ses tristes personnages, et que la Vie qui, malgré toute la violence à laquelle elle se heurte cycliquement, gagne sur tout, alors que cette fausse bonne gouvernance finit par se dévorer elle-même.

BREAKING FREE FROM MASS FORMATION PSYCHOSIS – The Corbett Report

Mattias Desmet is a Professor of Clinical Psychology at Ghent University in Belgium. His theory of mass formation during the coronavirus crisis has become widely known and widely misunderstood since gaining mainstream attention. His new book, The Psychology of Totalitarianism, lays out what mass formation is, how it develops, how it leads to totalitarianism, and what we must do to change the conditions that makes these mass formation events possible.

URL/ SOURCE: https://odysee.com/@corbettreport:0/desmet-massformation:f

SHOW NOTES AND MP3: https://www.corbettreport.com/desmet-massformation/

Bachar al-Assad : la Russie a rétabli l’équilibre international

Le Cri des Peuples

Interview de Bachar al-Assad, Président de la République Arabe Syrienne, par la chaîne RT en arabe, 10 juin 2022.

Source : Syriana Analysis

Traduction : lecridespeuples.fr

Journaliste : A nos téléspectateurs, bienvenue dans une nouvelle édition de « News Maker », tourné dans la capitale syrienne Damas, avec une interview du président syrien Bachar Al-Assad.

M. le Président, bienvenue sur RT, et merci de nous recevoir.

Président Assad : Vous êtes les bienvenus à Damas, en Syrie.

Journaliste : Merci beaucoup. Commençons M. le Président par le sujet le plus important sur la scène internationale et posons une question de nos téléspectateurs sur Arabic.RT.com : pourquoi Damas a-t-il soutenu l’opération militaire spéciale russe en Ukraine ?

Président Assad : Il y a plusieurs raisons. Premièrement, la Russie est l’alliée de la Syrie, et la Russie est confrontée à une guerre qui, à mon avis, n’est pas liée à l’expansion de…

Voir l’article original 5 714 mots de plus

La politique fédérale d’immigration massive et le groupe ‘Century Initiative’ de Toronto

Par Prof Rodrigue Tremblay – Mondialisation.ca, 07 juin 2022

« Le meilleur moyen de résoudre l’opposition des deux groupes français et anglais au Canada, c’est de noyer la population française sous le flot continu d’une immigration organisée méthodiquement, contrôlée au départ, accueillie à l’arrivée, assurée d’une situation privilégiée dans la colonie. »

Lord Durham (John Lambton) (1792-1840), (dans ‘Report on the Affairs of British North America’, 31 janvier 1839.)

« Les raisonnements économiques sur l’immigration sont généralement tout à fait superficiels. C’est un fait que dans les différents pays riches, le capital national reproductible est de l’ordre de quatre fois le revenu national annuel. Il en résulte que lorsqu’un travailleur immigré supplémentaire arrive, il faudra finalement pour réaliser les infrastructures nécessaires (logements, hôpitaux, écoles, universités, infrastructures de toutes sortes, installations industrielles, etc.) une épargne supplémentaire égale à quatre fois le salaire annuel de ce travailleur. Si ce travailleur arrive avec une femme et trois enfants, l’épargne supplémentaire nécessaire représentera suivant les cas, dix à vingt fois le salaire annuel de ce travailleur, ce qui manifestement représente pour l’économie une charge très difficile à supporter. »

Maurice Allais (1911-2010), Prix Nobel de sciences économiques, 1988.

Lire la suite de « La politique fédérale d’immigration massive et le groupe ‘Century Initiative’ de Toronto »

PLUTÔT CREVER – Daniel Guimond .pdf

Merci de télécharger gratuitement cette maquette de livre eBook. Sachez que les pochettes et les titres de textes sont des hyperliens qui vous permettront d’entendre les versions musicales de mes écrits. Une fois sur Soundcloud vous aurez accès à plus de 350 de mes arrangements et chansons gratuitement. Mon projet est plus ambitieux sauf que j’ai d’autres obligations j’avais promis à des amis une ébauche pour Mai 2022. Il reste quelques coquilles sorry!


Pour mes trucs plus ‘engagés’ allez directement sur: URL/ DANLEMIEL SUR SOUNDCLOUD

Je cherche aussi une personne qui voudrait m’aider à colliger, relire et corriger un ouvrage de 200+ de mes pages – depuis l’an 2000. Comme celui-ci, plus volumineux. Et que je ferai paraître sur papier aussi, et sur un site et chez un éditeur du Québec ou de France. Rémunération à discuter, les poètes de ma trempe ne sommes pas riches mais j’ai plus d’une possibilité de financement pour le travail effectué.
Revues, éditeurs, lectures, concerts. Contact : DanleMiel@Proton.Me


Amitiés des Pays-d’En-Haut/ Daniel Guimond/ DanleMiel, 20 Mai 2022, Sainte-Adèle, Qc

Attachez vos ceintures la messe n’est pas dite

Le pape François a reçu Julia Fedosiuk et Kateryna Prokopenko, deux bandéristes ukrainiennes épouses de combattants du régiment Azov. Elles étaient accompagnées par un membre du groupe Voïna (Guerre) et porte-parole des Pussy Riots, l’artiste Piotr Verzilov.

SOURCE/ URL: https://www.voltairenet.org/article216913.html

ghjk

Le pape a prié avec ses invités pour que le régiment Azov ne se rende pas, mais que Dieu le sauve en inspirant la création de couloirs humanitaires pour les soldats.

Il existe trois Églises catholiques reliées à Rome en Ukraine. Parmi elles, l’Église grecque-catholique ukrainienne qui s’engagea avec les bandéristes et les nazis durant la Seconde Guerre mondiale, encourageant au massacre des populations juives. Elle représente aujourd’hui 8 % de la population ukrainienne. Tout au long de la Guerre froide, l’Église grecque-catholique ukrainienne rejoignit le Bloc des Nations anti-bolchéviques (ABN). Les Soviétiques tentèrent de sanctionner ses prélats et de placer ses fidèles dans l’Église orthodoxe. Lors de la dissolution de l’URSS, le Vatican, très embarrassé, a tenté plusieurs solutions avant de finalement reconnaitre les « uniates ».

Le pape François avait, dans un premier temps, annoncé qu’il consacrerait l’Ukraine et la Russie au Cœur immaculé de la Vierge Marie, conformément au vœu des voyants de Fatima (1917). Puis, il s’était ravisé lorsqu’il avait réalisé que cet acte aurait justifié pour beaucoup une croisade contre la Russie. Il avait alors consacré le monde entier au Cœur de la Vierge.

Megalopolis x Russie : Guerre totale – Pepe Escobar

Après une évaluation minutieuse, le Kremlin réorganise l’échiquier géopolitique pour mettre fin à l’hégémonie unipolaire de la « nation indispensable ».

« Mais à nous il échoit
De ne pouvoir reposer nulle part.
Les hommes de douleur
Chancellent, tombent
Aveuglément d’une heure
À une autre heure,
Comme l’eau de rocher
En rocher rejetée
Par les années dans le gouffre incertain. »

– Holderlin, « Chant du destin d’Hypérion »

L’Opération Z est la première salve d’une lutte titanesque : trois décennies après la chute de l’URSS et 77 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, après une évaluation minutieuse, le Kremlin réorganise l’échiquier géopolitique pour mettre fin à l’hégémonie unipolaire de la « nation indispensable ». Il n’est pas étonnant que l’Empire du Mensonge soit devenu complètement fou, obsédé par l’idée d’expulser complètement la Russie du système centré sur l’Occident.

Lire la suite de « Megalopolis x Russie : Guerre totale – Pepe Escobar »

Voyage en Novorossia libérée. Place à la vérité.

Par Général Jacques Guillemain / Mondialisation.ca, 05 mai 2022 / ripostelaique.com

Tout d’abord, je vous transmets un lien de notre ami Boris Karpov, qui nous rappelle que le 2 mai est la date anniversaire d’une terrible tragédie survenue à Odessa en 2014, quand 40 citoyens prorusses ont été enfermés dans un bâtiment et brûlés vifs.

https://t.me/boriskarpovblog/876

Nul doute que les barbares qui ont fait ça seront un jour punis par les autorités russes quand elle auront repris Odessa. De quel côté sont les atrocités ? Pas un seul média depuis le 24 février, n’a rappelé cette tragédie ni expliqué les vraies raisons du conflit.

Je lis encore quelques titres ahurissants sur la situation en Ukraine :

« Après l’échec de Poutine en Ukraine… »

« Armer l’Ukraine pour reconquérir le Donbass et la Crimée… »

Tous ces illuminés, à des années lumière de la situation militaire sur le terrain, véhiculent leur petite fable, promettant que l’Ukraine, soutenue par l’Otan, va étriller l’armée russe.

Même la teigneuse Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants et ennemie jurée de Trump, de passage à Kiev, a osé déclarer : « Ne vous laissez pas intimider par les petites frappes ».

Elle aussi s’imagine que Poutine bluffe et qu’il n’osera pas engager le feu nucléaire en ultime recours. Mais Poutine ne bluffe pas et la CIA le sait très bien.

Le fait d’équiper l’Ukraine avec des armes offensives et d’intensifier la guerre, est une escalade dangereuse, qui ne peut que mener à l’affrontement direct USA-Russie, avec des conséquences tragiques que le mon entier regrettera. 

Que les médias sous contrôle nous livrent de telles niaiseries n’étonnera personne, mais que des lumières étoilées estiment que l’Ukraine peut encore l’emporter, est tout simplement sidérant.

Il serait temps de comprendre que cette guerre entretenue par Washington, n’a rien de vital pour les Américains, mais représente un enjeu existentiel pour Moscou. Poutine ne peut donc pas perdre cette guerre. Personne ne reprendra le Donbass ni la Crimée.

Biden se fout royalement de Zelensky et de l’Ukraine, alors que pour Poutine, une entrée de Kiev dans l’Otan, c’est un remake de la crise de Cuba de 1962, mais à l’envers.

Biden fait sa petite guerre par procuration jusqu’au dernier soldat ukrainien pour affaiblir la Russie, tandis que Poutine assure la sécurité son peuple et protège les intérêts vitaux de la nation. Les enjeux ne sont donc pas comparables.

A partir de là, il faut être bien naïf pour croire que les Russes vont faiblir et lâcher prise.

Mais revenons à notre périple en Novorossia.

Lire la suite de « Voyage en Novorossia libérée. Place à la vérité. »

Zone d’exclusion intellectuelle : La censure en ligne de la dissidence devient la nouvelle norme

Par Alan MacLeod / Mondialisation.ca, 07 mai 2022 / MintPress 22 avril 2022

« La censure est le dernier recours des régimes désespérés et impopulaires. Elle apparaît comme par magie pour faire disparaître une crise. Elle réconforte les puissants avec le récit qu’ils veulent entendre, un récit qui leur est renvoyé par les courtisans des médias, des agences gouvernementales, des groupes de réflexion et des universités. » – Chris Hedges

MOUNTAIN VIEW, CALIFORNIE – Google a envoyé un coup de semonce à travers le monde, informant de manière inquiétante les médias, les blogueurs et les créateurs de contenu qu’il ne tolérera plus certaines opinions concernant l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Au début du mois, Google AdSense a envoyé un message à une myriade d’éditeurs, dont MintPress News, pour nous informer que, « en raison de la guerre en Ukraine, nous allons interrompre la monétisation du contenu qui exploite, rejette ou tolère la guerre« . Ce contenu, poursuit le site, « comprend, sans s’y limiter, des affirmations qui impliquent que les victimes sont responsables de leur propre tragédie ou des cas similaires de blâme des victimes, comme les affirmations selon lesquelles l’Ukraine commet un génocide ou attaque délibérément ses propres citoyens. »

Cette décision s’appuie sur un message similaire que YouTube, la filiale de Google, a publié le mois dernier : « Nos lignes directrices communautaires interdisent les contenus niant, minimisant ou banalisant des événements violents bien documentés. Nous supprimons désormais les contenus relatifs à l’invasion de la Russie en Ukraine qui enfreignent ces règles. » YouTube a poursuivi en disant qu’il avait déjà banni définitivement plus d’un millier de chaînes et 15 000 vidéos pour ces motifs.

Lire la suite de « Zone d’exclusion intellectuelle : La censure en ligne de la dissidence devient la nouvelle norme »

Anne Perrin

Christophe Condello

*

Demain pour le ciel je ferai nuance

une palette de rouges sur fil du tendre

à trop couvrir on noie les attentes

il faudra un peu de transparence

pour éteindre les noirs du silence

je rendrai justice à ta patience

et de m’étendre auprès de toi

sera le plus beau des souvenirs d’enfance

qu’il t’en souvienne de nos heures d’errance

à battre les blés de nos joies

à respirer l’insouciance

*

Une caresse est geste

d’amour infini

où les cris sont murmures

dans l’élégance de la patience

La question demeure

en suspend de lèvres

voudrais-tu de ma fièvre

Un mot pour dire

l’étendue des cimes

quand la mer épouse

la dernière falaise

Une caresse est un immense

cri pour l’espoir

à donner au monde

de quoi se retrouver

dans la paix des cœurs

Loin des illusions

l’amour répare le monde

et sauve la vie.

*

Ce calme

dans la…

Voir l’article original 161 mots de plus

Masks Off… The U.S. and European Lackeys Are Psychopathic Arsonists Fueling Ukraine Blaze

STRATEGIC CULTURE/ URL/ SOURCE: https://www.strategic-culture.org/news/2022/04/23/masks-off-us-european-lackeys-psychopathic-arsonists-fueling-ukraine-blaze/

The Western powers are pushing Russia and the world towards a catastrophic abyss.

In a move that demonstrates overt war-derangement, the United States and its NATO allies this week announced yet more military support to prop up the Kiev regime. All told, it is estimated the U.S. and the European Union have funneled over $5 billion into Ukraine in the name of “defense”.

Defending what? A corrupt regime infested with Nazi regiments who have carried out vile atrocities against their own people for the sake of trying to smear Russia. The U.S. rulers and the EU establishment are being exposed for the proto-fascists that they are. In this malevolent milieu, Western political labels like Republican, Democrat, center-left, center-right, and so on, become meaningless. Their pretend benevolent and “democratic” masks are being ripped off.

It is abundantly clear by now that Ukraine is the site of a proxy war between the U.S.-led NATO military alliance and Russia. But the war is now becoming increasingly one of direct confrontation between two nuclear powers. It is the Western powers and their lying news media who bear responsibility for this criminally reckless direction.

President Joe Biden announced another $800 million in military support this Thursday which will include heavy artillery capable of hitting Russian territory. That brings the total U.S. military supply to Ukraine since Biden took office in early 2021 to nearly $4 billion.

Germany has come up with a cynical scheme whereby heavy weaponry sent to Ukraine from other NATO members will be “backfilled” from its own military stockpiles and industry. Only eight decades ago, German tanks rolled into Russia resulting in up to 30 million dead Soviet citizens. The stench of genocide is still too fresh for Berlin to mount another bout of blitzkrieg, so it is finding a way to hide its warmongering through a third party.

Every NATO member, it seems, is piling into Ukraine in all but an open declaration of war against Russia.

Moscow has already warned the U.S. and its military alliance that the supply of weapons to Ukraine is a slide towards war. Russia said this week that any NATO equipment entering Ukraine will be attacked and obliterated.

It seems obvious that the United States and its transatlantic allies want the war in Ukraine to drag out as much as possible. Biden talked this week about military aid to Ukraine being a “critical window”. He gloated about “talking softly while carrying a large javelin”, a reference to former President Teddy Roosevelt (1901-1909) and to the anti-tank missiles the U.S. has been plying Ukraine with.

Germany’s Chancellor Olaf Scholz vowed this week with revealing determination that “Russia will not win this war” after pledging $50 billion in aid to Ukraine from the G7 nations.

European Commission President Ursula von der Leyen, the former German defense minister, spoke with gung-ho relish about the conflict in Ukraine “lasting for years”.

The European Union, supposedly an economic trading bloc, has donated about $1.5 billion in military aid to Ukraine so far. This is making the 27-member EU synonymous and a replicate of the 30-member NATO alliance.

Russia launched its military intervention in Ukraine on February 24 based on a cognizable case of self-defense from a neighboring country that was relentlessly being turned into a de facto NATO state threatening Russia. Pentagon-funded bioweapon laboratories across Ukraine underscored the unacceptable threat to Russian national security. Imagine for a moment a reverse scenario of the U.S., Russia, and Mexico. Actually, we don’t have to imagine. The United States threatened nuclear war against the Soviet Union over the latter installing missiles in Cuba in 1961.

The aggressive presence of Nazi military brigades in Ukraine attacking the Russian-speaking population in the Donbass was but the spearhead of NATO hostility. The NATO proxy war against Russia had been extant for nearly eight years since the CIA-backed coup in Kiev in 2014 brought to power the Russophobic regime.

Tragically, the war in Ukraine could have been avoided if the U.S. and its NATO allies had seriously considered and responded to Russia’s long-held security concerns. But Washington and its allies didn’t reciprocate. Because the whole point of Ukraine was to create a proxy war with Russia to keep Moscow busy and preferably destabilized and drained.

In other words, the blaze that is currently engulfing Ukraine was started by Washington and its pyromaniac partners in NATO. Funneling more and more weapons into the country is tantamount to arsonists arriving at the scene of a fire that they have started and proceeding to douse the flames with more fuel.

Unfortunately, therefore, ongoing political talks between Moscow and Kiev have a limited chance of succeeding in delivering a peaceful settlement. Such a settlement could be reasonably achieved if Ukraine accepted non-NATO neutrality, eradicated its Nazi brigades, and recognized Crimea for the historic Russian land that it is. But reason is hardly likely to prevail when the U.S. and NATO allies are furiously weaponizing the conflict.

The war in Ukraine is but a manifestation of a bigger geopolitical war. One in which the United States and its NATO enablers are determined to defeat any independent political rival, whether that be Russia in the present or in future China. One can be sure that if the U.S. and NATO were to somehow defeat Russia through the conflict in Ukraine, they will move on to their next objective of subjugating China.

Recklessly, the United States and its coterie of ruling elites in NATO and Europe are making the war in Ukraine an existential crisis. The Western powers have chosen the path of confrontation instead of dialogue. They have articulated the “total war” mindset that underlies their agenda towards Russia, one that ultimately entails defeat and regime change.

While the United States and Europe are beset with ever-worsening social conditions among their own populations – a fundamental crisis in Western capitalism – the ruling elites are perversely piling weapons into Ukraine costing billions of dollars. The logic is one of a psychopathic system.

History is repeating itself because the disease remains the same. The Western powers are pushing Russia and the world towards a catastrophic abyss. If Russia can withstand the onslaught then the only way out is for the Western states to collapse from their own internal corruption. The bankruptcy of Western states in terms of financial, social and political malaise is ripe for massive upheaval.

The Criminal Injustice System: Beyond Platitudes and Bleeding Hearts

On Genocide

Abc1

Aotearoa (New Zealand) has a lot of serious problems. Neoliberal reforms have been imposed against the will of the people here and it is only our pride and our racially informed sense of kinship with imperial power that keeps us from recognising that we are a neocolony – a privileged neocolony perhaps, but a neocolony nonetheless.

Recent decades have been an affront to our sovereignty and our progressive and socialist history. We were the first country with a 40 hour working week, the first to allow women to vote, the second to have a comprehensive public health system, and the first welfare state. It cuts against the grain, therefore, that in 30 years we have gone from a country with no poverty or unemployment and near the worst income inequality in the OECD (7th worst in 2014). With relatively low wages and one of the highest costs of living…

Voir l’article original 9 109 mots de plus