Quand Je Reviens à Moi

Je fais partie de ces choses
Que l’on efface
Comme le rythme du désordre
Que protège les opiacés
Dans l’atmosphère exact
De mon registre de repères

Pour la foule pressée
Qu’une bousculade surprend
Soudainement la rue se vide
D’un seul coup le trottoir
Brille comme un sous neuf
En l’absence de noir total
Je m’évanouis derechef
Avant la conclusion

Je me mêle à ces choses
Qui se perdent
Que provoque ma présence
Dans les reliefs
Où les vagues s’enregistrent
Aux mouvements clefs

Quand je reviens à moi
Près du monticule
De mots quasiment joliment cordés
Racontant ma cicatrice
Je suis chaque fois surpris
Quoique volontaire tout de go
Pour la leçon classique
Des infortunes de la gravité.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.