Ébauche

Du haut de nos vertiges

Se hisse la soif de la chair

Un escalier spirale

 

L’architecture des os

Dévore l‘usure

Repense l’érosion

 

Sous la tourmente

De sève nos veines

Débordent

 

Nos talismans se prosternent

Une à une coagulent les goutes

À la rencontre de la réalité

 

Sans l’ombre d’une hésitation

Sans ménager la substance

Lissant la surface convoitée

 

Le désordre de la terre s’immisce

Au tableau de l’insondable abysse

 

Pour HUGE et Alain Baschung

Extrait LES ALENTOURS, 1997

Écrits des Forges, Trois-Rivières

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.