Partir Pour le Boulot

Annonce alarmante du coup d’envoi

Retentit le choc du réveille-matin

Du lit elle me balance un oreiller

Qui décoche le tir de nos ébats

Lorsqu’elle embrasse mes paupières

Je capitule corps et âme

À son sourire m’offrant des seins

Exigeant terminer sur-le-champ

Ce qu’hier nous obligeât d’esquiver

Pour elle j’alignerai des mots

Qui longtemps tiennent la main

Auprès d’elle j’hérite

De tout l’argent la gloire

D’innombrables univers successifs

Contre vents et marées

À tort à travers

En rechute je consomme

Jusqu’au seuil fatidique

De retard imminent

Oè ses lèvres esquisent des promesses

Claquant intempestive la porte

Sur l’incontournable hâte

Qu’elle me revienne du boulot.

Extrait LES ALENTOURS

1997, Écrits des Forges

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.