Louper les Olympiques

Quand mes yeux s’ouvrent

Je mets un moment à m’adapter

Le courant a du mal à passer

Au décor d’une drôle d’étrangeté

On dirait l’intérieur d’un œuf

Pondu dans un raide vertige

Juste pour le temps des Olympiques

où plus l’on avance plus l’espace s’ouvre

Ai-je entendu bizarre?

Des portes jusque là gardées secrètes

Or c’est bien connu des archipels

Mais les secrets des gouvernements

Sont décidément mal gardés

Des portes s’imposent à moi

Une pour toutes

Toutes pour une

Je regarde les numéros

Craquer sous la torture

Qui nous défie comme un désir

Aux temps des chevaliers nos vieux

Que mes pensées ravivent

Incertain de leur état

Après tout ça

Dans les même bottes

À l’instar de solitude

Dont les tentacules jouissent

De soubresauts quantiques

Des sauts de dimensions

Et l’ultime sensation

Le dynamitage de questions

Plus sages que les échos

Dans d’autres enveloppes

Et puisque je ne possède pas

De poste téléviseur je suis debout

Debout depuis un temps

Histoire d’assister au lancer

Du Journal de Montréal

Made in China

À la une des unes

Sur le balcon du voisin.

…that’s as close as I’ll get to the Olympics this time around!

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.