Je suis professeur d’école publique. Les enfants ne vont pas bien.

Mes étudiants ont appris à se considérer comme des vecteurs de maladies. Cela a fondamentalement modifié leur compréhension d’eux-mêmes.

Je suis fier d’être enseignant. J’ai travaillé dans le système scolaire public canadien au cours des 15 dernières années, principalement au niveau secondaire, enseignant la morale et l’éthique. Je ne prétends pas être médecin ou expert en virologie. Il y a beaucoup de choses que je ne sais pas. Mais je passe mes journées avec nos jeunes et ils me racontent beaucoup de choses sur leur vie. Et je veux vous dire ce que j’entends et ce que je vois. Depuis le début de la pandémie, lorsque notre école a été entièrement isolée, il était évident pour moi que la perte du lien humain serait préjudiciable au développement de nos élèves. Il est également devenu de plus en plus clair que la réponse à la pandémie aurait d’immenses conséquences pour les étudiants qui étaient déjà sur la voie d’un désengagement à long terme, modifiant potentiellement leur vie de façon permanente. Les données sur la perte d’apprentissage et la crise de la santé mentale sont dévastatrices. La honte profonde que ressentent les jeunes a été négligée : nos élèves ont appris à considérer leurs écoles comme des plaques tournantes de l’infection et à eux-mêmes comme des vecteurs de maladie. Cela a fondamentalement modifié leur compréhension d’eux-mêmes. Lorsque nous sommes finalement revenus en classe en septembre 2020, j’étais optimiste, même si nous allions à distance pendant des semaines, parfois des mois, chaque fois que le nombre de cas augmentait. Mais les choses ne sont jamais revenues à la normale.

Lorsque nous étions physiquement à l’école, nous avions l’impression qu’il n’y avait plus de vie dans le bâtiment. Peut-être que ce sont les masques qui ont fait en sorte que personne ne voulait suivre de cours, ni même parler de la façon dont ils avaient passé leur week-end. Mais c’était froid et sans âme. Mes élèves n’étaient pas autorisés à se rassembler dans les couloirs ou à discuter entre les cours. Ils ne le sont toujours pas. Les événements sportifs, les clubs et la remise des diplômes ont tous été annulés. Cela peut sembler être de petites choses, mais ces pertes ont été énormes pour les étudiants. Ce sont des rites de passages qui ne peuvent être inventés.

Dans ma classe, la perte d’apprentissage est perceptible. Mes élèves ne peuvent pas se concentrer et ils ne font pas le travail que je leur assigne. Ils ont beaucoup moins de motivation qu’avant le début de la pandémie. Certains de mes étudiants ont choisi de ne pas revenir du tout, soit par peur du virus, soit parce qu’ils sont affaiblis par l’anxiété sociale. Et maintenant, ils ont la possibilité de suivre une scolarité virtuelle à domicile. L’un de mes projets préférés que j’attribue chaque année est celui de mes élèves de 10e année, qui effectuent des recherches approfondies sur la culture de leur choix. Il se termine par une journée de présentations. Je les encourage à apporter de la musique, des accessoires, de la nourriture, tout ce dont ils ont besoin pour immerger leurs camarades de classe dans leur culture spécifique.

Beaucoup de mes élèves font des présentations sur leur propre patrimoine. Il y a quelques années, une de mes étudiantes, une réfugiée syrienne, a raconté comment elle s’est retrouvée au Canada. Elle a apporté des plats syriens traditionnels, des mets délicats que son père avait passé toute la nuit à cuisiner. Ce fut l’un des meilleurs jours dont je me souvienne. Elle était fière de partager son histoire – elle avait lutté contre le mal du pays – et ses camarades de classe ont reçu une leçon d’empathie. Maintenant, mes étudiants préparent simplement un diaporama et me l’envoient par e-mail individuellement. Mes élèves les plus âgés (11e et 12e années) n’ont même pas le droit de faire une pause déjeuner et doivent venir à l’école, aller en classe pendant cinq heures et demie, puis rentrer à la maison.

Les enfants des 9e et 10e années doivent faire face à l’avant de la classe pendant qu’ils déjeunent pendant leur classe de deuxième période. Mes étudiants avaient l’habitude de pouvoir manger dans les couloirs ou à la cafétéria ; maintenant c’est interdit. On s’attend à ce que les plus jeunes enfants suivent la règle «masque fermé, voix off» et soient obligés de porter leur masque à l’extérieur, où ils ne peuvent jouer qu’avec d’autres enfants de leur classe. Bien sûr, en dehors de l’école, les enfants vont au restaurant avec leur famille et chez les autres, ce qui rend les règles de l’école punitives et absurdes. Ils sont anxieux et déprimés. Les étudiants auparavant sortants sont maintenant terrifiés à l’idée d’être choisis pour se tenir devant la classe et parler. Et beaucoup de mes étudiants semblent avoir trouvé du réconfort derrière leurs masques. Ils se sentent exposés lorsque leurs pairs peuvent voir tout leur visage.

À cette époque de l’année, nous commençons à planifier le bal, qui a lieu en juin. Habituellement, mes élèves discutaient déjà constamment de qui demande qui, de ce qu’ils prévoient de porter et de leur enthousiasme. Cette année, ils en ont à peine discuté. Quand ils le font, ils me disent qu’ils ne veulent pas espérer, car ils supposent que cela sera annulé comme cela a été le cas ces deux dernières années. C’est la même chose avec les universités. Mes étudiants disent: « Si l’université va être comme ça, alors à quoi ça sert? » J’ai mes propres enfants, une fille de neuf ans et un fils de sept ans, qui ont passé près d’un tiers de leur vie en confinement. Ils sont tellement habitués aux annulations qu’ils ne se sentent même plus déçus. Je pense que tous mes élèves sont en colère dans une certaine mesure, mais je l’entends surtout chez les enfants qui sont des athlètes.

On leur a dit que s’ils recevaient le vaccin, tout redeviendrait normal et qu’ils pourraient retourner à la patinoire ou au tribunal. Certains sports étaient de retour depuis un certain temps mais, à partir de Noël, en raison de la récente vague de cas de Covid-19, les sports de club et universitaires sont tous à nouveau annulés. Beaucoup d’athlètes manquent des occasions d’être vus par des entraîneurs et d’obtenir des bourses.

J’essaie de prendre du temps au début du cours pour demander à mes enfants comment ils vont. Récemment, un de mes élèves de 11e a levé la main et a dit qu’il n’allait pas bien, qu’il ne voulait pas continuer à vivre comme ça, mais qu’il savait que personne ne viendrait le sauver. Les autres enfants hochèrent tous la tête en signe d’accord. Ils se sentent menti et je ne peux pas les blâmer. Ce qui m’inquiète le plus, c’est qu’ils ressentent une profonde inquiétude et honte à l’idée d’enfreindre les règles. Les adolescentes sont notoirement empathiques. Je vois que beaucoup de mes élèves, mais surtout les filles, se sentent lourdement responsables. Juste avant Noël, l’une de mes élèves de 12e les plus brillantes m’a confié qu’elle était terrifiée à l’idée d’enlever son masque.

Elle m’a dit qu’elle ne voulait rendre personne malade ou tuer personne. Elle craignait d’être tenue responsable de la mort de quelqu’un. Qu’est-ce que je suis censé dire ? Que 23 enfants sont morts du Covid au Canada pendant toute la durée de la pandémie et qu’elle est beaucoup plus susceptible de tuer quelqu’un au volant d’une voiture ? Que les enfants de Scandinavie, de Suède et des Pays-Bas n’ont en grande partie pas eu à porter de masque à l’école et n’ont pas vu d’épidémies à cause de cela ? Que les masques ne sont pas un bouclier magique contre le virus, et que même si elle devait le transmettre à un camarade de classe, le risque qu’il tombe gravement malade est infime ? Je veux lui dire qu’elle peut enlever son masque et socialiser avec ses amis sans être inquiète.

Mais on attend de moi que je fasse respecter les règles. Au début de la pandémie, les adultes ont fait honte aux enfants de vouloir jouer au parc ou passer du temps avec leurs amis. Nous n’arrêtions pas d’entendre: «Ils iront bien. Ils sont résistants. Il est vrai que les humains, par nature, sont très résistants. Mais ils cassent aussi. Et mes élèves craquent. Certains sont déjà cassés. Lorsque nous regardons la pandémie de Covid-19 à travers le prisme de l’histoire, je pense qu’il sera clair que nous avons trahi nos enfants. Les risques de cette pandémie n’ont jamais été pour eux, mais ils ont été contraints d’en porter le fardeau.

C’est assez. Il est temps de revenir à une vie normale et de mettre fin aux politiques bureaucratiques qui ne rendent pas la société plus sûre, mais sacrifient la santé mentale, émotionnelle et physique de nos enfants. Nos enfants ont besoin de vivre au plus haut volume. Et ils en ont besoin maintenant. Alors que nous approchons de la troisième année de cette pandémie, il est devenu douloureusement clair que les mesures strictes que nous avons prises pour atténuer le virus ont eu toutes sortes de conséquences imprévues. Pour la santé mentale. Pour l’économie. Pour nos villes. Pour nos enfants.

SOURCE EN ANGLAIS: https://bariweiss.substack.com/p/im-a-public-school-teacher-the-kids

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.