OTTAWA: Trudeau ne veut pas mettre fin pacifiquement aux manifestations. Il veut de la violence.

John Daniel Davidson – Visit on Twitter@johnddavidson – SOURCE/URL: https://thefederalist.com/2022/02/17/trudeau-does-not-want-to-end-the-protests-peacefully-he-wants-violence/

Tout ce que Justin Trudeau a fait depuis le début des manifestations a rendu une confrontation entre les manifestants et la police presque inévitable.

La seule façon de comprendre les actions du Premier ministre canadien Justin Trudeau au cours des deux dernières semaines est qu’il veut que les manifestations du Freedom Convoy à Ottawa, qui jusqu’à présent ont été entièrement pacifiques, dégénèrent en une confrontation violente entre les manifestants et la police. Tout ce que Trudeau a fait, depuis ses remarques initiales dédaigneuses sur le fait que les manifestants sont une « petite minorité marginale » avec des « points de vue inacceptables », jusqu’à son refus continu de les rencontrer, en passant par l’invocation sans précédent de la Loi sur les mesures d’urgence cette semaine, a servi à aggraver la situation à Ottawa et augmenter la probabilité qu’elle se termine par une sorte de violence.

Considérez les mesures draconiennes que le gouvernement Trudeau est en train de prendre. Les manifestations, bien qu’elles soient certainement gênantes et même onéreuses pour les résidents d’Ottawa, ne sont évidemment pas une menace existentielle pour le Canada. Il ne s’agit même pas d’une urgence nationale selon la définition même de la Loi sur les mesures d’urgence : une « situation urgente et critique » qui « met gravement en danger la vie, la santé ou la sécurité des Canadiens et est d’une ampleur ou d’une nature telle qu’elle dépasse la capacité ou l’autorité d’un province pour y faire face.

Aucune personne raisonnable ne pense que c’est ce que sont les manifestations à Ottawa. L’Association canadienne des libertés civiles a déclaré que le gouvernement fédéral n’avait pas atteint le seuil nécessaire pour invoquer la Loi sur les mesures d’urgence et que l’invoquer «menace notre démocratie et nos libertés civiles». Selon certains sondages récents, un nombre non négligeable de Canadiens sont d’accord. Pourtant, Trudeau fait tomber toute la force du gouvernement fédéral pour écraser le Freedom Convoy.

En vertu de la loi sur les mesures d’urgence, les manifestants peuvent voir leurs comptes bancaires gelés, tout comme les personnes qui font simplement un don aux manifestants. Les plateformes de financement participatif et les fournisseurs de services de paiement doivent cesser tous les services à toute personne qu’ils soupçonnent de participer à des «blocages illégaux» et le signaler à la Gendarmerie royale du Canada. Les camionneurs peuvent voir leur permis de conduire commercial et privé révoqué et peuvent perdre leur assurance et leur véhicule.

Encore plus inquiétant, les responsables du gouvernement canadien avertissent maintenant les parents qui amènent leurs enfants à des « rassemblements illégaux », ou même qui fournissent de la nourriture ou du carburant aux manifestants, qu’ils pourraient non seulement faire face à des peines de prison et à de lourdes amendes, mais aussi perdre la garde de leurs enfants. Mercredi, la Société d’aide à l’enfance d’Ottawa a publié une déclaration exhortant les parents présents aux manifestations à prendre d’autres dispositions en matière de garde, « s’ils devenaient incapables de s’occuper de leurs enfants à la suite d’une éventuelle intervention policière ». La menace ici est évidente : si vous protestez, nous vous arrêterons et emmènerons vos enfants.

Trudeau a efficacement armé la version canadienne des services de protection de l’enfance pour réprimer la dissidence politique légitime. Que pensez-vous qu’il va se passer lorsque la police commencera à essayer de retirer les enfants de leurs parents ? Si c’était votre enfant, que feriez-vous ? Tout cela pourrait dégénérer dans les prochains jours. La police d’Ottawa a commencé à distribuer des avis aux manifestants indiquant qu’ils doivent «quitter la zone maintenant» ou faire face à une arrestation. Selon certains rapports, si la police veut nettoyer les rues d’Ottawa, elle devra le faire dans les prochaines 48 heures, car des milliers d’autres manifestants devraient arriver dans la capitale canadienne ce week-end dans ce qui pourrait être la plus grande manifestation à ce jour. Mais on ne sait pas exactement comment les autorités vont nettoyer les camions. Le remorquage de ces semi-remorques va nécessiter de l’équipement lourd, et jusqu’à présent, les entreprises de remorquage locales ont refusé les demandes du gouvernement de remorquer les camions du Freedom Convoy.

L’armée serait en mesure de les déplacer, et l’invocation par Trudeau de la Loi sur les urgences permet l’utilisation de l’armée pour une telle opération. Mais cela créerait un spectacle pour le moins troublant, et au pire provoquerait un affrontement qui pourrait tourner à la violence. Si cela se produit, Trudeau en portera le blâme. Il a créé une situation où la violence, ou du moins une sorte de répression forcée par les forces de l’ordre canadiennes contre les manifestants, devient inévitable. En effet, comment comprendre autrement la déclaration de Trudeau plus tôt cette semaine selon laquelle les manifestations, qui ont jusqu’à présent été totalement pacifiques, ne sont plus, à son avis, « non violentes » ? À aucun moment, même après avoir suscité de nombreuses critiques pour sa mauvaise gestion de la situation, Trudeau n’a montré aucun signe de compromis ou fait quoi que ce soit pour donner aux manifestants une bretelle de sortie. Même si les gouvernements provinciaux ont assoupli ou annulé les mandats et les restrictions de Covid face à la forte baisse du nombre de cas et d’hospitalisations, Trudeau tient bon.

À ce stade, si vous êtes un manifestant au Canada, ou quelqu’un qui soutient les manifestations, ou même quelqu’un qui pense que les manifestants ont tort mais que le gouvernement est allé trop loin, le message de Trudeau est clair : nous ne vous écouterons pas. , nous ne transigerons pas avec vous, et si vous ne vous conformez pas à nos ordres, nous vous ruinerons. C’est une recette pour la violence, et Trudeau le sait. Il veut faire de ces camionneurs un exemple car au fond c’est un homme illibéral avec une vision du monde intolérante. Ces manifestants ont des opinions erronées, ils ne méritent donc pas le « dialogue et le respect mutuel » accordés aux manifestants de gauche.

Malgré tous ses signaux vertueux sur la diversité, Trudeau ne croit pas vraiment au Canada en tant que société pluraliste où des personnes de points de vue et de modes de vie différents peuvent vivre ensemble en paix. Il croit en une société où les petites gens, les gens avec de mauvaises opinions, font ce qu’on leur dit. Le fait est que la plupart de ces manifestants ont fait exactement cela. La grande majorité des camionneurs sont vaccinés. Ils se sont conformés à certains des mandats et restrictions Covid les plus sévères du monde occidental depuis deux ans maintenant. Ils ont fait tout ce qu’on leur demandait, et quand ils en ont finalement eu marre, ils ont organisé une manifestation pacifique.

Et pour cela, Trudeau tente de les écraser.

———————————————————-

John Daniel Davidson est rédacteur en chef de The Federalist. Ses écrits ont été publiés dans le Wall Street Journal, la National Review, le Texas Monthly, The Guardian, First Things, la Claremont Review of Books, le New York Post et ailleurs. Suivez-le sur Twitter, @johnddavidson.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.