Guerre cognitive – ou La Guerre pour les Esprits

Guerre cognitive – Résumé Comme écrit dans le Warfighting 2040 Paper, la nature de la guerre a changé. La majorité des conflits actuels restent en dessous du seuil de la définition traditionnellement acceptée de la guerre, mais de nouvelles formes de guerre sont apparues telles que la guerre cognitive (COGNITIVE WARFARE), tandis que l’esprit humain est désormais considéré comme un nouveau domaine de la guerre.

Avec le rôle croissant de la technologie et la surcharge d’informations, les capacités cognitives individuelles ne seront plus suffisantes pour assurer une prise de décision éclairée et opportune, conduisant au nouveau concept de guerre cognitive, qui est devenu un terme récurrent dans la terminologie militaire ces dernières années. Cognitive Warfare provoque un défi insidieux. Elle perturbe les compréhensions et les réactions ordinaires aux événements de manière progressive et subtile, mais avec des effets néfastes importants au fil du temps. La guerre cognitive a une portée universelle, de l’individu aux États et aux organisations multinationales. Elle se nourrit des techniques de désinformation et de propagande visant à épuiser psychologiquement les récepteurs de l’information.

Tout le monde y contribue, à des degrés divers, consciemment ou inconsciemment, et il fournit des connaissances inestimables sur la société, en particulier les sociétés ouvertes, comme celles de l’Occident. Ces connaissances peuvent ensuite être facilement militarisées. Il offre aux adversaires de l’OTAN un moyen de contourner le champ de bataille traditionnel avec des résultats stratégiques significatifs, qui peuvent être utilisés pour transformer radicalement les sociétés occidentales. Les instruments de la guerre de l’information, ainsi que l’ajout de «neuro-armes» ajoutent aux perspectives technologiques futures, suggérant que le champ cognitif sera l’un des champs de bataille de demain. Cette perspective est encore renforcée par les progrès rapides des NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, technologies de l’information et sciences cognitives) et la compréhension du cerveau. Les adversaires de l’OTAN investissent déjà massivement dans ces nouveaux les technologies.

L’OTAN doit anticiper les progrès de ces technologies en faisant prendre conscience du véritable potentiel des armes chimiques. Quels que soient la nature et l’objet de la guerre, cela se résume toujours à un affrontement de volontés humaines, et donc ce qui définit la victoire sera la capacité d’imposer un comportement souhaité à un public choisi. Les actions entreprises dans les cinq domaines – air, terre, mer, espace et cyber – sont toutes exécutées dans le but d’avoir un effet sur le domaine humain. Il est donc temps pour l’OTAN de reconnaître l’importance renouvelée du sixième domaine opérationnel, à savoir le domaine humain.

TÉLÉCHARGEZ LE DOCUMENT EN PDF/ VERSION EN ANGLAIS SUR LE LIEN CI-DESSOUS:

htps://guimond.files.wordpress.com/2022/03/20210122_cw-final.pdf

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.