PLUTÔT CREVER – Daniel Guimond .pdf

Merci de télécharger gratuitement cette maquette de livre eBook. Sachez que les pochettes et les titres de textes sont des hyperliens qui vous permettront d’entendre les versions musicales de mes écrits. Une fois sur Soundcloud vous aurez accès à plus de 350 de mes arrangements et chansons gratuitement. Mon projet est plus ambitieux sauf que j’ai d’autres obligations j’avais promis à des amis une ébauche pour Mai 2022. Il reste quelques coquilles sorry!


Pour mes trucs plus ‘engagés’ allez directement sur: URL/ DANLEMIEL SUR SOUNDCLOUD

Je cherche aussi une personne qui voudrait m’aider à colliger, relire et corriger un ouvrage de 200+ de mes pages – depuis l’an 2000. Comme celui-ci, plus volumineux. Et que je ferai paraître sur papier aussi, et sur un site et chez un éditeur du Québec ou de France. Rémunération à discuter, les poètes de ma trempe ne sommes pas riches mais j’ai plus d’une possibilité de financement pour le travail effectué.
Revues, éditeurs, lectures, concerts. Contact : DanleMiel@Proton.Me


Amitiés des Pays-d’En-Haut/ Daniel Guimond/ DanleMiel, 20 Mai 2022, Sainte-Adèle, Qc

Attachez vos ceintures la messe n’est pas dite

Le pape François a reçu Julia Fedosiuk et Kateryna Prokopenko, deux bandéristes ukrainiennes épouses de combattants du régiment Azov. Elles étaient accompagnées par un membre du groupe Voïna (Guerre) et porte-parole des Pussy Riots, l’artiste Piotr Verzilov.

SOURCE/ URL: https://www.voltairenet.org/article216913.html

ghjk

Le pape a prié avec ses invités pour que le régiment Azov ne se rende pas, mais que Dieu le sauve en inspirant la création de couloirs humanitaires pour les soldats.

Il existe trois Églises catholiques reliées à Rome en Ukraine. Parmi elles, l’Église grecque-catholique ukrainienne qui s’engagea avec les bandéristes et les nazis durant la Seconde Guerre mondiale, encourageant au massacre des populations juives. Elle représente aujourd’hui 8 % de la population ukrainienne. Tout au long de la Guerre froide, l’Église grecque-catholique ukrainienne rejoignit le Bloc des Nations anti-bolchéviques (ABN). Les Soviétiques tentèrent de sanctionner ses prélats et de placer ses fidèles dans l’Église orthodoxe. Lors de la dissolution de l’URSS, le Vatican, très embarrassé, a tenté plusieurs solutions avant de finalement reconnaitre les « uniates ».

Le pape François avait, dans un premier temps, annoncé qu’il consacrerait l’Ukraine et la Russie au Cœur immaculé de la Vierge Marie, conformément au vœu des voyants de Fatima (1917). Puis, il s’était ravisé lorsqu’il avait réalisé que cet acte aurait justifié pour beaucoup une croisade contre la Russie. Il avait alors consacré le monde entier au Cœur de la Vierge.

Megalopolis x Russie : Guerre totale – Pepe Escobar

Après une évaluation minutieuse, le Kremlin réorganise l’échiquier géopolitique pour mettre fin à l’hégémonie unipolaire de la « nation indispensable ».

« Mais à nous il échoit
De ne pouvoir reposer nulle part.
Les hommes de douleur
Chancellent, tombent
Aveuglément d’une heure
À une autre heure,
Comme l’eau de rocher
En rocher rejetée
Par les années dans le gouffre incertain. »

– Holderlin, « Chant du destin d’Hypérion »

L’Opération Z est la première salve d’une lutte titanesque : trois décennies après la chute de l’URSS et 77 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, après une évaluation minutieuse, le Kremlin réorganise l’échiquier géopolitique pour mettre fin à l’hégémonie unipolaire de la « nation indispensable ». Il n’est pas étonnant que l’Empire du Mensonge soit devenu complètement fou, obsédé par l’idée d’expulser complètement la Russie du système centré sur l’Occident.

Lire la suite de « Megalopolis x Russie : Guerre totale – Pepe Escobar »

Voyage en Novorossia libérée. Place à la vérité.

Par Général Jacques Guillemain / Mondialisation.ca, 05 mai 2022 / ripostelaique.com

Tout d’abord, je vous transmets un lien de notre ami Boris Karpov, qui nous rappelle que le 2 mai est la date anniversaire d’une terrible tragédie survenue à Odessa en 2014, quand 40 citoyens prorusses ont été enfermés dans un bâtiment et brûlés vifs.

https://t.me/boriskarpovblog/876

Nul doute que les barbares qui ont fait ça seront un jour punis par les autorités russes quand elle auront repris Odessa. De quel côté sont les atrocités ? Pas un seul média depuis le 24 février, n’a rappelé cette tragédie ni expliqué les vraies raisons du conflit.

Je lis encore quelques titres ahurissants sur la situation en Ukraine :

« Après l’échec de Poutine en Ukraine… »

« Armer l’Ukraine pour reconquérir le Donbass et la Crimée… »

Tous ces illuminés, à des années lumière de la situation militaire sur le terrain, véhiculent leur petite fable, promettant que l’Ukraine, soutenue par l’Otan, va étriller l’armée russe.

Même la teigneuse Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants et ennemie jurée de Trump, de passage à Kiev, a osé déclarer : « Ne vous laissez pas intimider par les petites frappes ».

Elle aussi s’imagine que Poutine bluffe et qu’il n’osera pas engager le feu nucléaire en ultime recours. Mais Poutine ne bluffe pas et la CIA le sait très bien.

Le fait d’équiper l’Ukraine avec des armes offensives et d’intensifier la guerre, est une escalade dangereuse, qui ne peut que mener à l’affrontement direct USA-Russie, avec des conséquences tragiques que le mon entier regrettera. 

Que les médias sous contrôle nous livrent de telles niaiseries n’étonnera personne, mais que des lumières étoilées estiment que l’Ukraine peut encore l’emporter, est tout simplement sidérant.

Il serait temps de comprendre que cette guerre entretenue par Washington, n’a rien de vital pour les Américains, mais représente un enjeu existentiel pour Moscou. Poutine ne peut donc pas perdre cette guerre. Personne ne reprendra le Donbass ni la Crimée.

Biden se fout royalement de Zelensky et de l’Ukraine, alors que pour Poutine, une entrée de Kiev dans l’Otan, c’est un remake de la crise de Cuba de 1962, mais à l’envers.

Biden fait sa petite guerre par procuration jusqu’au dernier soldat ukrainien pour affaiblir la Russie, tandis que Poutine assure la sécurité son peuple et protège les intérêts vitaux de la nation. Les enjeux ne sont donc pas comparables.

A partir de là, il faut être bien naïf pour croire que les Russes vont faiblir et lâcher prise.

Mais revenons à notre périple en Novorossia.

Lire la suite de « Voyage en Novorossia libérée. Place à la vérité. »

Zone d’exclusion intellectuelle : La censure en ligne de la dissidence devient la nouvelle norme

Par Alan MacLeod / Mondialisation.ca, 07 mai 2022 / MintPress 22 avril 2022

« La censure est le dernier recours des régimes désespérés et impopulaires. Elle apparaît comme par magie pour faire disparaître une crise. Elle réconforte les puissants avec le récit qu’ils veulent entendre, un récit qui leur est renvoyé par les courtisans des médias, des agences gouvernementales, des groupes de réflexion et des universités. » – Chris Hedges

MOUNTAIN VIEW, CALIFORNIE – Google a envoyé un coup de semonce à travers le monde, informant de manière inquiétante les médias, les blogueurs et les créateurs de contenu qu’il ne tolérera plus certaines opinions concernant l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Au début du mois, Google AdSense a envoyé un message à une myriade d’éditeurs, dont MintPress News, pour nous informer que, « en raison de la guerre en Ukraine, nous allons interrompre la monétisation du contenu qui exploite, rejette ou tolère la guerre« . Ce contenu, poursuit le site, « comprend, sans s’y limiter, des affirmations qui impliquent que les victimes sont responsables de leur propre tragédie ou des cas similaires de blâme des victimes, comme les affirmations selon lesquelles l’Ukraine commet un génocide ou attaque délibérément ses propres citoyens. »

Cette décision s’appuie sur un message similaire que YouTube, la filiale de Google, a publié le mois dernier : « Nos lignes directrices communautaires interdisent les contenus niant, minimisant ou banalisant des événements violents bien documentés. Nous supprimons désormais les contenus relatifs à l’invasion de la Russie en Ukraine qui enfreignent ces règles. » YouTube a poursuivi en disant qu’il avait déjà banni définitivement plus d’un millier de chaînes et 15 000 vidéos pour ces motifs.

Lire la suite de « Zone d’exclusion intellectuelle : La censure en ligne de la dissidence devient la nouvelle norme »

Anne Perrin

Christophe Condello

*

Demain pour le ciel je ferai nuance

une palette de rouges sur fil du tendre

à trop couvrir on noie les attentes

il faudra un peu de transparence

pour éteindre les noirs du silence

je rendrai justice à ta patience

et de m’étendre auprès de toi

sera le plus beau des souvenirs d’enfance

qu’il t’en souvienne de nos heures d’errance

à battre les blés de nos joies

à respirer l’insouciance

*

Une caresse est geste

d’amour infini

où les cris sont murmures

dans l’élégance de la patience

La question demeure

en suspend de lèvres

voudrais-tu de ma fièvre

Un mot pour dire

l’étendue des cimes

quand la mer épouse

la dernière falaise

Une caresse est un immense

cri pour l’espoir

à donner au monde

de quoi se retrouver

dans la paix des cœurs

Loin des illusions

l’amour répare le monde

et sauve la vie.

*

Ce calme

dans la…

Voir l’article original 161 mots de plus

Masks Off… The U.S. and European Lackeys Are Psychopathic Arsonists Fueling Ukraine Blaze

STRATEGIC CULTURE/ URL/ SOURCE: https://www.strategic-culture.org/news/2022/04/23/masks-off-us-european-lackeys-psychopathic-arsonists-fueling-ukraine-blaze/

The Western powers are pushing Russia and the world towards a catastrophic abyss.

In a move that demonstrates overt war-derangement, the United States and its NATO allies this week announced yet more military support to prop up the Kiev regime. All told, it is estimated the U.S. and the European Union have funneled over $5 billion into Ukraine in the name of “defense”.

Defending what? A corrupt regime infested with Nazi regiments who have carried out vile atrocities against their own people for the sake of trying to smear Russia. The U.S. rulers and the EU establishment are being exposed for the proto-fascists that they are. In this malevolent milieu, Western political labels like Republican, Democrat, center-left, center-right, and so on, become meaningless. Their pretend benevolent and “democratic” masks are being ripped off.

It is abundantly clear by now that Ukraine is the site of a proxy war between the U.S.-led NATO military alliance and Russia. But the war is now becoming increasingly one of direct confrontation between two nuclear powers. It is the Western powers and their lying news media who bear responsibility for this criminally reckless direction.

President Joe Biden announced another $800 million in military support this Thursday which will include heavy artillery capable of hitting Russian territory. That brings the total U.S. military supply to Ukraine since Biden took office in early 2021 to nearly $4 billion.

Germany has come up with a cynical scheme whereby heavy weaponry sent to Ukraine from other NATO members will be “backfilled” from its own military stockpiles and industry. Only eight decades ago, German tanks rolled into Russia resulting in up to 30 million dead Soviet citizens. The stench of genocide is still too fresh for Berlin to mount another bout of blitzkrieg, so it is finding a way to hide its warmongering through a third party.

Every NATO member, it seems, is piling into Ukraine in all but an open declaration of war against Russia.

Moscow has already warned the U.S. and its military alliance that the supply of weapons to Ukraine is a slide towards war. Russia said this week that any NATO equipment entering Ukraine will be attacked and obliterated.

It seems obvious that the United States and its transatlantic allies want the war in Ukraine to drag out as much as possible. Biden talked this week about military aid to Ukraine being a “critical window”. He gloated about “talking softly while carrying a large javelin”, a reference to former President Teddy Roosevelt (1901-1909) and to the anti-tank missiles the U.S. has been plying Ukraine with.

Germany’s Chancellor Olaf Scholz vowed this week with revealing determination that “Russia will not win this war” after pledging $50 billion in aid to Ukraine from the G7 nations.

European Commission President Ursula von der Leyen, the former German defense minister, spoke with gung-ho relish about the conflict in Ukraine “lasting for years”.

The European Union, supposedly an economic trading bloc, has donated about $1.5 billion in military aid to Ukraine so far. This is making the 27-member EU synonymous and a replicate of the 30-member NATO alliance.

Russia launched its military intervention in Ukraine on February 24 based on a cognizable case of self-defense from a neighboring country that was relentlessly being turned into a de facto NATO state threatening Russia. Pentagon-funded bioweapon laboratories across Ukraine underscored the unacceptable threat to Russian national security. Imagine for a moment a reverse scenario of the U.S., Russia, and Mexico. Actually, we don’t have to imagine. The United States threatened nuclear war against the Soviet Union over the latter installing missiles in Cuba in 1961.

The aggressive presence of Nazi military brigades in Ukraine attacking the Russian-speaking population in the Donbass was but the spearhead of NATO hostility. The NATO proxy war against Russia had been extant for nearly eight years since the CIA-backed coup in Kiev in 2014 brought to power the Russophobic regime.

Tragically, the war in Ukraine could have been avoided if the U.S. and its NATO allies had seriously considered and responded to Russia’s long-held security concerns. But Washington and its allies didn’t reciprocate. Because the whole point of Ukraine was to create a proxy war with Russia to keep Moscow busy and preferably destabilized and drained.

In other words, the blaze that is currently engulfing Ukraine was started by Washington and its pyromaniac partners in NATO. Funneling more and more weapons into the country is tantamount to arsonists arriving at the scene of a fire that they have started and proceeding to douse the flames with more fuel.

Unfortunately, therefore, ongoing political talks between Moscow and Kiev have a limited chance of succeeding in delivering a peaceful settlement. Such a settlement could be reasonably achieved if Ukraine accepted non-NATO neutrality, eradicated its Nazi brigades, and recognized Crimea for the historic Russian land that it is. But reason is hardly likely to prevail when the U.S. and NATO allies are furiously weaponizing the conflict.

The war in Ukraine is but a manifestation of a bigger geopolitical war. One in which the United States and its NATO enablers are determined to defeat any independent political rival, whether that be Russia in the present or in future China. One can be sure that if the U.S. and NATO were to somehow defeat Russia through the conflict in Ukraine, they will move on to their next objective of subjugating China.

Recklessly, the United States and its coterie of ruling elites in NATO and Europe are making the war in Ukraine an existential crisis. The Western powers have chosen the path of confrontation instead of dialogue. They have articulated the “total war” mindset that underlies their agenda towards Russia, one that ultimately entails defeat and regime change.

While the United States and Europe are beset with ever-worsening social conditions among their own populations – a fundamental crisis in Western capitalism – the ruling elites are perversely piling weapons into Ukraine costing billions of dollars. The logic is one of a psychopathic system.

History is repeating itself because the disease remains the same. The Western powers are pushing Russia and the world towards a catastrophic abyss. If Russia can withstand the onslaught then the only way out is for the Western states to collapse from their own internal corruption. The bankruptcy of Western states in terms of financial, social and political malaise is ripe for massive upheaval.

The Criminal Injustice System: Beyond Platitudes and Bleeding Hearts

On Genocide

Abc1

Aotearoa (New Zealand) has a lot of serious problems. Neoliberal reforms have been imposed against the will of the people here and it is only our pride and our racially informed sense of kinship with imperial power that keeps us from recognising that we are a neocolony – a privileged neocolony perhaps, but a neocolony nonetheless.

Recent decades have been an affront to our sovereignty and our progressive and socialist history. We were the first country with a 40 hour working week, the first to allow women to vote, the second to have a comprehensive public health system, and the first welfare state. It cuts against the grain, therefore, that in 30 years we have gone from a country with no poverty or unemployment and near the worst income inequality in the OECD (7th worst in 2014). With relatively low wages and one of the highest costs of living…

Voir l’article original 9 109 mots de plus

VIRAL : nouvel album de DOMINIQUE LE BARS

Le poète véritable – de par son engagement – est aujourd’hui ce que Pier Paolo Pasolini fut à son époque au cinéma. Ses paroles, sa guitare se doivent d’être une épée à double tranchant. Sinon il sombrera presque instantanément dans l’oubli parmi tant de souvenirs qui disparaissent une fois la prochaine vedette insipide hissée au pilori.

Auteur, compositeur, interprète – le poète et rockeur à textes français, a fait paraître son septième album le 8 juin dernier notamment sur Bandcamp, Apple Music, iTunes, Youtube Music, Deezer et Spotify sous format numérique. Son lyrisme créatif nous transporte dans une série d’histoires tordues en de mots qui résonnent bien avec ce qui se passe sur la planète. Je nous invite à découvrir un artiste de grand talent, un géant à sa manière discrète! Faites le trajet avec moi, sauf que vous devrez y mettre un peu du vôtre et aller écouter le reste par vous-même!

Dès le premier titre, il annonce ses couleurs. Punk en habit de soirée! Poète au grand cours! Explorant un rythme accrocheur et ambitieux, il nous balance un propos universel mature: LA GUERRE DES ÉCRANS ou les affres d’une société digitalisée où les cœurs battent bleu comme des écrans (SI VOUS AVEZ DES ENFANTS VOUS SAVEZ DE QUOI NOUS PARLONS!)

« Allons enfants humanoïdes
Fils du soleil et de la mer
La guerre des écrans est déclarée !
Avec nous, quarante siècles de pyramides,
La Joconde, une saison en enfer..
Dans nos rangs presque huit milliards de fêlés
En face, les points-zéros avides
Algorithmes en rut enrôlés
Une armée de pixels prêt à tout pour gagner
La guerre des écrans… »

Les nappes de guitares s’enchaînent codées sur un hurlement de foule soutenu par son texte qui parsème les accords percutants. On ne met pas toute la sauce au premier morceau, c’est clair! Goutez-moi cet intro! Il y touche avec un air de ne pas trop vouloir nous laisser entrer, c’est mystère et boulette d’opium;

P O É S I E R O C K

Lire la suite de « VIRAL : nouvel album de DOMINIQUE LE BARS »

VICTORIA’S SECRET…

par Strategika 51.

Des tankistes russes anonymes ont produit un graffiti assez original sur les parois de leur char T-72B3 : entre deux lettres Z ils ont inséré Victoria’s Secret, le tout en couleur blanche. À première vue, cette référence se rapporte à la marque de lingerie américaine, d’habillement féminins et de produits de beauté. Ce n’est pas le cas. Les tankistes russes font référence aux secrets de Victoria Nuland, la sous-secrétaire d’État US pour les Affaires politiques d’origine juive ukrainienne, qui a été en charge de l’Europe et de l’Eurasie et l’une des plus fervents partisans de livraison d’armes à l’Ukraine depuis 2014. Ce sujet n’ayant jamais été un secret, les tankistes anonymes ont choisi l’inscription Victoria’s Secret en référence aux laboratoires de recherches sur les armes biologiques en Ukraine sous supervision US. Grosso modo, les auteurs malicieux de ce graffiti veulent dire que le Covid-19 aurait été créé en Ukraine.

Les combats statiques autour de la ville de Kharkov, deuxième ville d’Ukraine, se déroulaient jusqu’à la semaine passée à coups d’artillerie et de roquettes. Il y avait peu de mobilité. En dépit de cela, une unité de la Garde russe ayant investi un hôpital d’internement psychiatrique y a fait une découverte digne des films d’horreurs. Des malades mentaux ukrainiens auraient fait l’objet d’essais de vecteurs biologiques interdits. Ces expérimentations de l’horreur relevant d’un programme international secret sur des cobayes humains amoindris, malades et tourmentés ont été documentés et classés. Josef Mengele n’a jamais été une exception. Ces émules dans le monde dit « libre » l’ont dépassé depuis longtemps.

Un cobaye humain broyé à qui on a inoculé un vecteur pathogène particulièrement cruel, un variant génétiquement modifié du terrible Yersinia Pestis, n’avait probablement pas toutes ses facultés mentales mais conservait un petit carnet où il gribouillait des esquisses au crayon. Le soldat qui a pris possession de ce carnet d’un des précurseurs de l’humanité de demain aurait tout à gagner de diffuser le contenu de ce carnet anonyme à titre posthume.

Il est possible que personne ne saura rien de ce qui s’est passé entre 2019 et 2022 dans un avenir proche. Après tout, près de 99% des faits humains ne sont jamais retenus par l’histoire officielle qui est ré-écrite sans cesse et selon le contexte des enjeux contemporains pour soutenir une réalité factice imposée ou un mythe. Si l’histoire sied à la narration officielle, elle est figée et tout est fait pour qu’aucun révisionnisme ne puisse aboutir au delà de l’épithète de pseudo-histoire.

Il se pourrait également que le monde cesse d’exister après une autre manipulation d’un vecteur pathogène endormi venu du fond des âges.

source : Strategika 51

Major railroad company curtailing shipments of fertilizer ahead of crucial spring planting season

It’s all starting to add up to catastrophe on an epic scale!!!

LeoHohmann.com

Decision adds to worries about coming food shortages

CF Industries, the nation’s largest manufacturer of fertilizers, is warning its customers that fertilizer shipments will be delayed and may not reach farmers in time for the critical spring planting season because of a move by Union Pacific Railroad to limit the volume on private boxcars carried by its rail lines.

Voir l’article original 758 mots de plus

Top economist says ‘We’re about to abandon traditional system of money’ and not a single U.S. politician is talking about it: Why?

Un message crucial de Leo Hohmann dartant de Mars, et qui commence à se mettre en place pendant que les civils sont étourdis pas les médias ordinaires

LeoHohmann.com

Could it be the same reason none want to talk about digital passports and killer injections?

Since I posted the article on March 30 about Pippa Malmgren’s bombshell statement at the World Government Summit on the coming global digital money system, I have been inundated with emails from worried readers.

They want to know what they should do to protect their assets in the face of such a dramatic change.

Voir l’article original 1 714 mots de plus

Civilisés à en mourir – Christopher Ryan

« Quelle ingratitude ! J’ai des plombages dans les dents, de la bière artisanale au frigo, et tout un monde de musique dans la poche. Je conduis une voiture japonaise avec régulateur de vitesse, direction assistée, et des airbags pour me protéger en cas d’accident. Je porte des lunettes allemandes pour atténuer le soleil californien, et j’écris ces mots sur un ordinateur plus fin et léger que le livre qui en résultera. J’apprécie la compagnie d’amis que j’aurais perdus s’ils n’avaient été sauvés par quelque opération chirurgicale et, depuis dix-sept ans, le sang de mon père est filtré par le foie d’un homme appelé Chuck Zoerner, décédé en 2002. J’ai toutes les raisons du monde d’estimer les nombreuses merveilles de la civilisation. Et pourtant.

Lorsque l’auteur anglais G. K. Chesterton est arrivé aux USA, en 1921, ses hôtes l’ont emmené voir Times Square la nuit. Chesterton a observé l’endroit, sans rien dire, pendant un long moment assez embarrassant. Lorsque quelqu’un s’est décidé à lui demander ce qu’il en pensait, Chesterton a répondu : « Je me disais que cet endroit serait vraiment magnifique si je ne savais lire. »

À l’instar de Chesterton, nous savons lire [les rapports du GIEC et d’innombrables organismes scientifiques, par exemple, NdT], nous pouvons voir ce qui se passe, et qui n’augure rien de bon. Les effervescentes publicités, les panneaux publicitaires toujours plus grands et toujours plus envahissants ne parviennent plus à nous distraire de ce que beaucoup comprennent et la plupart redoutent : nous approchons de la fin de la route. La croyance au Progrès — prémisse et promesse de la civilisation — fond comme les glaciers.

Mais, et les antibiotiques alors ? Et les avions, les droits des femmes, le mariage gay ? Certes. Seulement, en nous y intéressant de plus près, nous réalisons que la plupart des supposés bienfaits de la civilisation ne sont que de maigres compensations pour ce que nous avons perdu, ou qu’ils causent au moins autant de problèmes qu’ils n’en résolvent.

Lire la suite de « Civilisés à en mourir – Christopher Ryan »

La Guerre des mondes de Mark Slouka

Il y a quelques mois, je suis tombé sur ce petit livre (une centaine de pages, en anglais), initialement paru en 1995. À l’époque, l’internet en était encore à ses balbutiements. Néanmoins, Mark Slouka, son auteur, percevait déjà très bien une importante partie des problèmes qu’il commençait déjà à poser, et qui allaient sans doute s’intensifier avec le temps. Le livre fut bien reçu par une partie des commentateurs et assez mal par d’autres au motif qu’il n’était rien d’autre qu’une éructation infondée contre le formidable progrès technologique (internet était une chose merveilleuse, Mark Slouka se trompait). Aujourd’hui, avec plus de 25 ans de recul, nous pouvons toutes et tous constater qu’internet est une calamité incroyable. Mark Slouka voyait tout à fait juste.

Lire la suite de « La Guerre des mondes de Mark Slouka »

Les faux de la propagande anti-Russie

SOURCE/ URL: Manlio Dinucci – voltairenet.org – mar., 19 avr. 2022

La communication sur les opérations militaires russes en Ukraine n’est qu’une succession de nouvelles à dormir debout. Une à une, elles sont démontées ce qui n’empêche par le président Zelensky d’en décrire de nouvelles chaque jour et nous, choqués, d’y croire.

Le New York Times met en scène les cadavres dans les rues de Boutcha, disséminés de part et d’autre pour qu’une caméra puisse déambuler en voiture parmi eux.Le New York Times a publié le 4 avril une photo satellite, datée du 19 mars, qui montre une route de la ville ukrainienne de Boutcha parsemée de cadavres. La photo, diffusée aux médias dominants à échelle mondiale, a été présentée comme preuve d’un « crime de guerre commis par les troupes russes en Ukraine ». Un examen technique démontre que la photo satellite n’a pas été prise le 19 mars, quand les troupes russes se trouvaient à Boutcha, mais le 1er avril, deux jours après qu’elles avaient quitté la ville. La date et l’heure exacte de l’image ont été calculées par le programme SunCalc sur la base de l’inclinaison du soleil au-dessus de l’horizon et donc de la direction des ombres. Dans l’image satellite publiée par le NYT, l’angle du Soleil est de 42 degrés. Cela signifie que la photo satellite a été faite à 11h57 GMT le 1er avril.

En outre, l’examen des photos des cadavres effectué par un expert médecin-légiste découvre divers indices d’une mise en scène. D’autres doutes fondés à propos de la narration officielle du « massacre de Boutcha » émergent de la chronologie même des événements : le 30 mars les soldats russes quittent Boutcha, le 31 mars le maire de Boutcha le confirme et ne parle pas de morts, le 31 mars les néo-nazis du Bataillon Azov entrent dans Boutcha, le 4 avril est publiée la photo satellite avec les cadavres dans les rues. De plus au lieu de conserver les corps pour pouvoir les examiner et établir les causes de la mort ils vont être enterrés précipitamment dans une fosse commune où ils restent plusieurs jours. Ils sont ensuite exhumés pour ouvrir une « enquête » et accuser la Russie de « crime de guerre ».

D’autres preuves techniques montrent la fausseté de la narration officielle du massacre de Kramatorsk, attribué aux troupes russes. Le numéro de série du missile Tochka-U qui a frappé la gare ferroviaire, le 8 avril 2022, est Ш91579 (en russe). Ce numéro de série marque le stock de missiles Tochka-U possédé par l’armée ukrainienne. Seules les Forces Armées Ukrainiennes ont des missiles Tochka-U. La Russie n’en a pas depuis 2019 : ils ont tous été désactivés. Les Républiques Populaires de Donetsk et Lugansk n’ont pas et n’ont jamais eu des Tochka-U.

La direction du cône et l’empennage du missile qui a atterri sur le terrain proche de la gare ferroviaire de Kramatorsk montre clairement qu’il été tiré par la 19ème Brigade de Missiles Ukrainienne, basée à côté de Dobropoliè à 45 km de Kramatorsk. Auparavant les Forces Armées Ukrainiennes ont utilisé des missiles Tochka-U de la même série Ш915611 lancés sur Berdyansk et Ш915516 lancé sur Melitopol. Les mêmes missiles ont été utilisés contre Donetsk et Lugantsk. Le 10 avril, deux jours après le massacre de Kramatorsk, l’Armée ukrainienne a lancé deux missiles à fragmentation du même type Tochka-U : un contre Donetsk et un contre Novoaydar (République Populaire de Lugansk).

Traduction : Marie-Ange Patrizio

La fuite en avant des États-Unis

SOURCE/ URL: Erwan Castel – Alawata-Rébellion – mar., 19 avr. 2022

Face aux aides militaires croissantes de l’OTAN aux forces armées ukrainiennes, Moscou vient de lancer un avertissement sévère à Washington et à ses laquais. Dans l’article précédent, j’évoquais l’augmentation exponentielle des aides militaires occidentales aux forces armées ukrainiennes, tant en quantité (1000 tonnes par jour rien que pour le pont aérien) qu’en quantité (chars T72, obusiers de 155 mm, missiles anti-navire et sol-air…).

rtyu

Ces derniers jours, les tensions Est-Ouest autour de l’Ukraine sont montés d’un cran suite au commencement d’envoi de matériels lourds aux forces ukrainiennes par les pays de l’OTAN, au retour des « instructeurs » des forces spéciales britanniques à Loutsk (dans l’Ouest ukrainien près de la frontière polonaise), et la perte du croiseur « Moskva », potentiellement touché par des missiles occidentaux livrés ou au minimum avec l’appui du renseignement militaire étasunien.

Lire la suite de « La fuite en avant des États-Unis »