IMRE LODBROG – Turkish Delight

I saw kings and queens and horses and fools
on a black & white board in a game with no rules
high heeled ladies dripping with jewels
and beggars a begging with an eye that drools
I saw scenes oh man i can hardly tell

some obscene and bizarre mixing heaven and hell
a cold silent spring a white masquerade
in the middle of June a Halloween parade
not one pink elephant in sight
In the dream i had last night
In the dream i had last night
I saw a pale frozen sun as from the outer space
saw jailers on the run not wearing a face
blazes a burnin’ the old mountain range
hurricanes blowing like a mind that’s deranged
I saw things oh man you wouldn’t believe
it’s crazy what a brain in sleep can conceive
anger and thunder black turning to fade
the future a swinging on the edge of a blade
in the yellowish sky no unicorns in flight
In the dream i had last night
In the dream i had last night
I saw Jesus bad tripping alongside Broadway
some tarot cards reader having nothing to say
but also i found as i passed my way
an orphan baby sparrow and that made my day
I saw a film oh man i just lack the words
and the screen was as large as the entire world
watchers a walking in a state of stupor
wondering what’s my acting and who’s the director
but no bonze in the air gliding on a kite
In the dream i had last night
In the dream i had last night
I saw thousands of planes dead stuck on the ground
such a blast in an harbor it exploded the town
broken wings broken hearts in the port of shadows
a rastaman playing Piaf singing la vie en rose
I saw a woman oh man who gave me an eye
saying we’ll meet again in the sweet bye and bye
i got lost on my way and forced to the ground
i got caught in a loop like in 4th time around
down the pit did i see any flickering light?
In the dream i had last night
In the dream i had last night
I saw lovers and friends who could not embrace
armies of zombies looking for solace
i heard echoes in time from the sweet golden age
of parsley and thyme rosemary and sage
I saw you oh man and you didn’t look great
petrified like you saw a demon at your gate
and while deciphering as a riddle your frown
i wondered could it mean the whole world’s upside down
and still no pink elephant in sight
In the dream i had last night
In the dream i had last night
With some hopes and illusions tight clenched in my fist
i wandered along the old route 66
but trying to express all that i missed
it’s trying to grab a ghost in the mist
And i ain’t superstitious but i sure did see
a black cat in the night with eyes glaring at me
what i saw my friend was beyond belief
and i hoped that the morning would bring some relief
but alas alas what is life but a dream
In the dream i had last night
In the dream i had last night
In the dream i had last night
And for sure not pink elephant in flight
In the dream i had last night
And the ones that i love i held them so tight
In the dream i had last night
And i enjoyed the past as a Turkish delight
In the dream i had last night
In the dream i had last night

CAVEWORLD – feat: IMRE LODBROG & IL CAMALEONTE (+ PLATON)

PLATON – Livre VII République
Maintenant, repris-je, représente-toi de la façon que voici l’état de notre nature relativement à l’instruction et à l’ignorance. Figure-toi des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière; ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu’ils ne peuvent bouger ni voir ailleurs que devant eux, la chaîne les empêchant de tourner la tête; la lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux; entre le feu et les prisonniers passe une route élevée : imagine que le long de cette route est construit un petit mur, pareil aux cloisons que les montreurs de marionnettes dressent devant eux, et au-dessus desquelles ils font voir leurs merveilles .
Je vois cela, dit-il.
Figure-toi maintenant le long de ce petit mur des hommes portant des objets de toute sorte, qui dépassent le mur, et des statuettes d’hommes et d’animaux, en pierre, en bois, et en toute espèce de matière naturellement, parmi ces porteurs, les uns parlent et les autres se taisent.
Voilà, s’écria-t-il, un étrange tableau et d’étranges prisonniers.
Ils nous ressemblent, répondis-je; et d’abord, penses-tu que dans une telle situation ils aient jamais vu autre chose d’eux-mêmes et de leurs voisins que les ombres projetées par le feu sur la paroi de la caverne qui leur fait face?
Et comment? observa-t-il, s’ils sont forcés de rester la tête immobile durant toute leur vie?
Et pour les objets qui défilent, n’en est-il pas de même?
Sans contredit.
Si donc ils pouvaient s’entretenir ensemble ne penses-tu pas qu’ils prendraient pour des objets réels les ombres qu’ils verraient?
Il y a nécessité.
Et si la paroi du fond de la prison avait un écho, chaque fois que l’un des porteurs parlerait, croiraient-ils entendre autre chose que l’ombre qui passerait devant eux?
Non, par Zeus, dit-il.
Assurément, repris-je, de tels hommes n’attribueront de réalité qu’aux ombres des objets fabriqués.
C’est de toute nécessité.

FOLLOW ME – DanleMiel

FOLLOW ME

Le monde reprend
Son air d’aller
Comme cerf-volant
Sur la terre plate
On vit assis
Face à l’avenir qui
Nous prend
Toujours par derrière
À grands coups
De bottes western
En clous de réseaux
Qu’on nous enfonce
Au creux de l’esprit
2
Depuis toute ma vie
J’attends plus rien
Mais le ciel
A la poigne solide
Sur mon ange
En chute libre
Comme si
Dans le fond
Tout le monde sait bien
Que ce n’est
Qu’une première goutte
Et que l’iceberg
Fera déborder l’océan
3
Soleil se lève
Vieux clou rouillé
Je marche en rond
Comme un zombie
Qu’a perdu son cell
Au lieu d’un masque
Armé d’une pelle
Sachez aussi
Que la survie
Est une puissante
Motivatrice de méninges
Au chaos ordinaire
Des cellules souches
Trois jours trop tard
Pour le bouche à bouche

EX-VOTO 2030

Ex-Voto

Nous y sommes je crois bien :

Ho là!!! Y’a quelqu’un?…

Quel spectacle magnifique vu d’ici

Ces lignes qui croisent l’infini

Fourmilière inhumaine tout en bas

Sous l’enclume en porte-à-faux

Prête à tout dégommer

Pour voir la suite de cette idée :

– « Si seulement l’échelle

Rompait sous le poids… »

Puis clac! Kadaboum!!!

Inutiles regrets tout retombe

Au plus profond du puits

Du puits de la vie, lente marée

Noircie au bitume disponible

De la précédente dégringolade

Quand le précipice me happe

Je carre les épaules derechef

Et descend dans l’arène

Avant de peindre cet Ex-Voto

Dans l’abjecte réalité de moi

Isolé en dédales de drames

Qui ont déjà suffisamment

… de cases vides renflouer

Hé. ho alors? Tu m’entends?

Ô toi lectrice/ eur!

Me lâche pas, tu disjioncteras plus tard

Je remonte ou pas? On fait quoi là?

Peine perdue j’abdique – c’est toi qui voit

On jurerait des sangsues ces pensées

Je dois me rendre à l’évidence

Mains en l’air et à genoux

Aux preneurs d’otage de cette page

Cool je me dis! Des poètes… Enfin!

Jusqu’à l’uppercut de rappel

Me fait-on comprendre

En signes sans équivoques

Tu marcheras bras ballants

Ou tu crèveras debout

Les yeux renversés vers la nuque

Soit tu plieras sous le poids

Tu cèderas à toutes tes voix

Sinon gare à tes miches

Dans les poèmes de DanleMiel

Qui surviennent et reviennent

Comme une onde à contretemps

Surveillée en tous temps

Par les vautours de la culture

Qui en feront une soupe d’aleph-bet.

Daniel Guimond

9 oct 20

AVANTED Rock alternatif Danois





Compilation extraordinaire de 19 compositions et créations de AVANTED

AVANTED

Danish Rock & poetry

August 2020 – update
Well… the covid19 situation really changed our plans for this year…
So! We spent our time, finding out how to stream live concerts on facebook (youtube locked danish users down… so yea – facebook)
We hope to be ready to livestream before to long!
Find us on facebook @info.avanted – and while you’re at it – add @avanted.linnea to your instagram
Again thank you so much for your support!
/Linnéa

can’t stay locked forever — … on being and becoming …

Photogaphe extraordinaire d’Australie.
Gavin Kerslake mérite le détour. Il fonce dans la clarté armé de sa Nikon comme d’autres débarquent derrière un bazooka! Artiste à connaitre!

 

Zazou, what you’re gonna do?
There’s a lot of people coming for you
Zazou, comment allez-vous?
A knock on the door in the night

That Zazou, he don’t care
Dark glasses, long hair
Takes his time, sneers at men
Some ugly people want revenge

Zazou, comment allez-vous?
A knock on the door in the night (In the night)

In the night (In the night)

That Zazou, he sleeps all day
Then down to Select or Le Collisee
Sips his drinks, orders more
Says what he thinks and it’s a crazy war

Zazou, what you’re gonna do?
A knock on the door in the night
(In the night In the night …)

Zazou, comment allez-vous?
A knock on the door in the night (the night the night)

And when the soldiers strut, all he cares about
Is love
When the flags are out, all he cares about
Is love
Well, there’s a thin line between love and crime
And in this situation
A thin line between love and crime and –
Collaboration (-ration)

In the night
(In the night In the night In the night In the night …)

(Crime Crime Crime Crime Crime Crime Crime Crime Crime Crime
Crime Crime Crime Crime Crime Crime Crime Crime Crime Crime
Crime Crime Crime Crime …)

In the night (In the night In the night)

In the night (In the night In the night)

Zazou, what you’re gonna do?
There’s a lot of people coming for you
Zazou, comment allez-vous?
A knock on the door in the night

Now everybody’s under somebody’s spell
Unless they’ve already gone to hell
In the streets you can hear the people say
That, Zazou, he should be locked away!

When the soldiers strut, all he cares about
Is love
Oh, when the flags are out, all he cares about
Is love
And there’s a thin line between love and crime
And in this situation
A thin line between love and crime and collaboration Author website https://www.flickr.com/photos/sedge808/

Noir

Voir l’article original

MIND WARS/ GUERRES DE L’ESPRIT

Bienvenue chez les Indés francophones(philes), polyglottes de France, d’Angleterre et du Québec, unis par les mots et la musique. Notre désir dépasse les frontières, les styles, et les idéologies. Esprits libres dans un monde de plus en plus contraignant.

Nous cultivons la lucidité comme d’autres cultivent des radis. Au rythme effréné de vivre « rognant chaque jour jusqu’au trognon! » Cette playlist ouvrira vos horizons sur de jeunes et moins jeunes poètes compositeurs interprètes chevronnés.

Nous avons choisi l’indépendance, soit le contraire de la facilité. La connaissance protège alors que l’ignorance met en grand danger. Jeux de niveaux, combat social, philosophie critique, et autres sauts risqué à travers les cerceaux enflammés.


Il Camaleonte – UK/ https://soundcloud.com/andrew-doyle-32194121
Dominique Le Bars – France/ https://soundcloud.com/dominique-le-bars
Down By Breath – France/ https://soundcloud.com/down-by-breath
Radargram – France/ https://soundcloud.com/radargram
Imre Lodbrog – NYC/ France
https://soundcloud.com/imre-lodbrog

DanleMiel – Québec/ https://soundcloud.com/dan-lemiel

Nous vous invitons à entendre nos récentes pistes.

#rock #rockAlternatif #blues #electronic #technoPunk #chanson #variétés

RADARGRAM & DANLEMIEL: Ceux-ci Ceux-là #collab

« Le talentueux Ludo (Radargram) m’avait envoyé une compo. Et par mégarde (pas lu le courriel comme il faut) je croyais qu’il suggérait un collaboration. La musique m’a tellement interpellé que je me suis assis sur-le-champ avec Ann et nous avons freestylé sur des notes que j’avais. Puis 3/4 heure plus tard, la chanson était née. Je m’excuse encore auprès du compositeur, je ne voulais pas vendre la mèche de sa compo – mais à mon age on attend plus. C’est maintenant ou jamais! Haha.. – danleMiel

CEUX_CI CEUX_LÀ (3 ébauches de chansons sur la même track)

« Il y a ceux qui voyageront
Longtemps depuis leur salon
D’autres navigueront un tsunami de dettes
Certains se jetteront par une fenêtre
Et nous, qui nous creusons la tête…
Et nous, qui nous creusons la tête…
Et nous, Et nous

Il y a ceux-ci
Et il y a ceux-là
Tsunami de dettes
Et nous et nous
Qui nous creusons toujours la tête
Toujours la tête hou hou hou…
— 2
Chaque matin s’ouvre
Tel un cratère magnifique
Et je me jette dedans
Je me jette dedans…
So far! Up to the sky
Sans avoir mis mes gants
Watch your hands:
These are the wings
With which you fly

Si tu penses que
Ce sera mieux
Chez le voisin
Traverse la rue
Et regarde nous
Depuis sa fenêtre

D’autres matins s’ouvrent
Tel une doline dotée de
Grosses lèvres rouges
Qui me demandent

Je me jette dedans
Je me jette dedans
Sans parachute

Le plus souvent
Sans même avoir
Mis mes gants
Je me jette dedans
Ici chez nous

Si tu crois que ce sera mieux
Chez la voisine
Lâche lui un coup d’fil
Va prendre l’apéro
Et regarde ici par sa fenêtre
Tel un cratère qui s’ouvre
Grand, béant

—3
La vie est une bombe
Bombe A
À retardement
Et personne ne sait qui tient
Le détonateur
Bombes à retardement
Drapeaux blancs
Nos cargaisons de mensonges
Arrivent à bon, toujours à bon port
Nos égos
Aux abords des précipices
Se jetteront dans le vide

Château de cartes
Nos vies sont
Des bombes
Bombes À retardement… »

Ma vie est une bombe
La tienne aussi

Il y a des bombes
Et des bombes à retardement
Non personne ne sait
Qui tient le détonateur
Détonateur

Châteaux de cartes
Biographies
Des bombes à retardement
Tout est construit
Sur du « fake »

Boulot crédit pension famille
Football
Ou pendaison
Drapeau blanc
C’est le drapeau blanc
Drapeau blanc ou
Bombe à retardement
Nos vies sont une bombe
Bomba!… À retardement
Et personne_ne_sait qui détient
Le détonateur

Châteaux de cartes
Nos biographies
Nos biographies »

https://soundcloud.com/dan-lemiel/ceux-ci-ceux-la-radargram-danlemiel?in=dan-lemiel/sets/prophecies-incompletes

DOMINIQUE LE BARS – Poète et rockeur indé sur Soundcloud/ Bandcamp

High quality: dominiquelebars1.bandcamp.com/track/la-g…-des-crans

« LA GUERRE DES ECRANS

Allons enfants humanoïdes
Fils du soleil et de la mer
La guerre des écrans est déclarée !
Avec nous, quarante siècles de pyramides,
La Joconde, une saison en enfer..
Dans nos rangs presque huit milliards de fêlés
En face, les points-zéros avides
Algorithmes en rut enrôlés
Une armée de pixels prêt à tout pour gagner
La guerre des écrans…

Les enfants, tout cela n’est que folie
Plus besoin des Dieux ce matin
On vous racontera le temps des cerises électriques
Des sirènes de lunes aux datas sans fins
S’écorchant dans l’ écume
Aux arbres citoyens !
L’on m’écorce et je clique et je like et follow..
Sur le flot des écrans arctiques
Je bouffe mon cerveau dont l’essence est unique !
La guerre des écrans…

Accroupis dans ma régression
A l’ombre de la dernière zone blanche
Je ronge mes jours jusqu’au trognon
J’ai le passé mélancolique
A respirer champs de parfums, chimères autres que numériques
Sous le crâne des villes j’entends parfois vriller le vent
Mauvais, puant, trompeur et vil
C’est la guerre des écrans..

Dominique Le Bars 11/2019 »

— — —

« Ce type est en feu: gants recommandés! Nous aimerions bien le voir apparaître au Québec pour quelques dates. BlueToad est un solide fan de Le Bars! Et avec toutes les guerres sur le trottoir, peut-être que le climat s’emballerait en guise de bienvenue?! » – danleMiel

JAKE DASILVA – « let it go and move on » – Soundcloud indie artists

https://soundcloud.com/user-118026999

+++Fortryllende Skog – 6 new piano tracks available to hear on the website+++

You never know where a song is going until it reaches the end. I always listen from start to finish for that very reason.

Love collaborating with anyone from any genre.

I make music to help get stuff off my chest so I can let it go and move on.

Please also listen to any of the tracks I’ve reposted. They are all fantastic tracks by creative geniuses and humble souls.

A singer songwriter from the south coast of England. Inspirations include creative and innovative artists like Kate Bush, New Order, Human League, Annie Lennox, right through to Mumford & Sons, Missy Elliott, Tiesto, Florence & The Machine, The Killers and The National. Old skool pop, rock, hip-hop, r’n’b, soul, and house all the way.

The source and inspiration for the music comes from personal experiences, observations, daydreams, nightmares, and hopes for the future.

Epic vocals, relentless beats – love and light from the darkness always triumphs.

All rights reserved. Copyright © 2016 – 2019

« BlueToad really enjoys Jake Dasilva’s composition, lyrics and vocal interpretations. In the last 3 years we have listened, and watched him become a truly vibrant artist in the independent music world. Present on Soundcloud and Bandcamp, his work denotes a strong will to share sometimes very dark feelings through music. That is something we have in common with Jake, whereas we think his work is of a superior order than ours. He is focused while I am all over the place! Did I say I can be jealous? Ahaha… We love his work and you should give it a listen if you enjoy #synthwave #synthpoems #spokenword and #artrock #sonic #folktronica – for a LACK OF BETTER TAGS. »

  • DanleMiel

 

AVANTED Live at The Magic Garden, Denmark

A live show by AVANTED on video just for us! Wow, so cool, thank you!
Pieces of Perfection – Live at The Magic Garden 2019
We were invited to contribute live, with some of our songs, at the annual birthday party, for The Magic Garden, Denmark, held on September 14th. The Magic Garden is founded by Jacob Moth and Ecaterina. Go and visit their YouTube channel https://www.youtube.com/user/jacobmoth or their Facebook page https://www.facebook.com/themagicgarden.dk/?ref=br_rs for more on what happened, that beautiful September day at The Magic Garden where Purple Haze and Axis Mundi amongst others, made some really spectacular and joyful, live performances.

Suivez leur groupe sur Soundcloud: https://soundcloud.com/user-194941814
Merci nous adorons votre travail!
– BlueToad

Pourquoi cela n’arrive qu’à moi? – Daniel Guimond, Éditions Balzac Le_Griot, 1999

Pourquoi cela n’arrive qu’à moi?
Éditions Balzac Le Griot – 1999, Paris, Montréal :ISBN: 2921468425

Prologue

Hier, quand on l’a abattu sous mes yeux, je ne disposais d’aucun moyen pour empêcher ce crime-là plutôt qu’un autre. D’autant plus que Eve et moi escaladions une passe particulièrement pénible. Les crevasses qui, depuis belle lurette, lézardaient les assises de notre relation pourtant solide, nous menaçaient d’un glissement de terrain imminent, à tel point que j’avais prétexté un soudain malaise pour me tirer du boulot.Je suis rentré à l‘appartement, bien résolu a marcher sur la corde raide au-dessus du gouffre mais elle était partie faire des courses, et par une journée aussi ensoleillée, cela ne lui ressemblait, alors là, pas du tout !

Toujours est-il que, vers treize heures, j’attendais son retour en sirotant un whisky, au dernier étage d’un immeuble bordé d’arbres centenaires, dans notre appartement parsemé de baies panoramiques, avec vue sur un square aux allures victoriennes, – de sorte que nous avions renoncé à accrocher des rideaux -, j’admirai longuement les faisceaux irisés qui dansaient dans mon verre comme dans un kaléidoscope. Des mésanges s’ébrouaient à proximité, folâtrant aux branches du grand érable plaine. Ma présence ne les importunait guère plus que celle de l‘homme invisible

Je descendis chercher le courrier. Je feuilletai le contenu des enveloppes, refrénant l’impulsion de flanquer à la poubelle les notes de téléphone et d’électricité. Les nouvelles désobligeantes arrivant toujours en groupe, la dernière d’entre elles n’était pas des moindres…: un avis signé par le responsable des travaux publics décrétait que la voirie se préparait à passer à l’acte.

Je me suis aussitôt remémoré une conversation avec un de nos voisins, qui jurait que les arbres, à la source de notre engouement pour cet appartement, finiraient par être coupés. Étant donné qu’on les avaitétranglés dans le bitume, m’avait-il confié,cela ne représenterait pas une bien grande perte ! Ça lui épargnerait de ramasser les kilos de samares qui dégueulassent annuellement sa voiture.

Autant vous dire qu’Eve vouait une adoration toute particulière à ces arbres. J’avais jugé préférable de garder l’entretien en question secret. Je vérifiai toutefois la date sur l’avis et sur le calendrier. Nul besoin de chercher plus loin : tout concordait irrémédiablement. Je pliai la lettre, la fit disparaître dans la poche de mon bermuda et tentai de le chasser de ma mémoire. J’espérais seulement qu’Eve n’aurait pas vent de cet assassinat avant que je ne trouve le courage de lui en parler.

Eve, de tout temps sensible à ce genre d’attention, ne resterait pas froide à mon projet de déjeuner en tête-à-tête. Je sortis du placard des plats colorés, et paraila table comme pour une fête, malgré un moment d’hésitation devant la pénurie compromettante de denrées au frigo. C’était là l’essentiel de ma stratégie, quand le bip-bip familier d’un engin motorisé qui recule fit déguerpir mes petits copains les oiseaux. Je me ravisai, et me laissai piquer au jeu ; juste en bas, un camion à nacelle manœuvrait vis-à-vis de l’immeuble.

Il se gara, pour ainsi dire à bout portant. Deux types en descendirent se déplaçant avec cette lenteur propre aux employés municipaux. Ces deux là étaient définitivement syndiqués. L’un des deux procéda à la délimitation d’un périmètre de sécurité autour du tronc de l’arbre, tandis que l’autre extrayait un Thermos d’un sac planqué à l’arrière de la plate-forme.

Je gardais, en remuant la salade, un œil inquiet sur ce que trafiquaient ces deux envoyés spéciaux. J’allumai le transistor lorsque les ennemis jurés de la nature entamèrent leur gueuleton. Je tranchai du pain, sortis le beurre et préparai une vinaigrette. Tel un chirurgien, je me lavai avec application les mains comme si je pouvais en éliminer les germes du grave problème sur le point de devenir mien. A la radio un journaliste énumérait les catastrophes qui avaient secoué la planète depuis l’aurore : vague d’attentats, génocides en série, hausse des infanticides, baisse du taux de natalité, excès de dépenses au Sénat… Clic ! J’en avais assez entendu…

Je fouillais dans le dernier tiroir de gauche, à la recherche de quelques nappes colorées quandpar la plus pure des coïncidences, je découvris une pile de magazines, – qui croyez-moi si vous le voulez, n’étaient pas les miens !

J’ai tout d’abord pensé qu’il s’agissait d’un catalogue d’implants mammaires, car les nichons en page couverture m’avaient l’air d’avoir nécessité une certaine chirurgie. Le panthéon de déesses me certifia la supériorité du corps féminin sur le reste. De fil en aiguille, je finis par siffler la bouteille et desserrer les mâchoires.

Pour un peu, je serais retourné prendre une douche.

Mais Clac ! : Eve franchissait ostensiblement la porte.

Vlan ! : Je refermai le tiroir.

Le vrai problème avec la vie, – je ne parle que pour la mienne -c’est qu’elle est singulièrement orchestrée !

– Adam ! ,t’es là ? !…, cria-t-elle du bout du couloir.

– Oui chérie ! Dans la cuisine… J’ai besoin de te parler !

– Attends voir ce que je me suis achetée ! Je l’enfile et j’arrive !… Tu me donneras ton avis !

Les interminables secondes qui suivirent ne me suffirent pas à reprendre mes esprits. Lorsque la génératrice se mit à gémir, j’aurais voulu prévenir Eve de ce qui allait se produire, bien que cela n’aurait fichtrement rien changé.

Je reculai dos à la fenêtre…

Le bras porteur de la grue propulsa lentement la nacelle vers moi, exécutant un long travelling au même moment où l’actrice principale surgit dans l’embrasure de la porte. Elle était d’une rare beauté, subtilement maquillée. Ses lèvres esquissèrent un sourire hésitant, qui lorsqu’Eve crut saisir la signification de ce qui se passait de l’autre côté de la fenêtre, transforma son visage tout entier.

– C’est pas vrai !!! , hurla-t-elle.

J’aurais voulu lui répondre que la vérité sur terre … ! Mais je fus réduit à me retourner sur mon axe et à assister à la pire chose qui, à mon sens, pouvait désormais arriver : un type en combinaison verte qui immobilisant la coque d’une nacelle au niveau de la fenêtre, fut tout aussi ébahi de nous surprendre ainsi, qu’Eve dont la jupe moulante incitait à la bonne humeur. Il s’épongait le front en souriant. Je n’aurais pu positivement l’identifier derrière son casque à lunettes protectrices. J’eus seulement la fulgurante intuition, que cet inconnu chargé du destin, allait secouer notre monde d’une force dévastatrice. Ma première réaction fut de lui faire un bras d’honneur. En guise de réponse la nacelle rugit de plus belle.

Notre voyeur sortit de nos vies comme il était venu, brandissant une tronçonneuse. Cap sur le sommet de l’arbre à décimer.Eve, horrifiée, gémit une phrase que le vacarme du camion rendît inaudible. Je tendis les cuisses, écartai un tant soit peu les jambes. Je balançai sur l’une puis l’autre, prêt à la retenir, pour le cas où elle déciderait de se porter au secours de notre ancêtre feuillu.

Lorsque le choc sonore de la tronçonneuse éclata au-dessus de nos têtes, Eve empoigna une tasse qu’elle envoya se fracasser contre le carrelage à mes pieds, puis s’enfuit sur les chapeaux de roues. Je me lançai spontanément à sa poursuite malgré les éclats de céramique qui ne me ralentirent guère, au contraire, je fonçais.

Je réussis à coincer la porte de la salle de bains avec mon pied. Celui qui saignait justement. Nous avons joué du qui perd gagne un bref instant. Puis elle se résigna à me laisser entrer. Elle posa ses fesses sur le rebord de la baignoire. Je m’affalai sur le siège de toilette. Quand elle eut la tête entre les mains, je déroulai du papier hygiénique à l’aide duquel j’épongeais soigneusement le sang. Je prenais tout mon temps. Car j’avais tout mon temps. Enfin, c’est ce que je croyais ! Nous sommes tous impuissants face à la douleur. En dépit du bruit atténué, elle me lance à tue tête : « Ça fait exactement un mois que je couche avec Suzanne ! … Un mois ! … Tu te fous de ma gueule ? … Soit tu me trompes… ? ! Ou tu ne m’aimes plus… Y’a pas trente-six mille solutions ! …»

Je retirais un à un les infimes éclats de céramique. Je répondis : « Un mois ! … , sourire fendu jusqu’aux oreilles je renfonce le fer chaud : Petite cacotière va ! Un mois ça se fête, il fallait me prévenir !

Il m’apparut évident que j’avais tout intérêt à changer de tactique, sinon cela risquait de se gâter. Mais avant que je ne puisse formuler ma prochaine phrase, elle rajouta :

– J’en ai marre de ton indifférence ! … Marre de tes excès, marre marre marre !!!

Pendant qu’elle allumait nerveusement une cigarette, je tentai de la déstabiliser :

– Regarde-moi bien dans les yeux ! … Il y a longtemps que je ne fais plus ce que je veux de ma vie… Tu ne me diras pas le contraire ? ! … Ai-je l’air de m’en plaindre ???… J’ai besoin de me décontracter de temps en temps. Je t’en prie ! Une bonne nouvelle à la fois ! …

Elle se leva et se jaugea dans le miroir, d’où je la voyais tout flou comme dans un rêve. Étant donné la douleur qui m’élançait au talon, je me suis dit qu’en fait de cauchemar, celui-ci méritait un oscar virtuel. Le vrombissement de la tronçonneuse me confirma une fois pour toute le concret de la situation.

– Je te quitte !, brailla-t-elle. JE TE QUITTE !!!… C’est tout ce que ça te fait ? !!!

– Rien à déclarer ! , m’étranglais-je comme si j’avais besoin de cette torture.

– Cœur-de-pierre ! … Salaud !!!

Je sautillai sur une jambe jusqu’au lavabo et immergeai ma blessure. L’eau devint aussitôt rouge. Je ne voulais, ni ne pouvais croire ce qu’elle venait de m’annoncer. Par ailleurs, il y avait des mois qu’elle ne bossait plus, je ne voyais pas comment elle avait pu s’offrir un tel caprice. Je fouillai dans la pharmacie pour du sparadrap pendant que mes neurones établissaient un premier bilan.

Eve trépignait sur place, ses yeux se révulsèrent par intermittence. Entre deux spasmes elle me foudroya du regard et me dit : «Cette fois t’es allé trop loin ! T’avais qu’à téléphoner pour me prévenir ! Le téléphone ça existe ! …» Je rétorquai : « C’est que… »

– C’est que t’en as rien à foutre ! , relativisa-t-elle. Je rentre sur Paris le quatre …

Nous avions l’air de boxeurs sinistres se jugeant avant le match, j’examinais chaque battement de cil de mon adversaire, battu d’avance par le fort faible que je nourris pour elle, depuis ce jour où mon regard s’est posé sur le lac de ses yeux dans lesquels je n’ai cessé de combattre le courant pour ne pas m’y noyer. Elle rajouta : « Je me barre… Je m’arrache… C’est fini entre nous. T’as gagné ! Chapeau, champion ! » Incapable de soutenir son regard, si seulement j’avais des reproches à lui faire, ne serait ce qu’au sujet de cette passade avec Suzanne ! Je refusais de m’étendre sur les motifs de leur supercherie. Tout ça était de ma faute. Ma langue se délia enfin ; je changeai de sujet. Je me lançai dans une longue diatribe qui ressemblait à du chinois car je laissais mon corps en état de choc parler pour moi. Mon corps n’avait pas les mêmes idées que moi.

Elle haussa les épaules, me serra un bras. Je me tu. Un long soupir lui échappa. La rage la fit vibrer.

– T’es sourd ou quoi ? !!!… Je m’en vais ! … T’es satisfait ???

J’avais les jambes comme de la guenille. Manque de pot, je tombai à genoux, m’accrochai à ses cuisses et me mis à chialer. Mon étreinte mélangeait l’excitation au chagrin. Caresser Eve m’a toujours fait cet effet-là. Je couinais tel un bébé auquel on arracherait un à un les ongles. Je râlais, incrédule face à la méchanceté du sort que je méritais au centuple.

Sur ces entrefaites, le télé-avertisseur fixé à ma ceinture fit des siennes. Malgré ma position compromettante, ma curiosité l’emporta, je jetai un œil au petit écran à cristaux liquides. Eve utilisa le fragment de seconde où je défis mon emprise pour reculer d’un demi pas. J’étais agenouillé, implorant l’absolution. En contre plongé comme ça, ses seins charnus un peu tombants retinrent mon attention. Elle ramassa un chemisier sur le panier de linge sale et l’enfila. Elle dominait la situation de plusieurs têtes, elle se pencha sur moi, et d’une voix presque enfantine, avec un accent de désespoir elle me balança : « Et en plus tu vas te barrer ! … Vas-y !… T’es une ordure ! »

Ma tête se rétracta dans mes épaules au moment fatidique où elle me décocha une gifle magistrale. La porte n’avait pas encore claqué, que je m’effondrais sur la tuile en martelant le sol. Il y avait longtemps, avec une femme, que je n’avais pas communiqué ainsi.

Le télé-avertisseur s’emballa de nouveau. Cela suffit à me remettre la tête à l’endroit. J’essuyai les larmes qui me dégoulinaient sur le visage. J’y lus qu’il y avait urgence au chantier. J’enfilai des chaussettes qui traînaient par terre. Elles ne sentaient pas trop, mais étaient un peu rudes lorsque j’y introduisis les pieds.

Le couloir sans écho glissa sous moi, je me retrouvai devant la porte de la chambre à coucher, où elle s’était barricadée. Je cherchais une phrase appropriée. Je frappai doucement… :Pas de réponse. Pourtant !… Le plancher craquait à ses déplacements. Je perçus soudain qu’elle s’approchait : elle arracha quasiment les gonds en ouvrant ; peut-être, allait-elle me donner la chance de m’expliquer ?

Des vêtements propres apparurent à mes pieds. La porte se referma aussitôt. Je l’implorai : « Eve ! … Chérie ! Je rentrerai le plus tôt possible… On pourra parler ! … »

Ce qui m’étonnait, c’est qu’au lieu de se calmer, elle semblait s’agiter. J’écrasai mon oreille contre la porte. Il m’était impossible de déchiffrer les bruits bizarres qui se succédaient. J’étais sur le point de forcer la note, prêt à défoncer si nécessaire : « Pour l’amour de Dieu ! : Dis-moi quelque chose ! » Elle répondit : « Casse-toi !!! J’ai besoin d’être seule. » Je la sentais malgré tout appuyée contre le revers de la mince cloison, prête à capituler : « Téléphone-moi plus tard », me rassura-t-elle : « Moi aussi je t’aime ! … J’ai besoin de réfléchir… T’es là ? » Elle avais bien dit : « Moi aussi je t’aime ! » Je n’avais pas rêvé.

À mon avis, nous progressions. Je murmurai : « Oui mon cœur ! » ettournai sans succès la poignée. Elle sanglotait de nouveau.

– Peux-tu me laisser un peu d’argent ? , fit-elle au bout d’un certain temps.

– Sur la table chérie ! … Faut que j’y aille ! Plus tard mon amour !

– D’accord !… Mais à une condition !

– Quelle condition ??? !

– Ne m’appelles plus ton amour !!!

Éditions Balzac Le Griot – 1999, Paris, Montréal) :ISBN: 2921468425

Titan

P1370432

 

Science du bonheur oblige

À se déscotcher de l’écran

Sans rien casser en partant

Grand soupir de soulagement

Penser pour soi indépendant

De ce que racontent les pare-brise

Ou que soudain débarque la crise

Pendant que répondent aux ordres

Les téléphones trop intelligents

Pour les dirigeants des puissants

Or que réfléchir pour soi

Poser des questions calmement

Tout en vivant pour les autres

Sans pour autant devenir l’apôtre

De quelque culte au mauvais plan

Non mais quel chagrin accablant

La vie sur cette planète tarte

Véritable taff pour un Titan!

 

Ma vie est la religion

Mon épouse ma prison

Être honnête avec les gens

Pagailler loin des abusés

De toutes ces rengaines abusives

Des protecteurs de liberté

Des constipés aux projets noirs

Se mordre souvent pour y croire

Contrecarrer les invectives

Au lieu de retourner au goulot

Pour la dernière partie d’échec

Rester dans la limite permise

Garder son siège quand ça tangue

Beugler son saoul dans la nuit noire

Enfin explosée au-dessus de son carré

Au cri de douleur du clou

Que l’on retire du talon

D’un Titan!

 

– DanleMiel

 

 

13 Mars – Quelques artistes à suivre sur SoundCloud

Hamid Saati – Compositeur et claviériste de Syrie

De tous temps, BlueToad aime la musique orientale et les accents moyen-orientaux, voici donc un claviériste reconnu pour des tournées avec des artistes de grande renommée, qui aussi fait dans la musique électronique grâce à ses claviers et wson ouverture sur la musique assistée par ordinateur (MAO).

Sur la description de sa page SoundCloud on lit ceci:

« I am a keyboard player from northern Syria. I studied at the Music Institute in Aleppo, Syria, in 2004… In 2016, I had many participations in festivals around the world, especially the European Union with the famous Syrian singer (Omar Suleiman)..
Unfortunately, I do not speak the English language and I am satisfied with the process of electronic translation. I do not find any difficulties in communicating with others. ..
I have a passion to work with others from cultures of peoples around the world to create new music with a spiritual and distinctive character, especially dance music (techno) for example .. At the moment I live with my small family in Turkey but later I intend to go to live in the EU to work there in festivals and maybe with others and that would be a pleasure ..And I hope that will happen really .. In the end I say: If you intend to work together to create new music ..? Do not hesitate to send details to me via email. »

Vous trouverez les coordonées des artistes que nous présentons sur leurs pages respectives.

Snuppeluppen – Compositeur de Norvège

Sur sa description io dit:

21 year old Pianist/keyboardist/moogist, synthesist and composer. Main inspirations: Keith Emerson, Allan Holdsworth, Chick Corea, Kit Watkins of Happy the man, Katia Labeque, Kerry Minnear of Gentle giant, Rick Wakeman, Jean-Luc Ponty, Bela bartok, Debussy, Jan Hammer, Stravinsky, Joe Zawinul, Haakon Graf, Børge Olsen, Jean Jacques Perrey, Christian Vander of Magma, Eddie Jobson of UK, Art Tatum etc. I am currently studying at the Music conservatory of Agder in the Norwegian city Kristiansand. My piano teacher is Jan Gunnar Hoff and Bernt Andre Moen
this is my other soundcloud user(@snuppeluppen1).

 

BlueToad fête 8 ans de compositions musicales assistées par ordinateur:

Soit 69 de nos pistes instrumentales assistées par ordinateur, en streaming et téléchargement gratos!

Merci de nous appuyer et d’entendre les artistes indé que nous vous présentons!

BlueToad

Ann/ Dan