DOMINIQUE LE BARS – Poète et rockeur indé sur Soundcloud/ Bandcamp

High quality: dominiquelebars1.bandcamp.com/track/la-g…-des-crans

« LA GUERRE DES ECRANS

Allons enfants humanoïdes
Fils du soleil et de la mer
La guerre des écrans est déclarée !
Avec nous, quarante siècles de pyramides,
La Joconde, une saison en enfer..
Dans nos rangs presque huit milliards de fêlés
En face, les points-zéros avides
Algorithmes en rut enrôlés
Une armée de pixels prêt à tout pour gagner
La guerre des écrans…

Les enfants, tout cela n’est que folie
Plus besoin des Dieux ce matin
On vous racontera le temps des cerises électriques
Des sirènes de lunes aux datas sans fins
S’écorchant dans l’ écume
Aux arbres citoyens !
L’on m’écorce et je clique et je like et follow..
Sur le flot des écrans arctiques
Je bouffe mon cerveau dont l’essence est unique !
La guerre des écrans…

Accroupis dans ma régression
A l’ombre de la dernière zone blanche
Je ronge mes jours jusqu’au trognon
J’ai le passé mélancolique
A respirer champs de parfums, chimères autres que numériques
Sous le crâne des villes j’entends parfois vriller le vent
Mauvais, puant, trompeur et vil
C’est la guerre des écrans..

Dominique Le Bars 11/2019 »

— — —

« Ce type est en feu: gants recommandés! Nous aimerions bien le voir apparaître au Québec pour quelques dates. BlueToad est un solide fan de Le Bars! Et avec toutes les guerres sur le trottoir, peut-être que le climat s’emballerait en guise de bienvenue?! » – danleMiel

Titan

P1370432

 

Science du bonheur oblige

À se déscotcher de l’écran

Sans rien casser en partant

Grand soupir de soulagement

Penser pour soi indépendant

De ce que racontent les pare-brise

Ou que soudain débarque la crise

Pendant que répondent aux ordres

Les téléphones trop intelligents

Pour les dirigeants des puissants

Or que réfléchir pour soi

Poser des questions calmement

Tout en vivant pour les autres

Sans pour autant devenir l’apôtre

De quelque culte au mauvais plan

Non mais quel chagrin accablant

La vie sur cette planète tarte

Véritable taff pour un Titan!

 

Ma vie est la religion

Mon épouse ma prison

Être honnête avec les gens

Pagailler loin des abusés

De toutes ces rengaines abusives

Des protecteurs de liberté

Des constipés aux projets noirs

Se mordre souvent pour y croire

Contrecarrer les invectives

Au lieu de retourner au goulot

Pour la dernière partie d’échec

Rester dans la limite permise

Garder son siège quand ça tangue

Beugler son saoul dans la nuit noire

Enfin explosée au-dessus de son carré

Au cri de douleur du clou

Que l’on retire du talon

D’un Titan!

 

– DanleMiel

 

 

DanleMiel: Égolutionnaire

Jeux de coquilles

La Pensée créé la matière
l’information l’assemble
en une image cohérente
ou non

Tel en haut tel en bas
Il y a le jour il y a le noir

tel en haut tel en bas
nos actes sont le résultat
de nos pensées
parsemées dans du future

de l’autre côté du mur
alors que ce sont les âmes
qui comptent
et non les corps

il y a un seul amour
une unique vérité
deux personnes
ne verront jamais la même chose
mais tout est infiniment unitaire

tel en haut tel en bas
tel en haut tel en bas

mystère et boule d’opium
dans la fumée je perçois
suspendu dans l’air
un écran pour la leçon

au collège invisible
l’univers se résume
en deux divisions
l’énergie totale
suivie de sa perception

imaginez deux étincelles
une grande qui semble quasiment une étoile
contenir tout le potentiel d’énergie

en haut tout en haut
innommable vide
au-dessus de la grille
par où le courant passe

pour que les étincelles
cascadent en triant les atômes
pour la cascade quand
l’information se fait matière.

Chaque entité est l’auteur de sa propre création

« Chaque entité est l’auteur de sa propre création. Il est vrai que certains points de référence sont communs à la plupart des créations des gens, notamment certaines données concernant la société et la culture dans lesquelles ils vivent. Cependant, la création de chaque entité lui appartient en propre. Les inclinations qu’elle encourage dans sa vie deviennent les tendances de son propre monde. Les entités sont des gens de grand pouvoir. Elles font partie du principe divin. Toutes les entités, même les éléments, les animaux, et toute la nature, ont ce pouvoir. Mais toutes ne savent pas qu’elles l’ont. En conséquence, elles en font usage sans effort et sans aucune impureté, étant incapables de modifier leur nature, et capables seulement de la suivre.

Vous, en tant qu’entités conscientes, vous avez une plus grande aptitude à créer, parce que vous avez conscience de vous-mêmes. Vous avez conscience que vous êtes des êtres en train de chercher. Vous avez une fonction d’observateurs. En fait, de nombreuses entités ont une fonction très complexe d’observateur, dans laquelle l’observateur observe l’observateur qui observe ce qui se passe. Vous pouvez susciter une grande complexité dans la façon dont vous percevez les choses et dans votre choix de points de focalisation.

En conséquence, votre création particulière présente parfois une spectaculaire différence de coloration par rapport aux créations de certains de ceux de votre entourage, dans votre expérience quotidienne. Lorsque vous avez acquis le sens de votre propre pouvoir et que vous décidez d’utiliser correctement ce pouvoir, vous devenez une force qui dépasse le cours normal de l’énergie humaine. Parce que vous vous êtes éveillé à votre propre potentiel de créateur de votre propre univers, et parce que vous avez commencé à vous mettre à créer cet univers comme vous sentez que vous souhaitez qu’il soit, en agissant d’une manière éthique à des moments choisis, vous vous mettez à développer autour de vous une énergie qui est celle non seulement de votre personnalité, mais aussi celle de la création imaginée que vous faites naître dans votre vie.

Par conséquent, dans la mesure où vous êtes entré dans ce développement conscient de vous-même et de votre création, vous ne travaillez pas seulement pour vous-même, mais au niveau de l’énergie planétaire. La situation n’est pas que ce que vous pensez devient quelque chose que d’autres pensent. En fait, la vibration qui soutient votre travail irradie, comme le ferait la lumière d’un phare éclairant au loin la mer sombre et houleuse.

Quand vous permettez à votre lumière et à votre univers de briller, vous poursuivez, dans votre essence, l’un de vos objectifs les plus profonds: changer et faire glisser la conscience au niveau planétaire. Nous voudrions souligner qu’à ce niveau-là de perception nous ne parlons pas de choses qui peuvent être montrées et être mises en mots. Nous parlons d’un changement de point de vue.

Chaque entité regarde le monde d’un certain point de vue. Avant le début du processus d’éveil ce point de vue est indiscutablement limité. Les préoccupations de l’animal instinctif que vous êtes, en tant que descendant de la famille des grands singes, sont des préoccupations concernant votre famille et votre tribu. Vous souhaitez qu’ils soient bien en sûreté, bien vêtus, bien au chaud, et bien nourris. Vous souhaitez rassembler les ressources dont vous aurez besoin pour eux, et en suffisance. Et si vous avez le sentiment qu’ils sont en danger, vous voulez les défendre.

Ce sont là les grands os du squelette des préoccupations typiques de quelqu’un qui n’est pas éveillé et qui fonctionne comme un membre de la société dans son ensemble, sans se soucier d’aucun des aspects spirituels de cette vie ou des pensées qui surviennent. C’est pour cela que votre travail, bien qu’il soit fait en privé et pas nécessairement mis en mots, est un travail magique, puissant, et très digne d’être accompli.

Il y a un niveau entièrement différent, qui est une transition entre le premier niveau et le troisième. Ce point de transition est un point auquel la situation concernant vos considérations planétaires est notée. Au cours de la discussion générale qui est de coutume avant ces méditations, cet instrument et d’autres de ce cercle de recherche ont parlé de la manière répétitive dont nos thèmes les plus fondamentaux se reproduisent. Ces thèmes sont des thèmes d’empire, qui ont prédominé tout au long de l’histoire de cette planète particulière. »

11 février 2007 /Source:  http://www.llresearch.org/transcripts/issues/2007_french/2007_0211.aspx

De l’illumination

La fin d’une rechute compte-t-elle pour une forme d’ascension? Vais-je au moins monter un petit peu plus haut que le sapristi de plafond? Savantes docteures en sarrau si blanc que mon sang causerait bien du malheur aux finances de vos valeurs en larges flaques bleues sur tout ce qui bouge plus vite que le rouge Mon ordinateur a tellement de virus que ne me regardez pas pour la puce c’est au clavier que vous devrez au moins parler pour passer par moi sur le chemin de l’au-delà Mes désignés médocs à neutrons captateurs Même si en manque de dope je voterais plus pour de la ‘free rope’ que de la ‘hope’ de pestiféré Pour l’arrivée des Swatt en savon d’abattoir bancaire prêts à décapiter la récolte avant les puces dans le cerveau Nous venons d’en parier pourtant que vous m’avez déjà eu souvent mais maintenant J’ai la tempête de morphine l’entre deux mondes du Fentanyl avec des Dilodids  en attendant le smack pour voir le début et la fin du début passer date dans mon jeans le cycle qui recommence et nous qui émergeons de l’autre bord intacts déchirés à l’accoutumance de se servir « first » par le califourchon du cou avant de nous finir au gun a clous Il me reste encore quelques abus quelques bogues à déboguer sur la planète des singes des à faire chier avant ma dernière non pas heure mais demeure étant le type là pour le dernier mot du météorite qui fera splat! Vers la fin des hostilités ce sera comme un éternel été malgré la glace partout quand les endormis auront compris que y a jamais eu de pays ni de conflit juste un contrôle de la populace par un gang d’entre les densités et que le clou est finalement cosmique mais pour  beaucoup avant la fin ce sera moins comique Ce matin la police continue de tirer sans retenue sur les passants au Caire faire ses courses est devenu plus dangereux que le cancer aux états désunis on nous propose pour nous débarrasser des déchets nucléaires comme on le fait pour les autres déchets industriels mais au lieu de les glisser subrepticement dans l’eau ou la nourriture On propose de les saupoudrer dans l’air à bord d’avions ordinaires La fin d’une rechute compte-t-elle pour une ascension? Rechute dans la bêtise par exemple? Le chemin de croix commence à genoux en bande de tabarnaks de survivants d’Apocalypse avec des inondations qui flashent les tracks vont régurgitant les locomotives le feu pognera dans tout ce qui se brûle pour finir dans la pluie comme si une pluie de feu si même le gouvernement vous le dit vous allez croire que ça se peut trois années de mauvaises récoltes cet hiver le prix sanglant de la révolte grondera comme onde pendant ce temps-là la guéguerre sur le Mont-Réel toujours dernier à regarder la fin qui tombe du ciel Il nous manquera tellement de tout que même les virgules se feront rares Ou si vous préférez Matthieu, le pote de Jules César qui en se faisant passer pour l’apôtre d’un Jésus dit: « En ces jours-là, les hommes se marraient et mariaient leurs filles, Le déluge vint et emporta les hommes ». La fin d’une rechute compte-t-elle pour une forme d’ascension? Les comètes se fragmentent pour nous envoyer leurs vœux alors que la Nasa mettra terme au programme d’informer le public sur les météorites se dirigeant vers la Terre dès le 1 er Octobre Fini les lumières mystérieuses en Australie Les boules de feu sur Memphis et le Tenessee Circulez: rien alors-là, absolument ‘niente da vedere cui’ Nous sommes seuls pourtant Avec nos yeux À savoir ce qui se dirige vers nous À mesure que la pluie de corps célestes, de virus interstellaires et de maladies s’installeront comme au Moyen-âge Le sujet deviendra carrément tabou! Les survivants seront brûlés sur des bûchers alors que la force de la nature nous ramènera vers le modèle des cavernes sur le plan hypothécaire!

Jour extrême

Vers l’extrémité du jour quand intempestive
tu roucoules et me foudroie en travers l’horizon
vers la crue noire d’étoiles
alors que nous cautérisons des blessures
millénaires à grands coups de chuchotements
qui signent la fracture qu’il nous reste à panser
par ce silence hurlant sa douleur enfantée
qui te désagrège sous mes yeux

J’aurais tant désiré te guérir
et du mensonge qui ronge tes globules
et de la maladie du temps
diluant mon sang d’encre
mêlé au tien malgré la débâcle
je plie encore plutôt que de
te faire briser les ailes de cette liberté
consistant à fuir le mensonge
au plus anodin mystère croissant

Il y a de ces crises dont je préfère
laisser à l’univers le regret de te montrer
le chemin du retour à la case départ
et le soin de te secouer la cage
avant que de te plonger dans le vide
recouverte d’un puérile plumage
incapable d’apprécier la multitude
de possibles en liberté

Et puisqu’il ne nous en reste qu’une
vas-tu enfin traverser ces barreaux
avant le dernier grain de cette année
au bout de laquelle nous ne reconnaitrons
ni la planète ni ses fantômes errants
tels les esprits égarés dans un tunnel
duquel émergeront nos pires cauchemars
travestis en le seul avenir possible
sur les vestiges de notre inhumanité

Au jour de l’ordalie à la seringue souillée
je me tatouerai un X rouge
sur la nuque de toute éternité
pourvu que ce morphine mambo
nous ensevelisse loin du discours
que les paroles sillonnent à pic
avant leur perpétuel retour pour un ‘replay’
depuis l’obscure sillon de terre tracé
depuis les cavernes jusqu’aux gratte-ciels

L’inconséquence biblique se fera nôtre
malgré toutes les chances offertes
pour purifier l’esprit au lieu de l’écraser
telle l’insecte avec un nombril greffé
à la place des oreilles cosmiques
qui elles préféraient refaire cette classe
avec la débutante civilisation prochaine

Ou comme les québécois disent:
‘À la prochaine chicane’

– 18 juillet 2013 –

L’Âme à l’arraché

Garantie d’une collision
avec la réalité augmentée
l’ondulation créatrice pure
qui déchirera en masse
quand le soleil enfin

Se révélera comète
notre visa d’union intégrale
le contrat ici stipule que ça
nous reconnectera le canal
au point que ça saurait nous être égal
sur le dos de l’éternité
que d’avoir à glisser longtemps

Avant de se reconnaître
et d’être tarabiscoté
de l’horreur et honneur
de revenir des chez le future
d’où nos ancêtres en rangs

Biens serrés d’abord lézards
te font la bise sans leurs corps
via leurs anges multiformes
de la face la plus cachée à toi
à tes côtés ton quota d’émotions
divisée en information l’énergie
leur sert de sang, merci!

Quant à notre biologie clonée
cette pulsation cosmique est leur
nous magnifiques fourmis
inutile de chercher plus loin
demande tu recevras!

Harnacher sa grâce
déborder notre fondation
élargir encore et encore
seul et salement difficilement
le tunnel pour que s’élève
percutante l’étincelle
nous hissant l’esprit

Depuis la leçon
en mode post-catastrophe
le redressement des pôles
du haut de ses baskets
lumineuses, le supérieur

Fournit de la matière
en locomotive à réflexion
au convoi sur le point
de s’enrailler à l’autre côté
du rubicond

À moi maintenant de traverser
sans trop nuire à sa perfection.

danleMiel
12.07.13

Dans le Miel pas Charlie

Je suis dans le miel
Pas Charlie
Je suis dans le miel
Pas Charlie…

Tout n’est que leçons
Ce qui monte va retomber
Ce qui meurt vient de naître
Le temps d’une illusion
La connaissance protège
L’ignorance met en danger
L’ignorance te met en grand danger

Tout est faux, même le décor
Tout est une illusion
Mon coeur à l’oeuvre
Qui frôle l’abstraction
Tous les autres autour
Sont les miroirs
de mes manquements
De mon amour sans tain
Moi et mes amis vautours
Desquels j’apprendrai un jour
À tout entendre voir
Jusqu’à tout percevoir

Tout n’est que leçons
Ce qui monte va retomber
Ce qui meurt vient de naître
Le temps d’une illusion
La connaissance protège
L’ignorance met en danger
L’ignorance te met en grand danger

Tout n’est que leçons
Que leçon ici-bas
L’univers une grande école
Toute l’histoire de ma vie
Le film de ma perception
Projetté sur le mur
De la caverne de Platon
L’émotion nous emprisonne
Suivi d’un solide coup de batte
La passion jauge son poison

Tout n’est que leçons
Ce qui monte va retomber
Ce qui meurt vient de naître
Le temps d’une illusion
La connaissance protège
L’ignorance met en danger
L’ignorance te met en grand danger

Le temps de l’illusion
Au zéro de l’infini
Miroir brisé de mon âme
À genoux sur le pavé
M’obligeant à toujours
Beaucoup mieux m’observer
Comme si j’étais
8 milliards de petits
Dans le miel séparés
8 milliards de moi masqués
– Comment croyais-tu pauvre cloche
qu’il allait se présenter?

Apelle ça Dieu si tu veux
Il y a un seul amour
Une unique vérité
Nous deux c’est sûr
Ne verrons jamais
La même chose
Derrière une porte close
Tout est pourtant
Une seule et même clause
Le serpent maintenant
Te frotte le bas du dos
Je suis dans le miel
Pas Charlot

Tout n’est que leçons
Ce qui monte va retomber
Ce qui meurt vient de naître
Le temps d’une illusion
La connaissance protège
L’ignorance met en danger
L’ignorance te met en grand danger

Je suis dans le miel
Pas Charlie
Je suis dans le miel
Pas Charlie…

Quand ils ont chanté – Egolution

Quand ils ont clamé :
Repens, repens-toi,
Je me demande ce qu’on comprenait,

Quand ils ont crié :
Repens, repens-toi,
Je me demande ce qu’on entendait,

Quand ils ont hurlé :
Repens, mais reprends-toi,
Je me demande ce qu’on espérait.

Quand ils ont balbutié :
Pardonne, pardonne-toi,
Pardon d’avoir cru,
Pardon d’avoir douté,
Je me demande ce qu’on saisissait.

Quand ils ont susurré :
Remets, remets-toi,
Remets ton collier,
Remets ta vie en laisse,
Je me demande ce qu’on percevait.

Quand ils ont chuchoté :
Permets, permets-toi,
Permets-toi le noir,
Permets-toi le blanc,
Je me demande à quoi l’on pensait.

Quand ils ont braillé :
Excuse, excuse-toi,
Excuse-toi pour tes fautes,
Excuse aussi celles des autres,
Je me demande ce qu’on écoutait.

Quand ils ont chanté :
Refais, refais-toi,
Refais-toi un jour,
Refais-toi une nuit,
Je me demande ce qu’on imaginait.

Quand ils ont bramé :
Repens, repens-toi,
Je me demande ce qu’on retardait.

Quand ils ont beuglé :
Repens, repens-toi,
Je me demande ce qu’on prévoyait.

Quand ils ont rugi :
Repens, mais reprends-toi,
Je me demande ce qu’on attendait.

(paru sur: AMOURS DE TRAVERSE, oct 2007)

NB: Chers amis auteurs francophones, je comprendrai peut-être un jour mais n’accepterai jamais pourquoi les français insistent à chanter en anglais? Franchement! Et pour beaucoup, c’est pathétique, les anlgais ne vous écouteront pas, il vous manque quelque cours par correspondance-là, sorry les amis! (JE TROUVE QUE ÇA FAIT plutôt FAUX-JETON, BON C DIT!!)

Quand j’entends des textes qui seraient formidables dits dans notre langue mère massacrés dans le jargon de ShakeTheSpear ça me revire la gorge à l’envers! D’autant plus que, et je te parle par expérience (vécu: Miami 1970-75, France (Montpellier-Paris) 1980-84, Dublin 1984-88, Vancouver 1988-94) car depuis que je suis revenu me cramponner au Québec il a déboulé des milliards de pistes depuis la France par des auteurs/ chanteurs qui comme on dirait se veulent plus catholique que le pape! Nous n’avons absolument rien à envier à l’anglais, et je sais que les anglais adorent écouter nos textes, même entouré de leurs amis, même quand aucun n’y comprend un traitre mot! Ça leur donne un air de supériorité et attise leur curiosité! Okay ma séance de ‘bitchage’ est finie! Merci! BE YOURSELF & KEEP IT REAL!!