Kevin Nolan, Nathan Fagan, de Dublin à Montréal pour le Festival AU CONTRAIRE.

Un mois d’Octobre chargé, et un début Novembre stellaire! C’est comme cela que BlueToad vit sa vie de band indie. De la même manière que nos projets prennent tout à coup de l’ampleur et que nous serons bientôt prêts à vous annoncer nos proches projets de maison de disque et concerts.

Tout a commencé par la venue à Montréal de Nathan Fagan-Guimond, qui était de passage chez-nous pour la présentation de son film documentaire : HUM, avec la prestation du sujet du film, l’auteur-compositeur-interprète; KEVIN NOLAN tous deux de Dublin, lors du festival AU CONTRAIRE qui eut lieu au Musée des Beaux-Arts de Montréal du 24 au 26 Octobre.

Sur HUM : http://filmireland.net/2017/08/18/nathan-fagan-guimond-director-of-hum/

Sur Nathan Fagan-Guimond : http://www.imdb.com/name/nm7282655/

Sur Kevin Nolan : https://www.kevinnolan.info/info
Site officiel de Kevin Nolan : https://www.kevinnolan.info/

‘Drowning’: Kevin Nolan from Nathan Fagan on Vimeo.

Egolution – DanleMiel

‘Egolution’: c’est deux douzaines (25) de pages dans le playbook des moyens du bord poétiques, rasés de près au menton des sept dernières années. La nature remet nos horloges bioénergétiques à l’heure du nouveau Monde en vrac, y’a pas de quoi désaouler, c’est mère Nature qui redresse le lampadaire; bienvenue aux derniers mois de l’An Zéro sur terre. encore heureux que la grille électrique ait tenu jusqu’ici! Citoyen du Globeistan « Libre » Glisse ta glocomotive sur les rails, ton egolution s’occupera des détails. Le 1er Janvier nous serons tous secoués dans notre nowhere historiquement incertains du trou noir engouffrant frénétiquement tout car d’une manière absolue, et avis aux premiers rangs en avant: On se la calme, vous voyez les SWATT/CRS?! Okay!!! Lisez bien les instructions sur mes lèvres maintenant: PAS DE PANIQUE: ok!… D’abord, sachez qu’il y a un ‘seul’ amour… Une ‘unique’ vérité! Deux personnes ne verront jamais la même chose pourtant tout est infiniment unitaire. Au plan encore plus terriblement méchant, de la virulente et imprévisible théorie du complot de la fin des temps tant anticipée entre le Mal et le Bien facilité par l’élite dans ses souliers de croco et limousine à la chaine, l’obscurité et la lumière quoi, etc. Sur le théâtre des opérations, qui est le « Globeistan Libre » bref, seuls deux grands camps sont actifs au front du réel. Un en la tribu du Don (avec ou sans champ de pétrole) et l’autre chez les serviteurs du Fion (avec ou sans champ de patates), les machines à réagir seulement quand ça touche leur porte-lingots et leurs grelots (petites patates). Or, le future lui, comme nous le savons, reste fluide, et seule la connaissance protège alors que l’ignorance met en danger. Elle fait rouler les mécaniques un maximum pour un minimum de résultat…. Comme quoi: Tout n’existe que pour la leçon que l’on en tire. Elle dont il est inutile de couper les cheveux en quatre, puisque ce sont les âmes qui comptent et non les têtes ou corps. Tout est décidément fondé sur du dur et l’avenir prédit beaucoup de sauce Ebola à tous les égouts de la planète telle une arme à déception massive dans son environnement rêvé pour nous ramollir le sacrifice! Sur ce, bon télédéchargement gratuit, sans aucune garantie sauf si vous piratez des alexandrins pour décoder en apéro. Que ça se retourne vite virale car toute folie a en lettres minuscules sur le contrat sa date de péremption dissimulée quelque part dans la formule initiale, mais laquelle calculer quand tout a été savamment trafiqué? Rappelons-nous seulement les incarnations antérieures et parallèles: Michel de Nostredame à Montpellier en 1557? Aldous Huxley, in London, 1959? Georges Orwell, New York state of mind for 1984 way ahead of his time? Il reste encore des surprises dans le chapeau du magicien qui cache sa queue écaillée, à tout le moins une apparition globale des citoyens galactiques, si ce n’est l’invasion des zombies tant promise. D’autant plus que les visiteurs seront incapables de s’adapter à notre manie de tout canarder au tir ami, nos 9mm sous stéroïdes en exercice permanent de la recherche d’imaginaires méchants, de blips sur les radars, de billots de sapins nucléaires pour OTAN que ça remplisse la page de peur. Ça va leur prendre de la compassion pour se mettre à notre place dans la station nucléaire lors du bang final!

 

Chaque entité est l’auteur de sa propre création

Un ‘classique’ dans le genre, cet extrait de Love Light Research. Ce groupe qui nous ont donné la LOI UNE, rassemble la majorité des points qui pour moi font que la Vie est ma religion! Et, fort heureusement, plus nous avançons les yeux bandés vers le mur, plus nous attirons d’autres membres de notre tribue, la tribue du Don! Soeurs et frères de la miséricorde, randonneur cosmiques, globetrotteurs érudits à l’école de la Rue: welcome home!

« Chaque entité est l’auteur de sa propre création. Il est vrai que certains points de référence sont communs à la plupart des créations des gens, notamment certaines données concernant la société et la culture dans lesquelles ils vivent. (SUITE ici-bas)

Yet each entity’s creation is his own. The biases that he encourages in his life become the biases of his world. Entities are people of great power. They are part of the godhead principle. All entities, even the elements, the animals, and all of nature, have this power. But they do not know that they have it. And consequently they use it effortlessly and without any impurity, being incapable of altering their nature and only capable of fulfilling it.

English source: http://www.llresearch.org/transcripts/issues/2007/2007_0211.aspx

Cependant, la création de chaque entité lui appartient en propre. Les inclinations qu’elle encourage dans sa vie deviennent les tendances de son propre monde. Les entités sont des gens de grand pouvoir. Elles font partie du principe divin. Toutes les entités, même les éléments, les animaux, et toute la nature, ont ce pouvoir. Mais toutes ne savent pas qu’elles l’ont. En conséquence, elles en font usage sans effort et sans aucune impureté, étant incapables de modifier leur nature, et capables seulement de la suivre. Vous, en tant qu’entités conscientes, vous avez une plus grande aptitude à créer, parce que vous avez conscience de vous-mêmes. Vous avez conscience que vous êtes des êtres en train de chercher. Vous avez une fonction d’observateurs.

En fait, de nombreuses entités ont une fonction très complexe d’observateur, dans laquelle l’observateur observe l’observateur qui observe ce qui se passe. Vous pouvez susciter une grande complexité dans la façon dont vous percevez les choses et dans votre choix de points de focalisation. En conséquence, votre création particulière présente parfois une spectaculaire différence de coloration par rapport aux créations de certains de ceux de votre entourage, dans votre expérience quotidienne. Lorsque vous avez acquis le sens de votre propre pouvoir et que vous décidez d’utiliser correctement ce pouvoir, vous devenez une force qui dépasse le cours normal de l’énergie humaine. Parce que vous vous êtes éveillé à votre propre potentiel de créateur de votre propre univers, et parce que vous avez commencé à vous mettre à créer cet univers comme vous sentez que vous souhaitez qu’il soit, en agissant d’une manière éthique à des moments choisis, vous vous mettez à développer autour de vous une énergie qui est celle non seulement de votre personnalité, mais aussi celle de la création imaginée que vous faites naître dans votre vie.

Par conséquent, dans la mesure où vous êtes entré dans ce développement conscient de vous-même et de votre création, vous ne travaillez pas seulement pour vous-même, mais au niveau de l’énergie planétaire. La situation n’est pas que ce que vous pensez devient quelque chose que d’autres pensent. En fait, la vibration qui soutient votre travail irradie, comme le ferait la lumière d’un phare éclairant au loin la mer sombre et houleuse. Quand vous permettez à votre lumière et à votre univers de briller, vous poursuivez, dans votre essence, l’un de vos objectifs les plus profonds: changer et faire glisser la conscience au niveau planétaire. Nous voudrions souligner qu’à ce niveau-là de perception nous ne parlons pas de choses qui peuvent être montrées et être mises en mots. Nous parlons d’un changement de point de vue.

Chaque entité regarde le monde d’un certain point de vue. Avant le début du processus d’éveil ce point de vue est indiscutablement limité. Les préoccupations de l’animal instinctif que vous êtes, en tant que descendant de la famille des grands singes, sont des préoccupations concernant votre famille et votre tribu. Vous souhaitez qu’ils soient bien en sûreté, bien vêtus, bien au chaud, et bien nourris. Vous souhaitez rassembler les ressources dont vous aurez besoin pour eux, et en suffisance. Et si vous avez le sentiment qu’ils sont en danger, vous voulez les défendre. Ce sont là les grands os du squelette des préoccupations typiques de quelqu’un qui n’est pas éveillé et qui fonctionne comme un membre de la société dans son ensemble, sans se soucier d’aucun des aspects spirituels de cette vie ou des pensées qui surviennent. C’est pour cela que votre travail, bien qu’il soit fait en privé et pas nécessairement mis en mots, est un travail magique, puissant, et très digne d’être accompli. Il y a un niveau entièrement différent, qui est une transition entre le premier niveau et le troisième.

Ce point de transition est un point auquel la situation concernant vos considérations planétaires est notée. Au cours de la discussion générale qui est de coutume avant ces méditations, cet instrument et d’autres de ce cercle de recherche ont parlé de la manière répétitive dont nos thèmes les plus fondamentaux se reproduisent. Ces thèmes sont des thèmes d’empire, qui ont prédominé tout au long de l’histoire de cette planète particulière. Et en effet, les paléontologues et archéologues indiquent que, bien avant l’existence de documents historiques, les énergies qui visaient à l’empire étaient bien présentes et vivantes dans l’un des premiers corps pré-humains découverts. Cette entité avait été tuée d’un coup à l’arrière de la tête. L’énergie utilisée à résoudre les problèmes en ayant recours à la violence est très ancienne sur votre planète.

Elle date en fait d’avant votre énergie planétaire particulière car au cours des derniers 75.000 ans vous avez reçu des entités en provenance de plusieurs planètes, entités qui ne sont pas parvenues à achever leur propre écolage de troisième densité parce qu’elles avaient créé des changements sur leur planète par des moyens violents à grande échelle, qui ont rendu cette planète inhabitable ou bien l’ont détruite en la faisant exploser. Toutes ces entités sont ici à présent, et travaillent à rompre avec les anciennes habitudes. Il y a donc une certaine entropie spirituelle [1].

C’est ce qui arrive quand aucun progrès n’est fait. Les énergies sont de moins en moins organisées et de plus en plus chaotiques, parce que l’énergie est inutilisable au-delà d’un certain point. En outre, il y a l’énergie d’inertie, ce qui signifie que même ceux qui ne sont pas particulièrement impliqués dans la tendance à résoudre les problèmes par la violence ne disposent toujours pas de capteurs qui peuvent déclencher l’alerte rouge quand ils entendent discuter des pensées de l’empire. Ils savent que quelque chose ne va pas quand ils entendent dire que nous devrions tous vivre dans la peur sur la planète Terre. En même temps, ils sont sans défense devant quelque chose qui ressemble à de la prudence avisée. Ce qui ressemble à de la prudence avisée peut être attribué d’abord au fait que chacun de vous, sur cette planète, a accompli plusieurs fois ce cycle et s’y est habitué, et ensuite à l’inertie en vous qui ne veut pas que vous vous éveilliez parce que s’éveiller c’est inconfortable.

Quand vous vous éveillez et que vous constatez que les choses ne sont pas comme vous l’aviez pensé, alors vous sentez que vous souhaiteriez réagir à cette prise de conscience. Et plus vous réagissez en ayant l’intention de devenir plus conscient, davantage vous-même, et de davantage faire partie du principe divin, plus vous invitez le changement à se produire aux niveaux les plus profonds de votre personnalité. Quand vous demandez à vous éveiller, à vous transformer, et à véritablement servir au niveau le plus profond dont vous êtes capables, vous demandez aux forces de la transformation de venir dans votre vie. Celui connu comme M a parlé précédemment de l’efficacité de l’eau en tant que mécanisme de purification. Et nous voudrions faire remarquer que nombreuses sont les entités qui ont trouvé utiles et commodes l’utilisation d’eau ou d’autres systèmes de nettoyage car, lorsque vous changez, vous vous débarrassez d’une bonne part de matériel toxique spirituel, émotionnel, et mental.

Et qu’il passe au travers du corps physique, comme il le fait en partie, ou qu’il passe au travers du corps énergétique, comme il le fait en partie aussi, il doit être traité et pouvoir se déverser naturellement à travers vous, pour sortir ensuite. Quand des entités s’éveillent et réalisent qu’il est urgent pour elles de faire glisser leur conscience, elles peuvent sentir que pour d’autres aussi il est nécessaire de faire glisser leur conscience. Alors entre en jeu une tendance à ce que nous pourrions appeler un matérialisme spirituel, dans lequel vous souhaitez que chacun se forme et vive d’une nouvelle manière. À cet égard nous suggérerions que le choix habile est toujours le travail sur le ‘soi’, sans chercher à travailler sur d’autres entités. Le Service D’Autrui, en travaillant sur ce que vous percevez comme ayant besoin d’être accompli dans le monde, commence et finit avec vous-mêmes. À moins que l’on ne vous pose des questions spécifiques auxquelles vous pouvez répondre de ce que vous espérez être une manière spirituellement utile, le travail que vous faites sur vous-même est suffisant et plus qu’adéquat en ce qui concerne la manière dont vous pouvez affecter la conscience de la planète Terre.

Changez-vous vous-même, et vous changez le monde. Voilà quel est réellement votre degré de puissance. Le troisième niveau dont nous voudrions parler est un niveau de temps/espace et d’espace/temps où ces changements ont vraiment lieu pour votre planète. Et ici nous aurons besoin d’un peu de temps pour discuter de la mécanique de votre situation, pour autant que nous puissions l’exprimer au travers de cet instrument. Nous espérons que vous montrerez de la patience à notre égard puisque nous travaillons avec un canal non-scientifique à cet égard.

Tôt dans votre troisième densité il a été observé que la moisson de troisième densité sur la planète Terre était très en retard et ne se développait en fait pas bien du tout. Il a été vu que l’introduction d’entités d’autres planètes, ainsi que l’introduction de nouveaux changements dans certains des modèles, destinés à améliorer le génome humain, avaient des conséquences imprévues qui approfondissaient le pouvoir des entités de faire usage de la libre volonté sans qu’il y ait l’aptitude spirituelle à voir où allait cette libre volonté. Une autre conséquence a été une aptitude accrue à amuser et enchanter le ‘soi’ par des histoires de pouvoir et d’empires. La culture dans son ensemble, alors, par son usage du libre arbitre, est arrivée à une situation qui a suffisamment préoccupé les gardiens de la Terre pour que soit créée pour cette planète, une latérale temporelle, une sorte de piste parallèle à la piste principale de temps et d’espace telle qu’elle est en train de se développer naturellement dans votre environnement physique.

Vous n’avez jamais fait l’expérience de la vie dans votre environnement physique totalement naturel parce que vous êtes sur une latérale temporelle en quarantaine depuis des milliers d’années. Il a été espéré, en mettant cette planète en quarantaine, loin de toute autre influence extérieure d’aucune sorte, que le libre arbitre du corps de la tribu Humanité s’accumulerait et se mettrait à s’occuper de réaliser comment des choix éthiques peuvent être faits d’une manière qui progresserait à partir du sentiment de base que, lorsqu’il y a menace, la réaction appropriée est susceptible d’être violente, car ainsi la question est réglée, et ce sur-le-champ. Par conséquent, en enfourchant cette latérale temporelle comme vous l’avez fait, vous avez fait l’expérience répétée de vagues d’empires qui se sont élevés puis sont tombés, pour immédiatement voir un nouvel empire s’élever puis tomber, puis un autre, et encore un autre. Si vous regardez votre environnement extérieur, vous pouvez voir ces forces à l’œuvre même maintenant, se répétant, satisfaisant la partie du mental profond de la tribu Humanité qui est utilisée à ces énergies, et qui se sent à l’aise avec elles, non pas parce qu’elles sont bonnes, mais parce qu’elles sont le sens même de la planète Terre.

L’apport de vie nouvelle dans ce monde obscur est une occurrence commune parce que la lumière ne peut être éteinte par l’obscurité. Et personne après personne, après encore une autre personne, a des moments de brillante perspicacité pendant lesquels elle voit que répondre par la violence à la violence n’est pas une sage décision. De plus en plus nombreuses sont vos entités qui investissent de leur temps, de leur talent, et de leur valeur dans la recherche de différentes réponses à l’obscurité ambiante basée non pas sur l’obscurité elle-même, mais sur la lumière qui émane de l’obscurité et que l’obscurité ne peut éteindre. Ces entités se focalisent sur cette première bougie de lumière. Et cette petite illumination illumine un peu. Et puis elle illumine davantage. Et ainsi débute un processus d’éclairement de la conscience du ‘soi’.

Le temps est proche, et en fait il est presque à portée de main, où quelque chose que vous pourriez appeler un point de basculement est imminent. Et en fait, il est devant vous en ce moment. Et quel est ce point de basculement? Ce point de basculement est comme un tirage à la courte paille, disons, un vote informel, si vous voulez, des tribus de l’humanité, pour savoir si la majorité des entités souhaitent se séparer à jamais de toute voie à l’exception de la violence, ou bien si elles souhaitent progresser et entrer dans la quatrième densité et au-delà. Il y a des entités de la cinquième densité sur la voie du Service De Soi, qui fomentent un coup, dirons-nous, contre le train d’humanité qui roule sur le parcours de cette voie temporelle parallèle. Ces entités aimeraient qu’il ne rejoigne pas la voie principale. Les gardiens de cette planète et les éclaireurs de vos forces planétaires, tant visibles qu’invisibles, ont littéralement remué ciel et terre pour créer un ralentissement des forces du temps, de manière à ce que chaque instant possible puisse être donné au développement de la population humaine de la planète Terre jusqu’à ce que le vote informel se fasse en faveur du Service D’Autrui et non du Service De Soi; pour le rayonnement, la paix, et l’harmonie, et non pas la contraction, la guerre et l’hostilité, en toile de fond à la vie quotidienne.

Nous avons bon espoir. Si ce dernier moment devait être ce jour-ci, le tirage à la courte paille indiquerait que votre planète rejoindra le cours typique, normal, de l’espace/temps. Ce que les entités négatives aimeraient faire, c’est faire en sorte que le basculement se fasse de l’autre côté et que les gens se disent: « non, non, il est important de faire la guerre parce que nous voulons gagner des ressources, parce que nous voulons défendre nos familles » , et aussi à cause de la longue liste de choses que les grands singes considèrent instinctivement comme des priorités. À ce niveau-là, il n’y a quasiment pas de temps/espace ou d’espace/temps dans lequel une entité de troisième densité peut faire le choix primal du Service D’Autrui sur la planète Terre de troisième densité. Maintenant, votre densité est devenue la quatrième. Elle n’a pas attendu cette année, ni même plusieurs années avant celle-ci, mais elle vit à présent en quatrième densité, et exclut la création de davantage de lumière de troisième densité.

Dès lors, les entités de troisième densité qui parcourent à présent la planète sont de plus en plus sensibles, parce qu’elles n’ont plus le soutien de la lumière de troisième densité qui cache la majeure partie de la vérité. Il y a, au contraire, une lumière de quatrième densité qui s’interpénètre avec la compréhension de troisième densité qu’elles ont de leur monde, et qui crée un environnement où il semble et où en fait il se produit que, vague après vague, la vérité, la lumière, et la compréhension s’abattent sur cette planète. La quatrième densité est la densité de l’amour. Mais elle est aussi nommée densité de la compréhension. Ce qui se passe actuellement pour les entités, c’est que ce qui se trouve dans leurs pensées et dans leurs suppositions non-examinées, est renvoyé en miroir depuis eux jusque dans leur vie ordinaire afin qu’ils puissent y voir clair.

Elles ne disposent plus d’un gros coussin de non-vérité commode parce que, quand des entités s’éveillent spirituellement elles ont en elles des forces qui ont la détermination et l’intention de mettre à l’épreuve les allégations tacites qui ne servent pas le plus grand bien. Ainsi donc, dans la mesure où vous, en tant qu’entités de troisième densité, n’êtes pas éveillés, vous trouverez simplement que la vie devient plus dure. Il vous semble que de plus en plus d’extrêmes s’installent. Vous ne vous sentez plus bien. Vous perdez de plus en plus d’emplois. Et peu importe à quoi vous travaillez dans cette vie, tout devient plus dur qu’auparavant. C’est parce que vous n’êtes plus protégés de votre vérité comme vous l’étiez auparavant. Maintenant, les entités qui sont éveillées et qui se trouvent dans cette même situation font l’expérience d’une augmentation de souffrance et de temps plus difficiles. Cependant, ce qu’elles ont pour elles, c’est qu’elles ont établi leur intention de servir autrui et de connaître la vérité afin de pouvoir servir leur prochain.

C’est ainsi qu’est créé un système de soutien de quatrième densité, système très puissant qui peut certes prendre la place des conforts passés du non-éveil. Toutefois, lorsque vous devenez éveillé et que vous établissez votre intention de devenir un être éthique digne de la quatrième densité, vous vous demandez également à vous-même de vivre une vie qui reflète ces valeurs de quatrième densité qui sont implicites et explicites lorsque vous pensez au Service D’Autrui. Les principes impliqués dans le Service D’Autrui sont implicites dans tout ce qui est accompli, dans le sens où, quand vous rencontrez un moment, vous le rencontrez en tant que quelqu’un qui sert. C’est une attitude générale, et ce point de vue fondamental vous amène à un point de vue plus large, basé sur la guidance que vous recevez et activé par votre désir de servir. Quand vous demandez la vérité, la vérité est là, devant vous. Demandez, et vraiment, vous recevrez.

Alors vous êtes responsables de vos actes d’une manière qui était inconcevable quand vous ne saviez pas et n’aviez aucune connaissance de la manière dont fonctionnent les forces de l’évolution. De ce que vous ignorez, vous ne pouvez pas être tenus responsables. Lorsque vous prenez conscience des principes spirituels impliqués dans l’évolution naturelle, alors vous avez aussi la responsabilité d’agir avec cette connaissance. À cause de ces facteurs, cette époque n’est pas facile. Ainsi que le dit le chant d’avant cette méditation, les entités peuvent bien souvent être plongées jusqu’aux genoux dans le fleuve Amour, et cependant mourir de soif [2] parce qu’elles ne savent pas comment faire entrer ce liquide de vie dans leur corps, leur mental, leur esprit. Comment fend-on une vie terrestre pour y laisser entrer le soleil? Heureusement, mes amis, il ne s’agit pas de fendre votre vie pour y laisser entrer le soleil. Il s’agit en fait de fendre votre personnalité pour prendre conscience que le soleil brille déjà, en quantité infinie, sur votre cœur, sur votre mental, et sur votre conscience, dans chaque fibre, dans chaque cellule de votre être, tant physiquement que non physiquement. Pour résumer ce troisième niveau, nous dirions que, pour autant que nous le sachions, (ce qui n’est pas dépourvu d’erreur, et n’est qu’une opinion), l’emploi du temps de votre planète est fixé.

La planète elle-même, moins la transversale temporelle, basculera complètement en quatrième densité au solstice d’hiver de l’année 2011. Autour de ce temps il y a une zone qui n’est pas du temps d’horloge, parce que le changement ne se fait pas dans l’espace/temps mais dans le temps/espace. Cette pénombre, dirions-nous, de temps de glissement a commencé approximativement en 1998. Nous donnons des dates à cet instrument, mais notez bien que nous ne sommes pas particulièrement doués pour les chiffres. À un certain moment il y a eu, dans le système énergétique planétaire, un ajustement qui aurait pu tout simplement éliminer la population de la planète par un moyen naturel, parce que celle-ci ne parvenait pas à une maturité permettant la moisson. Ce basculement des pôles a été évité en 1998 grâce à de nombreux groupes comme celui-ci, qui savaient que les consciences devaient être éclairées et qui ont dépensé pas mal de temps et d’énergie en tant que porteurs de lumière, et en tant que ceux qui ont parlé de ces énergies, de ces temps, et des principes spirituels impliqués dans l’évolution. »

Source:http://www.llresearch.org/transcripts/issues/2007_french/2007_0211.aspx

ALT_Mutation

« Chaque entité est l’auteur de sa propre création. Il est vrai que certains points de référence sont communs à la plupart des créations des gens, notamment certaines données concernant la société et la culture dans lesquelles ils vivent. (SUITE ici-bas)

Yet each entity’s creation is his own. The biases that he encourages in his life become the biases of his world. Entities are people of great power. They are part of the godhead principle. All entities, even the elements, the animals, and all of nature, have this power. But they do not know that they have it. And consequently they use it effortlessly and without any impurity, being incapable of altering their nature and only capable of fulfilling it.

English source: http://www.llresearch.org/transcripts/issues/2007/2007_0211.aspx

Voir l’article original 3 261 mots de plus

Tuer le temps

As-tu le temps As-tu le temps
As-tu le temps de t’arrêter
As-tu le temps d’écouter
As-tu le temps d’entendre
As-tu le temps d’apprendre
As-tu le temps As-tu le temps
Oui as-tu le temps As-tu le temps
D’attendre

Regarde bien autour de toi
Le monde est sur le point de se noyer
As-tu le temps As-tu le temps

Te reste-t’il le temps de tuer
Le temps?
Ou est-ce que l’urgence a déjà
Fait tilter tes alarmes
Et le feu embrase maintenant
Tout ce qui était mesurable
Depuis la facette invisible
De ce monde ô combien
Indivisible?

DanleMiel

 

J’attends une réponse du multivers

J’attends ma réponse du multivers
Vois plus très bien ce qu’il me reste à faire

Crise de radium au système appauvri
Bienvenue sur ce poème des temps gris

Je shoote le timbre tu sniffes les gélules
De solution finale sous prescription

Fauchée à un cancer terminal
Et pour le reste on fera comme si

L’avenir se créait sous capsule
Que tout est cool tant que ça stimule

Saigne bien ton signe de croix aussi
Pendant qu’on t’intube à la dynamite

Science poétique infuse-nous la vérité une
Seul unique amour pas pour des prunes

Dans les interstices de cet interview
Avec un démineur en champs astral

À la peur odeur de souffre
Et du souvenir craignos des visiteurs

Petits paquets de toubles vert de gris
Apparitions des grands yeux dans la nuit

La totalité de nos vies entièrement vouées
À nous prémunir contre la guerre

Faire souvent semblant de respirer
Ce que le monde s’en fiche du réel

De toutes les causes même les rosées
Définitivement perdues d’avance

À quand les immenses triangles silencieux
Entreprenant l’espace aérien barré

Merci de l’honneur d’abattre des civils
Toujours match nulle monsieur le président

De l’histoire je retiens: ‘jeunes entrepreneurs’
Banquiers beaux gosses de compagnies

Terminé en cendres au plus offrant
Sur leurs polices d’assurances

Signés du nom de leurs employeurs
Leur ayant coupé la vie sous les pieds

Et en millions de bites de leurres
Se débarrassent par courriel des veuves

Ainsi que tout le fric dans notre dos
Innondation pour cause de loi martiale

Les sévices secrets éliminent les pistes
Première devise des familles aux ancêtres sous-terriens

Des armées entières de clônes d’intérieur
Génétiquement mariés à certains de nos ancêtres

Adresse de la pancarte SAISI
Pour cause de gouvernement

A vidé ton compte pour se graisser la dent
Pillé ton ADN pour se créer des enfants

Vendu les tiens au plus offrant
Dans des tours capitonnées à la ouate

Assis sur du capitale bientôt: So what?
Gouvernement mondial toutes dettes à zéro

Pendant le crise pandémique sans précédent
Il manquera de tout surtout du papier toilette

Obama va crier Bingo devant l’échec
Et ses maîtres siffleront l’air de Banco!

La pub de gratteux (lotterie instantanée) dans leurs bunkers
Attenants quelque base secrète pharmaco-militaire

En attendant leurs riposte aves des bombes humanitaires
On va se torcher aux billets de banque

La révolte se fera capturer le reste seront pendus
Avant que la clarté putréfiée sur le sol

Remplisse des pichets de gale aux assoifés
Quant aux coeurs en cavale d’illusions maison

Avant de décroiser le noeud
Prévu pour l’enterrement-party

Des filles de Pointes Saint Charles
Viendront nous saigner les proverbes

De quelques inconvenants dandys
Dans un parking de Uniprix en Mr Toutlemnonde

Mille caisses de Molson dans cour arrière
Du bungalow hérité de sa grand-mère

Sponsorisée par un Conseil des Arts
De poilus et saouls poètes rempli

Saint Christophe est dans le plâtre
On a pus grand chose à espoirer

Sans sa ceinture de chasteté oblige
À genoux les brûlures de pipes

Soirs sombres à l’horizon a caserne
Ou sucer toutes les bites de la taverne

De Haschich tombées par terre
(passer l’apirateur sur des bites de dope quoi?!)
Dans le tapis vert qui trinque à l’aide!

Abonnement gratuit et travaux farcés
Mercenaire assez dur à faire bouillir

Pour ne pas se tourner vers les innocents
Mitraillette crachant

Pour des compagnies heu corporations
Depuis que les nations-unies ont le dernier mot

La chasse à l’âme en milieu urbain
Par ordre exécutif: texto;

Dans une ville peut-être chez-vous: c pas kool ça?
La même semaine que ne se fera la belle les USA

La bible de drônes hackés à mort
Par des pirates juges jurys bourreaux

Retranchés dans leurs bunkers construit d’avance
Pour les pédalos musclés et Tsars tatoués finance

À la partie d’échec évolutionnaire je succombe
Lançant mes ultimes S.O.S. dans un trou de vers

Sur le fil de la formule qui se mord la queue
Entre les haut-le-coeur d’une introspection houleuse

Qui fera bientôt basculer le miroir
Entre le vivant et son complément invisible

Et autres sports de groupes non-dupes à la constipation
Conspirée au goal des fours des camps crématoires

Pendant que nous déchargeons la charpie
Des trains de l’annihilation par états désunis

Comme ailleurs je l’ai déja écrit
Nous autres on a hâte aux Zombies, d’ici-là:

J’attends ma réponse du multivers
Vois pus très bien ce que ça me tente de tenter

Et toi! Oui: Aurais-tu ketchose à suggérer?
On sera deux à faire semblant de ne pas y toucher! »

 

DanleMiel,
23 mai 2014, long’oeil

 

 

Masse de signes obliques

À l’entonoir l’information s’égoute
Tels des étincelles qui cascaderaient
Depuis l’essence de leur non-réalité
Au travers le jeu objectif de fractales
Au bout duquel j’émerge en corps
Serai-je lontemps seul au monde
Dans le hall aux miroirs hilarants?

Est-ce que nous nous perdons sans cesse pour jouir de l’impression de nous retrouver? Est-ce que tels que les clichés le suggèrent nous subissons notre condamnation à vivre telle une fuite perpétuelle vers l’avant sans queue ni tête? Ou est-ce que la temporalité de la création de ma vie, en raison de ma mort imminente, comme par une force magnétique inexorable, après maintes interruptions, m’oblige à  toujours refaire le point puis reprendre ma route là où je m’étais égaré? Soit, dès mon origine, tel le serpent qui se mord la queue…

Comme de faire semblant de respirer
Après une courbe mal éclairée
Une carlingue décapitée du coup
Beaucoup de questions sans réponse
Après l’escalier gradué de clarté
Et des questions sur la raison du zoom
De retour dans cette séquence et pourquoi?

Pourquoi d’autre aurais-je bourlingué ainsi – beaucoup même, trop peut-être, aux dires de certains? Pourquoi – depuis le plus jeune âge – aurais-je senti le besoin d’assouvir aussi rapidement cette inextinguible soif de voyage, de dépaysement tel un junky incapable de se garder une dose pour le lendemain; plutôt que de rythmer mes déplacements en un projet raisonné et planifié pour meubler une vie conséquente et bien remplie, si ce n’est qu’il y avait dès le départ un plan précis?

Combien de fois depuis une décennie me suis-je mis en route pour quitter le bled paumé de ma banlieue natale? Moi qui, lorsque plus jeune, je vivais soit en France ou en Irlande, n’aurais jamais cru un jour revenir ici, bien encore moins m’y trouver scotché comme incapable d’y larguer les amarres, suis-je victime d’une conspiration menée de main de maître pour m’empêcher de réaliser mes rêves de finir mes jours sur une plage sous les palmiers? J’ai beau scander mon passé et rien, alors là rien du tout ne me connecte à cet endroit, sa médiocrité, ses habitants qui depuis la plus tendre enfance j’ai toujours méprisé. Preuve en étant qu’à dix-huit ans j’avais mis les voiles pour la grande ville, de l’autre côté du pont, Montréal mon réel, puis deux ans plus tard j’avais carrément quitté ce continent pour installer mes pénates en France avec la plus ferme intention de ne jamais me retourner sur cette Amérique du Nord, que je percevais comme la grande noirceur.

Un rectangle noir penché en suspension
Dans un noir plus profond plus creux
Le noir d’un trou de noirceur dans le noir

Puisqu’il n’y a pas de coïncidences, pas de hasard et que la réalité est un ensemble mathématique de forces, d’informations qui créent la matière et ses conséquences: suis-je ici maintenant, vivant sur une rue portant mon prénom à cause d’un trajet, d’une leçon préétablie et ponctuée d’interruptions, de déviations propices à élargir la portée de ma quête mais sans toutefois m’offrir la possibilité de me perdre tout à fait? Aidez-moi quelqu’un, je vous en prie!

Masse de signes oblige, toujours sur la route par définition, j’ai beau emprunter tous les procédés logiques dont mon cerveau dispose, j’ai l’impression d’être disparu et je me sens tombé dans un trou de vers duquel je ne trouve plus la sortie. À la rencontre de la parole, mon corps ne fait que se substituer à l’absence sur sa propre scène. Mon corps a peur d’être un personnage sacrificiel, à l’encontre de son espace-temps, occupant tantôt la forme du bouffon loufoque, tantôt du mystique en proie à des révélations occupant le lieu supratemporel de son origine. Ce que je m’explique, dans ma recherche personnelle comme si j”étais revenu jouir du point de vue d’avant ma naissance. Mais pourquoi donc? Et à quoi bon revenir sur ce point de fuite?

Me revoici pourtant narrateur de la fiction de mes propres origines et du trajet d’un demi-siècle sur les planches d’une oeuvre sans balises claires, surgissant de nulle part et de partout à la fois, glissant sans cesse d’une extrémité à l’autre des pôles de mon interaction avec le monde. Métaphoriquement opposé à la phrase de Robert Charlebois: “Je suis un ‘bum’ de bonne famille”: intellectuel de famille de bums (loubards).

DanleMiel,
Longueuil 3 Mai 2014

Après les Sirènes

C’était encore l’été
Du moins ce qu’il en restait
Lorsque les sirènes

Se sont tues


Après la pandémie patentée
Et les attentats subventionnés
Par les aboutissants
De ceux tenant nos laisses
Un silence génocidaire
Planait dans l’air vicié

Venant en aide
Aux plus ammochés
Des quelques rescapés


À ceux qui préféraient
Ne rien voir venir
En regardant leurs programmes


Je portais une gamine
En fonçant dans le sous-bois
Nous avons marché
En petits groupes
Vers le Nord
Loin des routes
À travers champs

Les nouvelles arrivaient
Nous informant que la Ville
Avait subi les foudres
Tellement annoncées
Que des armées
De types en noir
Avaient aspergé les foules
Et que le feu
Avait tout consumé

Certains trainaient
Des bouillies de chair

Les restes de leurs enfants
Comme si le grand air
Aurait pu les ranimer
Ces victimes de première ligne
Des hélicoptères rasaient
La cime des arbres
Nous incitant à nous cacher
À intervalles irréguliers

L’odeur des aérosols humanicides
Nous a d’abord secoué de cris
Plusieurs se sont mis
À saigner du nez
Nous avons déchiré des trucs
Pour nous couvrir le visage

Pourquoi ces gens
Portaient-ils sur leurs dos
Des sacs bourrés de trucs
Des gadgets ignobles
Leurs portables tracés

Toute cette pacotille

Devenue obsolète
Vu nos circonstances?

Fut la dernière question
Qui me traversa l’esprit.