Rapide rappel: en totale ruée vers rien!

La vision matraquée sur tous les fronts Une bible futuriste en furie montre son monde Post-apocalyptique à en découdre Juste après le téléjournal d’une planète Loin de chez-nous pas dans ma cour saloperie! Qui nous fourre sa langue au creux de l’esprit

L’intelligence artificielle a remplacé là-bas La masturbation intellectuelle des grands Toujours mal-chaussés créatures crades De vos pieds par devant devenus nains avant Que le reste du corps ne suive la mutation Et on vous prépare pour des scénarios Pour le moins traumatisants sans suggérer La moindre solution! Sans désaouler Pendant ce temps la terre ne chôme guère

Les humanoïdes des villes sous-terriennes Continuent d’affluer à la surface Comme on se mêle aux personnages D’un jeu vidéo grandeur nature De rudement belles filles un peu weird en rut Venues faire du yoga nous inspectent la face Ok! Same shit new day, ou quoi?! Qui de neuf?! Le petit dernier Faudra-t-il vous l’épeler?? ICI Bin dis-donc ça parle: (??) « Elles s’introduiront d’urgence De plus en plus haut dans l’échelle De la corruption élastique Pour contrebalancer: psychopathie Sociopathie et nos sympathies Et tomberont toujours moins loin Marathoniennes d’insoumission » Répondit la robote de série C…

-« Fucked up de leçon for nous » D’entériner notre boss: Shaffft! Le seul, unique à en perdre sommeil Et de poursuivre sur sa lancée: « …cette humaine condition Pique pique le poison je vous le fait pas dire Danse danse avec moi le ‘bacon’: (faisant la syncope métaphorique à l’aide des deux mains) quand pus personne Ne rit plus!…

Clip du chanteur YVON TREMBLAY pure western de Saint-Trip à l’écran d’un smartphone qui traîne là
j’allais écrire par hasard Mais nous savons mieux que ça À vous de voir: -« Or, (gros plan sur sa montre) En véritables révolutionaires (un homme fusillé se fait envelopper dans un drapeau) Après qu’on ait réformé le R C’est au nom de l’Évolution que Nous mixons la pure à la cure (un robot projeté en 3D HDD sur l’autel du plateau révéle au public mondial la supercherie qui les a subjugué depuis les fifties, bande de taches ) Maraudeur sur bon coup Ou vampire dans mon cou Au bord de la frénésie La foule enterinera avec moi Le reste de ma chanson-hymne: « J’injecte ma ration de radium… Yo!! Full fluo Monsieur l’curieux  Comme un radeau perché Sur le sommet du tsunami Un qui cherche plus vraiment À se faire de nouveaux amis… On fera des cartons pour les lyrics Okay?!… Cool! »

Dans le quartier industriel, à ce même moment-là, la silhouete d’un homme referme le couvercle sur un baril de 45 gallons -« Enferme-nous maintenant Ensemble dans la centrale Des molécules de demain Armées au drapeau blanc De ton idée de la fin…

Shit que j’ai hâte que ça pète Que le monde un flot continu De pus se détoxifie De révélations me submerge! » Comme les cocktails Molotov Aujourd’hui nous visiterons un Musée On mangera aussi son poison quotidien Jetant le sort à ceux qui ont moins On sauvera les meubles au lieu du lien

Fugitif en chaloupe de ruisseau Cannibale dans une parade Tu snifferas une pilule écrasée À la va-vite dans les wc Une qui dissout Cent pourcent tireur fou Tu sors hébété le calibre au poing Dans la foule de ton souvenir Mal revissé à l’embouchure Du col de fémure Les yeux bandés Et le murmure du plein gaz Vers le mur qui nous sépare

Pourvu que le monde soit rond Faute d’arrêter toute c’te merde De tonitruer je me réparerai Tous feux sur l’accident Heureusement pas le mien Pas même le tien tant pis D’autant qu’elle le hurle Fort au bout de ma nuit La tête en bas j’appuie Sur la singularité réparatrice

La cicatrice d’une alliance Encore valide entre nous Sur la lumière que l’on tire Pour qu’elle éclate entre nous C’est agrippés à rien qui ressemble À de la fin en soi ni Pas même un début… de fin Que nous touchons à l’union, enfin Caressant l’impossible… »

La cornemuse kidnape le preneur de son et la musique de fond fend le décor en larmes!! (Go Tribu go!!…)
DanleMiel, Longueuil
Série: Frontalefriction1

Tout est sous contrôle -danleMiel

« La vérité est comme le soleil. On peut la bloquer un temps, mais elle ne disparaîtra pas » – Elvis Presley

Sauf pour ce qui chute
Depuis le fin fond de l’espace
Aussi régulièrement qu’un cadran
Dont les aiguilles pointent vers des météorites
Ainsi que le calendrier balisé
De soubresauts cométaires mal cachés
La déplorable raison qui n’en est pas une
Pour les exercices de campagnes militaires

Pour le déploiement tous azimuts
Des batteries anti-missile caduques
Guidées par satellites OTAN le savoir
Non pas pour anéantir Moscou
Ou Washington alors que les ogives
Ciblent régulièrement des engins
Non-identifiables depuis l’espace
Par les ruches de fiel interposées
Dans lesquelles sont progressivement
Canalisés tous les avoirs des économies
Et quand on a besoin de nous violer
Encore une couche la guerre froide
Se réchauffe les bons deviennent
Les méchants pourvu que le cirque continue

Tout semble authentiquement
Identifier ce qui s’apprête
À nous chier dessus de l’en-haut
Le reste n’a toujours été
Que du pain et des jeux
Pour ceux qui jouent le rôle de dieux
Tu aimes bien les jeux n’est-ce pas
Le moment présent t’obligera
À maîtriser celui de la vie
Une bonne fois pour toutes

L’âme compte et non pas les corps
Tout est le film que ‘tu’ te réalise
Les figurants, surtout ceux
Que tu ne peux alors là pas blairer
Sont des reflets de qualités
Que tu as en ton âme
Et pas seulement les positives

Nous sommes tous préprogrammés
Dans nos ordinateurs corporels
Pour atteindre la connaissance
Et nos leçons ne sont pas si complexes
Pourtant nous continuons
De faire le mauvais choix

Le réel grand format holographique
Si cher de ta peau payé
Va sous peu de partout se dessouder
La terre même commence à s’ouvrir
De toute part les dolines avalent les voitures
Alors que le temps fait disparaître
Des avions sous haute tension

Les serpents à sornettes vont
S’intermoléculariser entre nous
En empruntant des corps-costards
Imbus d’eux-même au pouvoir
Ce sera une invasion de robots
Sous nos regards incrédules de borgnes
Ils vont singer l’ordre d’abattre
Beaucoup de pauvres mal informés
Au nom de leur crédulité infirme

Dans quelques mois les dés indiqueront
Goodbye la propriété privée bienvenue
Fin du dollar saisi de nos comptes bancaires
Visa 666 en puce sous-cutanée
Il sera trop tard en définitive pour quitter
La ville le comté le pays la planète

Il sera toujours trop tard en ce sens que
Il n’est pas facile facile de mourir
Et ce n’est pas faute d’avoir tenté le coup
C’est inaltérablement qui tu es, ‘ ce que tu es’
Et pas ta location géographique
Ni ton état de santé physique
Qui détermineront ce que tu subiras

Avant de plonger tête la première
Dans le conduit qui mène vers
‘Ze next’ densité ainsi que son monde
Électrique lumineux et moins contraignant
Que celui que nous sommes sur le point
De définitivement quitter