VINCENT CHANSONS BLEUES: découverte Soundcloud

Sur sa bio, on Soundcloud Vincent nous dit:

« Hello, je suis un musicien amateur, passionné (je fais tout , tout seul ) qui a envie de partager un peu ses bruits collages réalisés avec 3 bouts de ficelles…sans prétention, juste un partage , d ‘émotions, si possible..^^o)
Just for fun, donc!

Merci d’ avoir pris un peu de votre temps..;o)

N’ hesitez pas à laisser un avis, car toute critique
– Si elle est positive, m’ encouragera
– Si elle est négative, m’ aidera à m’ améliorer( car c est impossible de porter un jugement objectif sur ce que l’on fait soi-même), et là aussi , votre aide me sera précieuse.

Tout cela, bien sur, en toute simplicité et cordialement…

Musicamicalement votre ;o) »

 

Hé bien ce genre d’amateur nous interpelle ici sur BlueToad/CrapoBleu, d’autant plus que les chansons bleues ça nous connaît, il nous semble?! À force de chercher dans les amis des amis sur Soundcloud, nous découvrons des artistes talentueux, dont beaucoup font ce qu’ils font sans rétention, mais bel et bien, comme MissRoBee et moi, parce que nous ne pourrions continuer sans le faire!

Dès WAIT AND TENESSEE sur son playlist de favorites, nous entendons quelqu’un qui écrit bien, nous livrer d’une voix honnête et sans fioritures, ses mots tranchants aux émotions à fleur de peau. Aussi, quand les backup vocals et la guitare enchainent, il est clair que cet amateur est aussi un pro! Les textes donnent envie de pouvoir les lire tellement ses mots coulent de source et sont bien choisis pour les atmosphères mélancoliques qu’il déploie dans l’air du temps.

Puis, rendu à EVEREST et le piano en solo, nous sommes accros! Accros à son son épuré, ses mélodies enivrantes et un désir de se calmer. Puis suivent des tracks de genres et sous genres entre l’alternatif, la pop, la folk et la musique ambiante. Une chose est certaine, il est constant Vincent!

D’un texte au suivant, nous sommes plongés dans son monde intérieur ce qu’il y a de plus humain et sensible. Il nous dit ses hauts, il nous murmure ses bas, comme un poète se doit de le faire. Envers et contre tous, et toutes les influences venues de l’extérieur.

Comme je n’aime pas faire des listes de comparaisons, je préférerais vous inviter à les écouter vous-mêmes, et si vous lui trouvez des influences, mettez-nous les en commentaires tiens! Soyons un peu plus interactifs là?!

Il s’attaque à des sujets universels aussi bien que des sujets imtimes avec un oeil de lynx et une critique acerbe d’une justesse poétique splendide! Tout à fait dans le style que je préfère en chanson: du qui vous en mets plein les neurones sans esbrouffe ni overdose de notes inutiles. Merci Vincent pour tes chansons bleues et bonne écoute aux CRAPOnautes!

Or, tout avance gaiment dans le savon d’abattoir de l’âme, si vous me permettez mes propres expressions, jusqu’à ce que SEX’ANASIE explose dans nos écouteurs d’une drop de percussions et bass que la guitare électrique ne font qu’augmenter: « Au tout début on s’examine/ Pour s’impliquer faut s’expliquer/ Nos exigences nos ex_périences/ Alors on se cite les excès de nos ex/ » – Vincent Chansons Bleues – et ce ne sera qu’un début, tout explosera aussi, et nous exposerons nos expériences toujours en rapport aux autres expériences… Pouah! Ça en jette! La guitare, les percussions, la voix: tout est sur le Un! Ce fameux Un de l’An Un sur la Grosse Poubelle Bleue. Et sans nous en rendre compte nous gisons en apoplexie devant le ET du quatre comme dans un, deux, trois, quatre?!

Pigé?!… Bref c’est du solide qui suit le cours des actions! Mais lesquelles?!…

DanleMiel, 4 Mars 2016, Montréal

 

Plus rare que radium

Un peu tout croche sans sa censure
Je ne combats plus la démesure
Dans le manque d’oxygène ouvragé
Condamné à vivre faute de permission
Sifflant un air de barreaux sciés
Comme le nez du ptit Jésus cassé
Lui apprendra à me crier dessus

Je vais me faire livreur de blues
Glisser ma voix jusque dans ta blouse
Ramper vers le sommet des ventes
Et sortir enfin de ma tente
Que je porterai comme une robe
En te caressant le creux du lobe
Avec des rimes pleines de microbes

Sans le moindre refrain en bille
Dans l’attirail de mon armement
Je me lancerai en piste ardent
Prêt à écorcher tous les risques
Pourtant dit-on c’est ça vas-y
Tu vois enfin mon Dan ça chie
C’est ça qu’est l’Amour pardi
Ce qu’est la vie d’un man

Que je me prendrais pour un artiste
En termes chiantifiques disons
Mon cœur sécherait comme un étron
Et beaucoup de petites mouches
Voleraient largement autour en rond
Brodant leur cantique du pire
Incapable de pleurer alors
Mieux vaudrait surtout en rire

Ensuite je me déguiserai en auteur
Puis en concepts sentencieux
Ma batterie braillera sans ardeur
La nuit de toutes ses braises
Proton libre comme un manque d’air
Attirant des neutrons las
Qui uppercut pour que soit
On les enterre ou on les casse

Depuis que les coups de fouets de clarté
S’acharneront sur mon âne
Sur le chemin du retour au bien mal fondé
Je rassemblerai mes Pharaons de chocolat
Revenant au Panthéon en pyjama
Pour les danse du serpent à sornettes
Sans ne serait-ce que sa petite culotte

Un peu plus brute que la césure
Dans la sphère qui carbure au radium
Il me manquera d’atmosphère
Le cœur deviendra un vaurien
Qui tirera la laisse d’un gros chien
Comme deux mensonges acculés
Se frottant une main dans l’autre

Je vais me faire chanteur de groove
Et ruiner ma voix dans la bouse
Enfreindre la loi du haut de la rampe
Sous les beaux gros spots ronds
Que je revêtirai tel un sale con
En caressant le bas de ta jupe
Avant de me moucher dedans

Sans un Dieu pour m’emprisonner
Dans ce pénitencier pas de clef
Juste l’harmonie des cuillères
Qui me prépareront un autre fixe
Sur le point de renier même mes frères

Pourtant dit-on c’est ça
Tu vois enfin mon Dan bien clair
C’est ça qu’est l’Amour putain!
Un animâle doit se tromper souvent
Avant de devenir humain