LA NATURE DE LA VÉRITÉ

« Nous sommes tellement imprégnés de rêves et perdus dans nos réflexions que nous ne reconnaissons même pas les faits nus tels qu’ils sont et la Vérité est au-delà de notre conception, au-delà de toute pensée.

La vérité ne peut pas être connue avant que vous ne la réalisiez réellement.

La Vérité ne peut pas être enseignée, mais la méthode pour connaître la vérité le peut.

La Vérité ne peut pas être pensée – elle est vue, réalisée.

La vérité est toujours présente si seulement le moi a des yeux pour la voir.

La vérité ne peut être connue que lorsque nous ne faisons qu’un avec la Réalité.

La réalisation de la Vérité ne se produit que lorsque l’on est totalement libre

La vérité est la plus grande chirurgie qui existe.

Et ceux qui sont les souverains, qu’ils soient de royaumes ou de richesse ou de religion ; ceux qui exercent le pouvoir, quel qu’il soit, sont mécontents de la Vérité, car le pouvoir est toujours installé sur le trône du faux.

Nous ne pouvons pas nous attendre à entendre la vérité de si tôt de la part des narcopathes mondialistes, ou de tous les politiciens attardés du monde entier, car ils ne savent pas quelle est la vérité.

Ils veulent seulement que vous restiez à jamais piégés dans l’esprit collectif inconscient de la ruche, ils ne veulent pas que vous soyez des individus intelligents et libres.

Leur idée même de domination, leur désir même d’être puissants sur les autres montrent leur pauvreté d’âme.

Cela montre qu’ils n’ont pas de pouvoir sur eux-mêmes, d’où le désir d’avoir un pouvoir absolu sur les autres.

Vivre sans se connaître est le vrai suicide.

La société ne s’intéresse pas aux gens intelligents, la société ne veut pas que vous soyez intelligent.

La société veut que vous soyez médiocre parce qu’il est facile d’asservir la personne médiocre.

C’est facile pour les manipulateurs, et ils sont nombreux – les globalistes, les politiciens, les soi-disant experts, les docteurs vaudous, les journalistes, les soi-disant éducateurs, ce sont tous des manipulateurs, il leur est facile de vous manipuler si vous n’avez pas d’intelligence, parce que vous êtes obligé de dépendre d’eux, vous devez dépendre d’eux.

Vous devez toujours vous tourner vers eux pour obtenir des conseils.

Mais, vous n’avez besoin de leaders que si vous n’êtes pas intelligent.

Vous aurez toujours peur des gens puissants si vous pensez qu’ils en savent plus, alors qu’en réalité ils ne savent rien de la vraie valeur.

Vous serez continuellement dans la peur.

La société fonctionne de cette manière : tout le système éducatif est créé non pas pour vous servir mais pour servir les intérêts acquis.

De la maternelle à l’université, ils servent les intérêts acquis, mais ils vous rendent de plus en plus stupides.

Les personnes intelligentes dépendent de leurs propres idées, elles font confiance à leur propre être.

Ils s’aiment et se respectent.

La personne inintelligente respecte les autres.

Ces soi-disant dirigeants, les médias, les hypocrites, les menteurs, les criminels.

Pouvez-vous voir le point?

Pourquoi les intérêts acquis sont-ils intéressés à créer de la stupidité ?

Parce que c’est la seule façon pour eux d’être respectés.

L’obéissance vous a été imposée comme une grande valeur, ce n’est pas une grande valeur.

C’est l’une des causes fondamentales de la destruction de votre intelligence.

Sois honnête avec toi-même.

Votre seule responsabilité est envers vous-même et envers personne d’autre.

Une personne intelligente risque tout.

Ils seront prêts à mourir plutôt qu’à faire des compromis. »

(pas moi qui vous l’a dit…)

AN ZÉRO – DanleMiel

À LA RÉSISTANCE (EXTRAITS)
« Je résistais
Bien avant
De vous apparaître ici ce soir
Sur cette scène
Je résistais

Je résiste
Et je résisterai
Partout j’entends les gens grommeler

Du mal de leur vie
J’entends:
Ma vie est un long combat
Ouais
c’est ce que tu crois?!

Hé bé s’il y a un combat
Tu as du l’initier

Moi je crois que…
À quoi diable bon?

Je perçois la vie
Comme un éternel
État de grâce

I resisted
I resist
And I will
Resist
(…) »

« Ne vois-tu pas
Le pire et le meilleur
Naviguer la vague
Chaque fois
Que tu prends
Ce cacheton

Qui ne sauvera
Pas cette journée
Commencée si bien

Et dès que ce poison
Cette petite dose
De facilité
Cette illusion
De potentiel
S’écroulera
Comme les piliers
Du Colisée
J’éxagère tu crois?
Cui bono?à
Cui?

Cui bono?
Cui cui
Cui bono?
Armi batteriologiche
Venduto al miglior offerente
A chi giova

L’air est armée
L’eau est armée
La terre est armée
L’espace sera armée
Pourtant chaque jour
Je suis de plus en plus
Désarmé
Désolé d’être désarmé
Les sourires sont armés
Les intentions sont armées
Chaque désir une armée
Et moi souvent désarmé
Le sexe est armé
Tu dis quoi?
La bouffe est armée
Ouais très juste ça
Pourtant nous sommes
Bien plus qu’une armée
Chihuahua dans un corps
De géant
Maintenant
De quel bord
Le vent va-t-il tourner? »

– danleMiel

IMRE LODBROG: Imre’s Bad Trip sur Bandcamp

Avec Imre’s Bad Trip, que l’on retrouve en vente sur Bandcamp depuis le 21 Mars 2015, Lodbrog ne nous fournit pas les lyrics, ni trop de détails sur ces chansons franchement déjantées. Contrairement à sa page sur Soundcloud, ou les détails incluent des points intéressants, peut-être nous laisse-t-il dans la semi-obscurité dans le but de nous donner envie de faire nos devoirs et chercher sur internet qui est ce type? Who the hell is Imre Lodbrog?, que sa petite amie et lui ont posté dans leur page Youtube pourra vous éclairer là-dessus. Moi, je suis ici pour parler zizique! Faites vos propres devoirs!… Gaargle et Farcebook sont là pour ça, pas vrai?!… Ha pis merde, v’là le lien!

WHO THE HELL IS IMRE LODGROG, sur Youtube:
https://imrelodbrogetsapetiteamie.wordpress.com/

(Je ne peux que vous conseiller chaudement la série de vidéos narrée par Barbara Browning, la partenaire de Lodbrog et membre du duo sur scène. Ces clips retracent leur rencontre et leurs déboires dans le valeureux monde de la musique, de Manhattan à l’Europe de l’Est, en passant par Londres et la Normandie! Sans quoi vous risquez de louper une occase de rencontrer nos troubadours sur la route!)

AVERTISSEMENT: LA MUSIQUE QUI JOUE PAR DÉFAUT SUR CETTE PAGE N’EST PAS L’ALBUM DU SUJET DE CET ARTICLE. Pour entendre IMRE’S BAD TRIP, sur Bandcamp, vous allez devoir lancer le lecteur Bandcamp. Si vous croyez que vous êtes déjà dérouté, changez de site, ici rien n’est moins évident que de s’y retrouver. Hahah… Pas de soucis! Bonjour la confusion, vous seriez mieux de visionner le chapitre 5 de la même série intitulée: IMRE’S BAD TRIP: https://youtu.be/XB-6WscDlsY

 

IMRE’S BAD TRIP – Imre Lodbrog sur Bancamp

Dès l’intro sur Road Trip to Fredonia, la première piste d’une durée de 6min46,nous entendons son désir de nous entraîner sur un road trip à la Lodbrog. Le son des semi-remorques et du désert comme trame de fond, avec des guitares Dylanesques, nous plongent dans un atmosphère mi-country à l’américaine et mi-folk avec un sens de la chanson digne des Brits. Le texte évoque une vision plus Lou Reed à la campagne que Lodbrog à New York, puis nous prenions la route de traverse au prochain embranchement, histoire de se perdre tout à fait avant de nous retrouver à la piste finale.

badtripLodbrog_16.jpg

Il est à noter que cette piste avait fait l’objet d’un release en simple sur la même page le 8 février 2015 avec une photo en couverture ma foi, on ne peut plus explicite:

a3195745512_16

Mauvais trip d’acide ou pas, Imre a vécu l’équivalent de rencontrer un fantôme avant d’écrire cette chanson ou quoi? Et le ton est mis pour une suite déconcertante de textes absolument cool que seul ce globetrotteur a le don d’écrire autant en anglais que dans le jargon de Molière.

Ensuite viennent: CHAUTAUQUA COUNTRY CRISIS et le hurlement initial de UN GRAND LOUP GRIS annonçant la sortie du monstre de sa forêt imaginaire, et pas si imaginaire que ça, en fait. qui continuent notre road trip dans le côté irréel de notre réalité, ponctués de solos de guitare de tout acabit. Il nous emmène sur sa galère et nous voguons au gré des images et paysages désertés de toute rationalité.

« Rêver son rêve ou rêver sa vie c’est pareil » – Imre Lodbrog

Sur LET IT ROLL, les Kinks, JJ Cale, et même Buddy Holly se retournent dans leurs tombes. Sur la route, le narrateur cherche une brindille de chaleur sur la route glacée. Et comme cela est souvent le cas dans les chansons, il rencontre la brindille sieur, et ils roulent ensemble le reste de cette nuit-là. L’amour explose dans la nuit Lodgroguienne. La voix de sa petite amie vient ponctuer ses vers brillants! Chaude fût la nuit!!!

PEACE OF MIND, me sonne! On croirait Pink Floyd qui rencontre un fournisseur de calmants pour chevaux en douce dans les wc du truck stop quelque part au Nouveau-Mexique, non je déconne-là!!! Sorry frangin! Sérieusement la guitare et le synthé me rappellent DARK SIDE OF THE MOON, mais MissRoBee elle, me chuchote que Pink Floyd peut-être mais que du plus vieux PF serait peut-être coupable de cette influence que j’imagine-là?!

Puis, il nous balance: GOOD BOY ; « Je fais de mon mieux pour être un bon garçon/ mais il s’avère que je ne suis qu’un jouet sexuel » Imre Lodbrog

Je comprends mieux son regard dans la photo plus haut, ahaha! Ça ne doit pas être drôle de réaliser que les femmes n’en ont que pour sa _______ (à toi de voir)?!

Bref, quand SUMMER ELF, se glisse entre les oreilles avec le ukulélé et la voix de Barbara, je vois qu’il a l’air sorti du pire de son bad trip, parce que franchement elle est joyeuse cette dernière chanson! Merci à vous deux! Et à la prochaine, les amoureux!

Oups!

NB: Montréal est tout juste au bout de la route depuis New York, et moi qui suis persona non grata aux States, je vous invite et on se rencarde ici? Nous vous montrerons des petites salles assez sympa et un public des plus sympas au monde pour la musique. Les américains disent que nous sommes la ville la plus européenne d’Amérique du Nord, nous pourrons tester ça ensemble cette théorie-là! Ciao!


Avec Imre’s Bad Trip, que l’on retrouve en vente sur Bandcamp depuis le 21 Mars 2015, Lodbrog ne nous fournit pas les lyrics, ni trop de détails sur ces chansons franchement déjantées. …

Source : IMRE LODBROG: Imre’s Bad Trip sur Bandcamp

Chaque entité est l’auteur de sa propre création

Un ‘classique’ dans le genre, cet extrait de Love Light Research. Ce groupe qui nous ont donné la LOI UNE, rassemble la majorité des points qui pour moi font que la Vie est ma religion! Et, fort heureusement, plus nous avançons les yeux bandés vers le mur, plus nous attirons d’autres membres de notre tribue, la tribue du Don! Soeurs et frères de la miséricorde, randonneur cosmiques, globetrotteurs érudits à l’école de la Rue: welcome home!

« Chaque entité est l’auteur de sa propre création. Il est vrai que certains points de référence sont communs à la plupart des créations des gens, notamment certaines données concernant la société et la culture dans lesquelles ils vivent. (SUITE ici-bas)

Yet each entity’s creation is his own. The biases that he encourages in his life become the biases of his world. Entities are people of great power. They are part of the godhead principle. All entities, even the elements, the animals, and all of nature, have this power. But they do not know that they have it. And consequently they use it effortlessly and without any impurity, being incapable of altering their nature and only capable of fulfilling it.

English source: http://www.llresearch.org/transcripts/issues/2007/2007_0211.aspx

Cependant, la création de chaque entité lui appartient en propre. Les inclinations qu’elle encourage dans sa vie deviennent les tendances de son propre monde. Les entités sont des gens de grand pouvoir. Elles font partie du principe divin. Toutes les entités, même les éléments, les animaux, et toute la nature, ont ce pouvoir. Mais toutes ne savent pas qu’elles l’ont. En conséquence, elles en font usage sans effort et sans aucune impureté, étant incapables de modifier leur nature, et capables seulement de la suivre. Vous, en tant qu’entités conscientes, vous avez une plus grande aptitude à créer, parce que vous avez conscience de vous-mêmes. Vous avez conscience que vous êtes des êtres en train de chercher. Vous avez une fonction d’observateurs.

En fait, de nombreuses entités ont une fonction très complexe d’observateur, dans laquelle l’observateur observe l’observateur qui observe ce qui se passe. Vous pouvez susciter une grande complexité dans la façon dont vous percevez les choses et dans votre choix de points de focalisation. En conséquence, votre création particulière présente parfois une spectaculaire différence de coloration par rapport aux créations de certains de ceux de votre entourage, dans votre expérience quotidienne. Lorsque vous avez acquis le sens de votre propre pouvoir et que vous décidez d’utiliser correctement ce pouvoir, vous devenez une force qui dépasse le cours normal de l’énergie humaine. Parce que vous vous êtes éveillé à votre propre potentiel de créateur de votre propre univers, et parce que vous avez commencé à vous mettre à créer cet univers comme vous sentez que vous souhaitez qu’il soit, en agissant d’une manière éthique à des moments choisis, vous vous mettez à développer autour de vous une énergie qui est celle non seulement de votre personnalité, mais aussi celle de la création imaginée que vous faites naître dans votre vie.

Par conséquent, dans la mesure où vous êtes entré dans ce développement conscient de vous-même et de votre création, vous ne travaillez pas seulement pour vous-même, mais au niveau de l’énergie planétaire. La situation n’est pas que ce que vous pensez devient quelque chose que d’autres pensent. En fait, la vibration qui soutient votre travail irradie, comme le ferait la lumière d’un phare éclairant au loin la mer sombre et houleuse. Quand vous permettez à votre lumière et à votre univers de briller, vous poursuivez, dans votre essence, l’un de vos objectifs les plus profonds: changer et faire glisser la conscience au niveau planétaire. Nous voudrions souligner qu’à ce niveau-là de perception nous ne parlons pas de choses qui peuvent être montrées et être mises en mots. Nous parlons d’un changement de point de vue.

Chaque entité regarde le monde d’un certain point de vue. Avant le début du processus d’éveil ce point de vue est indiscutablement limité. Les préoccupations de l’animal instinctif que vous êtes, en tant que descendant de la famille des grands singes, sont des préoccupations concernant votre famille et votre tribu. Vous souhaitez qu’ils soient bien en sûreté, bien vêtus, bien au chaud, et bien nourris. Vous souhaitez rassembler les ressources dont vous aurez besoin pour eux, et en suffisance. Et si vous avez le sentiment qu’ils sont en danger, vous voulez les défendre. Ce sont là les grands os du squelette des préoccupations typiques de quelqu’un qui n’est pas éveillé et qui fonctionne comme un membre de la société dans son ensemble, sans se soucier d’aucun des aspects spirituels de cette vie ou des pensées qui surviennent. C’est pour cela que votre travail, bien qu’il soit fait en privé et pas nécessairement mis en mots, est un travail magique, puissant, et très digne d’être accompli. Il y a un niveau entièrement différent, qui est une transition entre le premier niveau et le troisième.

Ce point de transition est un point auquel la situation concernant vos considérations planétaires est notée. Au cours de la discussion générale qui est de coutume avant ces méditations, cet instrument et d’autres de ce cercle de recherche ont parlé de la manière répétitive dont nos thèmes les plus fondamentaux se reproduisent. Ces thèmes sont des thèmes d’empire, qui ont prédominé tout au long de l’histoire de cette planète particulière. Et en effet, les paléontologues et archéologues indiquent que, bien avant l’existence de documents historiques, les énergies qui visaient à l’empire étaient bien présentes et vivantes dans l’un des premiers corps pré-humains découverts. Cette entité avait été tuée d’un coup à l’arrière de la tête. L’énergie utilisée à résoudre les problèmes en ayant recours à la violence est très ancienne sur votre planète.

Elle date en fait d’avant votre énergie planétaire particulière car au cours des derniers 75.000 ans vous avez reçu des entités en provenance de plusieurs planètes, entités qui ne sont pas parvenues à achever leur propre écolage de troisième densité parce qu’elles avaient créé des changements sur leur planète par des moyens violents à grande échelle, qui ont rendu cette planète inhabitable ou bien l’ont détruite en la faisant exploser. Toutes ces entités sont ici à présent, et travaillent à rompre avec les anciennes habitudes. Il y a donc une certaine entropie spirituelle [1].

C’est ce qui arrive quand aucun progrès n’est fait. Les énergies sont de moins en moins organisées et de plus en plus chaotiques, parce que l’énergie est inutilisable au-delà d’un certain point. En outre, il y a l’énergie d’inertie, ce qui signifie que même ceux qui ne sont pas particulièrement impliqués dans la tendance à résoudre les problèmes par la violence ne disposent toujours pas de capteurs qui peuvent déclencher l’alerte rouge quand ils entendent discuter des pensées de l’empire. Ils savent que quelque chose ne va pas quand ils entendent dire que nous devrions tous vivre dans la peur sur la planète Terre. En même temps, ils sont sans défense devant quelque chose qui ressemble à de la prudence avisée. Ce qui ressemble à de la prudence avisée peut être attribué d’abord au fait que chacun de vous, sur cette planète, a accompli plusieurs fois ce cycle et s’y est habitué, et ensuite à l’inertie en vous qui ne veut pas que vous vous éveilliez parce que s’éveiller c’est inconfortable.

Quand vous vous éveillez et que vous constatez que les choses ne sont pas comme vous l’aviez pensé, alors vous sentez que vous souhaiteriez réagir à cette prise de conscience. Et plus vous réagissez en ayant l’intention de devenir plus conscient, davantage vous-même, et de davantage faire partie du principe divin, plus vous invitez le changement à se produire aux niveaux les plus profonds de votre personnalité. Quand vous demandez à vous éveiller, à vous transformer, et à véritablement servir au niveau le plus profond dont vous êtes capables, vous demandez aux forces de la transformation de venir dans votre vie. Celui connu comme M a parlé précédemment de l’efficacité de l’eau en tant que mécanisme de purification. Et nous voudrions faire remarquer que nombreuses sont les entités qui ont trouvé utiles et commodes l’utilisation d’eau ou d’autres systèmes de nettoyage car, lorsque vous changez, vous vous débarrassez d’une bonne part de matériel toxique spirituel, émotionnel, et mental.

Et qu’il passe au travers du corps physique, comme il le fait en partie, ou qu’il passe au travers du corps énergétique, comme il le fait en partie aussi, il doit être traité et pouvoir se déverser naturellement à travers vous, pour sortir ensuite. Quand des entités s’éveillent et réalisent qu’il est urgent pour elles de faire glisser leur conscience, elles peuvent sentir que pour d’autres aussi il est nécessaire de faire glisser leur conscience. Alors entre en jeu une tendance à ce que nous pourrions appeler un matérialisme spirituel, dans lequel vous souhaitez que chacun se forme et vive d’une nouvelle manière. À cet égard nous suggérerions que le choix habile est toujours le travail sur le ‘soi’, sans chercher à travailler sur d’autres entités. Le Service D’Autrui, en travaillant sur ce que vous percevez comme ayant besoin d’être accompli dans le monde, commence et finit avec vous-mêmes. À moins que l’on ne vous pose des questions spécifiques auxquelles vous pouvez répondre de ce que vous espérez être une manière spirituellement utile, le travail que vous faites sur vous-même est suffisant et plus qu’adéquat en ce qui concerne la manière dont vous pouvez affecter la conscience de la planète Terre.

Changez-vous vous-même, et vous changez le monde. Voilà quel est réellement votre degré de puissance. Le troisième niveau dont nous voudrions parler est un niveau de temps/espace et d’espace/temps où ces changements ont vraiment lieu pour votre planète. Et ici nous aurons besoin d’un peu de temps pour discuter de la mécanique de votre situation, pour autant que nous puissions l’exprimer au travers de cet instrument. Nous espérons que vous montrerez de la patience à notre égard puisque nous travaillons avec un canal non-scientifique à cet égard.

Tôt dans votre troisième densité il a été observé que la moisson de troisième densité sur la planète Terre était très en retard et ne se développait en fait pas bien du tout. Il a été vu que l’introduction d’entités d’autres planètes, ainsi que l’introduction de nouveaux changements dans certains des modèles, destinés à améliorer le génome humain, avaient des conséquences imprévues qui approfondissaient le pouvoir des entités de faire usage de la libre volonté sans qu’il y ait l’aptitude spirituelle à voir où allait cette libre volonté. Une autre conséquence a été une aptitude accrue à amuser et enchanter le ‘soi’ par des histoires de pouvoir et d’empires. La culture dans son ensemble, alors, par son usage du libre arbitre, est arrivée à une situation qui a suffisamment préoccupé les gardiens de la Terre pour que soit créée pour cette planète, une latérale temporelle, une sorte de piste parallèle à la piste principale de temps et d’espace telle qu’elle est en train de se développer naturellement dans votre environnement physique.

Vous n’avez jamais fait l’expérience de la vie dans votre environnement physique totalement naturel parce que vous êtes sur une latérale temporelle en quarantaine depuis des milliers d’années. Il a été espéré, en mettant cette planète en quarantaine, loin de toute autre influence extérieure d’aucune sorte, que le libre arbitre du corps de la tribu Humanité s’accumulerait et se mettrait à s’occuper de réaliser comment des choix éthiques peuvent être faits d’une manière qui progresserait à partir du sentiment de base que, lorsqu’il y a menace, la réaction appropriée est susceptible d’être violente, car ainsi la question est réglée, et ce sur-le-champ. Par conséquent, en enfourchant cette latérale temporelle comme vous l’avez fait, vous avez fait l’expérience répétée de vagues d’empires qui se sont élevés puis sont tombés, pour immédiatement voir un nouvel empire s’élever puis tomber, puis un autre, et encore un autre. Si vous regardez votre environnement extérieur, vous pouvez voir ces forces à l’œuvre même maintenant, se répétant, satisfaisant la partie du mental profond de la tribu Humanité qui est utilisée à ces énergies, et qui se sent à l’aise avec elles, non pas parce qu’elles sont bonnes, mais parce qu’elles sont le sens même de la planète Terre.

L’apport de vie nouvelle dans ce monde obscur est une occurrence commune parce que la lumière ne peut être éteinte par l’obscurité. Et personne après personne, après encore une autre personne, a des moments de brillante perspicacité pendant lesquels elle voit que répondre par la violence à la violence n’est pas une sage décision. De plus en plus nombreuses sont vos entités qui investissent de leur temps, de leur talent, et de leur valeur dans la recherche de différentes réponses à l’obscurité ambiante basée non pas sur l’obscurité elle-même, mais sur la lumière qui émane de l’obscurité et que l’obscurité ne peut éteindre. Ces entités se focalisent sur cette première bougie de lumière. Et cette petite illumination illumine un peu. Et puis elle illumine davantage. Et ainsi débute un processus d’éclairement de la conscience du ‘soi’.

Le temps est proche, et en fait il est presque à portée de main, où quelque chose que vous pourriez appeler un point de basculement est imminent. Et en fait, il est devant vous en ce moment. Et quel est ce point de basculement? Ce point de basculement est comme un tirage à la courte paille, disons, un vote informel, si vous voulez, des tribus de l’humanité, pour savoir si la majorité des entités souhaitent se séparer à jamais de toute voie à l’exception de la violence, ou bien si elles souhaitent progresser et entrer dans la quatrième densité et au-delà. Il y a des entités de la cinquième densité sur la voie du Service De Soi, qui fomentent un coup, dirons-nous, contre le train d’humanité qui roule sur le parcours de cette voie temporelle parallèle. Ces entités aimeraient qu’il ne rejoigne pas la voie principale. Les gardiens de cette planète et les éclaireurs de vos forces planétaires, tant visibles qu’invisibles, ont littéralement remué ciel et terre pour créer un ralentissement des forces du temps, de manière à ce que chaque instant possible puisse être donné au développement de la population humaine de la planète Terre jusqu’à ce que le vote informel se fasse en faveur du Service D’Autrui et non du Service De Soi; pour le rayonnement, la paix, et l’harmonie, et non pas la contraction, la guerre et l’hostilité, en toile de fond à la vie quotidienne.

Nous avons bon espoir. Si ce dernier moment devait être ce jour-ci, le tirage à la courte paille indiquerait que votre planète rejoindra le cours typique, normal, de l’espace/temps. Ce que les entités négatives aimeraient faire, c’est faire en sorte que le basculement se fasse de l’autre côté et que les gens se disent: « non, non, il est important de faire la guerre parce que nous voulons gagner des ressources, parce que nous voulons défendre nos familles » , et aussi à cause de la longue liste de choses que les grands singes considèrent instinctivement comme des priorités. À ce niveau-là, il n’y a quasiment pas de temps/espace ou d’espace/temps dans lequel une entité de troisième densité peut faire le choix primal du Service D’Autrui sur la planète Terre de troisième densité. Maintenant, votre densité est devenue la quatrième. Elle n’a pas attendu cette année, ni même plusieurs années avant celle-ci, mais elle vit à présent en quatrième densité, et exclut la création de davantage de lumière de troisième densité.

Dès lors, les entités de troisième densité qui parcourent à présent la planète sont de plus en plus sensibles, parce qu’elles n’ont plus le soutien de la lumière de troisième densité qui cache la majeure partie de la vérité. Il y a, au contraire, une lumière de quatrième densité qui s’interpénètre avec la compréhension de troisième densité qu’elles ont de leur monde, et qui crée un environnement où il semble et où en fait il se produit que, vague après vague, la vérité, la lumière, et la compréhension s’abattent sur cette planète. La quatrième densité est la densité de l’amour. Mais elle est aussi nommée densité de la compréhension. Ce qui se passe actuellement pour les entités, c’est que ce qui se trouve dans leurs pensées et dans leurs suppositions non-examinées, est renvoyé en miroir depuis eux jusque dans leur vie ordinaire afin qu’ils puissent y voir clair.

Elles ne disposent plus d’un gros coussin de non-vérité commode parce que, quand des entités s’éveillent spirituellement elles ont en elles des forces qui ont la détermination et l’intention de mettre à l’épreuve les allégations tacites qui ne servent pas le plus grand bien. Ainsi donc, dans la mesure où vous, en tant qu’entités de troisième densité, n’êtes pas éveillés, vous trouverez simplement que la vie devient plus dure. Il vous semble que de plus en plus d’extrêmes s’installent. Vous ne vous sentez plus bien. Vous perdez de plus en plus d’emplois. Et peu importe à quoi vous travaillez dans cette vie, tout devient plus dur qu’auparavant. C’est parce que vous n’êtes plus protégés de votre vérité comme vous l’étiez auparavant. Maintenant, les entités qui sont éveillées et qui se trouvent dans cette même situation font l’expérience d’une augmentation de souffrance et de temps plus difficiles. Cependant, ce qu’elles ont pour elles, c’est qu’elles ont établi leur intention de servir autrui et de connaître la vérité afin de pouvoir servir leur prochain.

C’est ainsi qu’est créé un système de soutien de quatrième densité, système très puissant qui peut certes prendre la place des conforts passés du non-éveil. Toutefois, lorsque vous devenez éveillé et que vous établissez votre intention de devenir un être éthique digne de la quatrième densité, vous vous demandez également à vous-même de vivre une vie qui reflète ces valeurs de quatrième densité qui sont implicites et explicites lorsque vous pensez au Service D’Autrui. Les principes impliqués dans le Service D’Autrui sont implicites dans tout ce qui est accompli, dans le sens où, quand vous rencontrez un moment, vous le rencontrez en tant que quelqu’un qui sert. C’est une attitude générale, et ce point de vue fondamental vous amène à un point de vue plus large, basé sur la guidance que vous recevez et activé par votre désir de servir. Quand vous demandez la vérité, la vérité est là, devant vous. Demandez, et vraiment, vous recevrez.

Alors vous êtes responsables de vos actes d’une manière qui était inconcevable quand vous ne saviez pas et n’aviez aucune connaissance de la manière dont fonctionnent les forces de l’évolution. De ce que vous ignorez, vous ne pouvez pas être tenus responsables. Lorsque vous prenez conscience des principes spirituels impliqués dans l’évolution naturelle, alors vous avez aussi la responsabilité d’agir avec cette connaissance. À cause de ces facteurs, cette époque n’est pas facile. Ainsi que le dit le chant d’avant cette méditation, les entités peuvent bien souvent être plongées jusqu’aux genoux dans le fleuve Amour, et cependant mourir de soif [2] parce qu’elles ne savent pas comment faire entrer ce liquide de vie dans leur corps, leur mental, leur esprit. Comment fend-on une vie terrestre pour y laisser entrer le soleil? Heureusement, mes amis, il ne s’agit pas de fendre votre vie pour y laisser entrer le soleil. Il s’agit en fait de fendre votre personnalité pour prendre conscience que le soleil brille déjà, en quantité infinie, sur votre cœur, sur votre mental, et sur votre conscience, dans chaque fibre, dans chaque cellule de votre être, tant physiquement que non physiquement. Pour résumer ce troisième niveau, nous dirions que, pour autant que nous le sachions, (ce qui n’est pas dépourvu d’erreur, et n’est qu’une opinion), l’emploi du temps de votre planète est fixé.

La planète elle-même, moins la transversale temporelle, basculera complètement en quatrième densité au solstice d’hiver de l’année 2011. Autour de ce temps il y a une zone qui n’est pas du temps d’horloge, parce que le changement ne se fait pas dans l’espace/temps mais dans le temps/espace. Cette pénombre, dirions-nous, de temps de glissement a commencé approximativement en 1998. Nous donnons des dates à cet instrument, mais notez bien que nous ne sommes pas particulièrement doués pour les chiffres. À un certain moment il y a eu, dans le système énergétique planétaire, un ajustement qui aurait pu tout simplement éliminer la population de la planète par un moyen naturel, parce que celle-ci ne parvenait pas à une maturité permettant la moisson. Ce basculement des pôles a été évité en 1998 grâce à de nombreux groupes comme celui-ci, qui savaient que les consciences devaient être éclairées et qui ont dépensé pas mal de temps et d’énergie en tant que porteurs de lumière, et en tant que ceux qui ont parlé de ces énergies, de ces temps, et des principes spirituels impliqués dans l’évolution. »

Source:http://www.llresearch.org/transcripts/issues/2007_french/2007_0211.aspx

ALT_Mutation

« Chaque entité est l’auteur de sa propre création. Il est vrai que certains points de référence sont communs à la plupart des créations des gens, notamment certaines données concernant la société et la culture dans lesquelles ils vivent. (SUITE ici-bas)

Yet each entity’s creation is his own. The biases that he encourages in his life become the biases of his world. Entities are people of great power. They are part of the godhead principle. All entities, even the elements, the animals, and all of nature, have this power. But they do not know that they have it. And consequently they use it effortlessly and without any impurity, being incapable of altering their nature and only capable of fulfilling it.

English source: http://www.llresearch.org/transcripts/issues/2007/2007_0211.aspx

Voir l’article original 3 261 mots de plus

Élasticité du réel 1

Après le corps tel que nous le percevons
Ce sera sans coup férir que la fracture
De quitter le monde en apparence
Paraîtra vu du dehors comme un massacre
Pour notre tas de molécules visibles à l’oeil nu
Paradoxe certes du point de vue palpable
Des particules de l’illusion passant à la prochaine
Peau qui n’en est pas une mais l’infini de possibles

Chaque battement de cil suivi d’un soupir provoquera une chaîne événementielle que le destin n’avait pas prise en compte alors que tout vacille indicible/ Dans son ineffable calcul des possibles un fil traînant au bas d’un écran en suspens alors que les étincelles cascadent vers le miroir déformant de la matière depuis le verbe une molécule à la fois par vagues et tourbillons qui s’empilent se tordent dans le sens opportun/ Pas plus tolérable que l’éternité la paix renfloue les cimetières et non l’inverse des odieux spectres du bonheur promis notre poussière calcifiée fera faux bond aux pensées magiques coulant à pic au bout de la planche enflammée sur laquelle nous procédons parés au pire

Il nous sera montré comment commander
L’écran sur lequel les étincelles dansent
Avant de cascader jusqu’ici bas de l’illusion
Purement et simplement de la parfaite semi-clarté

Au monde de la parfaite semi-vérité naissante
Toujours est-il que connectés au réseau
De la pensée de l’avant qui dévisse pour unir
Pendant que le ciel commence à parler
Les langues de feu arrivent et un sacré boucan

S’ensuivra quand les principaux acteurs
Se positionneront sur la scène de l’onde nouvelle
Des univers que sous pression nous sommes
En train de concevoir sans le savoir

Toutes les solutions que nous imaginons
S’inscrivent dans le grand livre de la création
Et après le corps nous les deviendrons
Ces buildings ces civilisations ces univers

Ou suis-je? Tout est une question de perception mais dans l’absolu nous sommes partout à la fois quand et si nous le désirons car le monde est en soi/ Physiquement parlant le fait est que nous sommes toujours chacun au centre exact de notre univers propre/  “L’homme est un petit monde” Dans un sens très réel nous ne sommes jamais allés nulle part/ Nous n’allons pas quelque part notre perception fait évoluer le film dans lequel nous évoluons/ Quand par exemple trois personnes parlent autour d’une table il y a trois univers cohabitant et s’entrecroisant spontanément en fonction de leur équivalence de forme (spirituelle) ils forment un nouveau corps un bébé spirituel car dans ce monde-là les désirs deviennent des objets des forces des anges/ Comment y voir plus clair? Et ce n’est qu’en nous éveillant dans le rêve la nuit que nous accédons au corps-lumière les premières fois/ Chaque fois que nous quittons le corps charnel pour notre chariot de lumière flottant juste au-dessus de la chair cela devient plus clair d’une fois à la suivante

Nous apprenons peu à peu à naviguer
Ces ondes qui tourbillonnent autour
Du corps métamorphosé en étincelle flottant
Dans le noir certes mais un noir spécial
Si je regarde vers le bas du quotidien
Le fait que mon corps de chair
Semble avoir disparu et un tapis
Quadrillé d’une lumière verte fluo
Recouvre le sol à perte de sensations

À prime abord lorsque tous nos bras
Apparaissent et s’activent on pourrait
Avoir l’impression que c’est un moyen
De locomotion et que nous faisons
Une randonnée astral et que notre flamme
Va quelque part d’où le terme voyage
Toujours au coeur de l’acte toutefois
La majestueuse projection des gouttes
De nos catalyseurs propres foutraques
Dans le mille cible sans nos corps

Fini l’obstruction armée d’étincelle
Qui met le feu aux mèches
Le monde se déploie au coeur
Sous nos pas immobiles sublimes
Et à l’horizon de la chair tout se tord
Notre étoile se dresse en moment fort
Verticale et cadavérique souche

(Guerre sur terre/ Mais cela offre la possibilité à chacun de prendre conscience que les apparences sont trompeuses: d’une part ce qui nous apparait comme la ‘guéguerre’ des hommes n’est qu’un écran de fumée car les pays, les économies, les cultures, les tribus sont des ‘illusions’ maintenues en place pour siphonner les ressources, car nous vivons depuis belle lurette sous un seul et unique gouvernement, et le véritable ‘ennemi’ n’a jamais été ici-bas mais bel et bien ‘là-haut’. Les guerres sont des programmes de développement génétique destinés à détourner l’attention de l’humanité du ciel où notre réel ennemi (comètes, météorites, tornades, poussière cométaire, astres en perdition d’orbite, etc etc) préparant une prochaine mission qui elle sera ‘fra-cassante’ si on se fie à l’art rupestre et aux références aux ‘dieux méchants’ de la mythologie – qui sont des phénomènes cosmiques et non pas une invasion de ‘E.T.’./ De plus, ces guerres sont le parfait prétexte pour mener des expériences sur la matière ‘humaine’, pour lesquelles nous refuserions catégoriquement de servir de cobayes si nous en étions informés. Cela a toujours été la fonction des armés, ce sont des ‘labo-rat-oires’ génético-pharmaceutiques à ciel ouvert./ Guerre dans le ciel/ Les satellites contournant notre planète à des coûts qui paraissent aujourd’hui  prohibitifs, sont accompagnés de beaucoup plus nombreux satellites armés jusqu’aux flancs pointés vers les cieux, munis d’instruments de mesure – à côté desquels la technologie terrestre qui nous est révélée ne dépasse pas le niveau des cromagnons en termes historiques – prêts à lancer des armes qui nous sont cachées, et qui sont gérées dans des bunkers souterrains disséminés un peu partout sous la croûte terrestre ou étonnamment il fait bon vivre en comparaison à la surface./ Faim sur terre ou ‘guerre alimentaire’/ La ‘faim’ sur terre, malgré la douleur qu’elle provoque, et sa réalité ‘tangible’ que nous commençons à ressentir dans nos pays dits ‘riches’ sont aussi une occasion fondamentale pour éveiller la masse au fait que contrairement aux bêtises qui nous ont été enseignées, nous ne sommes pas les ‘maitres’ de nos destinées, et qu’il y a des ‘êtres’ plus développés qui nous utilisent comme ‘nourriture’ (pas au sens de nous manger, bien que cela aussi ait une part de vérité) et qui manipulent notre développement, et ce aisément, en retournant dans le temps par exemple et en changeant des choses pour que notre présent et futur s’aligne de plus en plus sur leur projet d’avenir./ Cancer ou ‘guerre corporelle’/ Équilibre de l’univers/ Bref, tout est une leçon, immense et éternelle leçon d’équilibre entre le ‘Service de Soi’ et le ‘Service de l’Autre’ sur le plan de la cosmologie (en raison de laquelle notre ‘logique’ ne fera pas long feu) Tout est à réapprendre basé sur le fait que l’Univers pullule de formes de vies qu’il nous a été interdit d’acquiescer – dont certaines sont nos ‘géniteurs’ ‘maîtres’ et ‘contrôleurs’…)

Une fois rencardés mes esprits et moi
Sommes retournés d’où nous étions venus
Un point qui disparaît dans un champ lumineux
Capable de se rassembler sous différentes formes
De se projeter dans des expériences limites
Dans le but de tester sa résilience

En guise de sous-titre à la solution étrange
Vivre ou mourir sur le champ d’aucune bataille
Les utopies coincées sous un cheval mort
Sont deux prédilections impossibles à prédire
Qui se réalisent toujours trop tard d’un noeud

Face au degré d’élasticité imprévisible du réel
Leur consistance imaginaire va et vient
Pouvant être incluses au projet de la nature
On pourra certes le vérifier mais basta!
Va d’abord pour le côté ombragé de la rue
Longeant d’interminables murs parfois coriaces

Quand il s’agit de les escalader telle une vérité
À vrai dire, elle est quasiment nulle car
Impossible de prouver si nous vivons vraiment
Ou si nous sommes simplement morts

Et que nous nous imaginons cette vie
Seule chose chose qui soit certaine
Reste le trou de vers par lequel
Avant d’être mort au moins une fois
Nous fuyons la chair et ses os
Comme la peste ou la pendaison

Je languis la traversée par le cerceau
Que les flammes indiquent dans l’obscurité
Comme seul guide à mes confusions
Sur la nature de notre prochain état

Ce sera l’électricité ou l’éclat fatal
Du verre antiballe de haute précision
Quand il aveugle le tireur fou d’élite

Psst! On ne meurt pas, on continue seulement…

Fleur de l’âge (ou 25 ans déja)

Ne jamais rien dire, extraits

PAR CHUTES

Lorsque passe l’excès
Dépassé à la limite
Trop plein de jamais assez
Tout, faire, tout goûter, tout
Dépenser, boire, manger
Baiser, tout fumer, sniffer,
Shooter, tout…
D’insuffisance en insatisfaction
Chronique, le cortège des sens
Défie la mémoire, l’endort…
Souvenirs mieux dessinés
Que des fossiles, ça tourne,
Ça recommence, ça spinne.
Encore et encore
Les tourbillons m’entraînent,
M’enlisent.
En spirales plus profondes.
Mouvement concentrique
Me suçant le sang…
Sensations vers le fond
De mon centre
Pour un autre milieu.
Une autre manière
De psychose secrète indécelable.
Pas tout à fait une autre
Dimension… Juste la fraction
D’espace régissant un univers plat.
Tout en épaisseurs, par couches.
Plus ça tourne, plus je glisse
Comme projectile sans issue.
À bout. Controuvé. Télescopé…
Jusqu’à l’émergence de l’autre coté.
Le perpétuel devenir en bloc.
Du temps fuit et il ne me reste
Que des trous de mémoire;
Mes archives.
Tout seul dans l’étroitesse
Du langage. Là où les mots existent.
Là où il ne s’agit pas que
D’un petit peu de vent.
Là où ça compte.
Cette nuit ne t’inquiètes pas,
Je me souviens…
Sans desserrer l’étau de la voix
Dans le texte, ses irradiantes liminaires…
Entre tendances du moment,
Le compte à rebours, en attendant
D’autres signaux; je me souviens
De toi… Du jeu
De glaces obscures
Paginant les moments troubles
De la biographie que je me fais.
Je me souviens de tes paroles
Exactement. Tes subterfuges,
Nos rires et les regards.
Mutés, obtus. Je me souviens
De rumeurs à notre sujet.
Je me souviens de moi…
Recollant déjà des morceaux
D’écorce de manuscrits
Afin qu’ils tiennent debout.
C’est comme ça qu’on s’est connus.
Tu m’as vu tomber souvent.
Me relever. Retomber trop souvent.
Me redresser trop fracturé
Pour fausser la courbature du réel
Sur le plan du récit ou même
Insister lourdement.
Cette nuit la bière,
Les barbituriques et le passé
Persécutant la mémoire
Me tordent le bras.
Encore une puis je m’étends
Par terre. Avant de faire
Trop de remous. Avant…

PERSONNE N’AIME ABSOLUMENT PAS

Personne n’aime absolument pas
Extatique  ça quand je parle trop
C’est ce que ça veut dire
Sans me laisser convaincre que
Personne n’en perçoit l’ombre
D’une différence de toute manière.
Assis devant le café refroidi
Depuis quand? Sans malice…
J’attends et c’est gratuit, alors
Si c’est pas pour une photo
Personne ne viendra m’emmerder.
Je m’emmerde moi-même
¨Ça ne se voit pas trop
Depuis le temps que
J’attends
C’est au moins la bombe
Un envahissement extra-terrestre
Rien de moins qu’un holocauste
Que je souhaite
Comme fin
À cette misère, ce délabrement…

À PERPÈTE J’ENVISAGE

Sur les barricades indispensables
D’une fuite d’imaginaire.
Devoir porter cette ordure dans
Mon sang. L’odeur
Des cauchemars redondants.
J’envisage mon ‘remake’ dans la glace.
Reflux de boue. Café, cigarette,
Trop de vin, toute la bière
Et jamais assez de sommeil.
J’envisage l’espoir d’une cure…
Zéro. Puis ça tourne…
Sans orbite exacte.
L’univers mal huilé
Grince dans son circuit râlant.
Fixé tel un moment photographique
D’avant le tumulte, l’avalanche.
Dehors, ce n’est jamais le moment,
Attends. Toujours arrête.
J’y vais…
Je repars pour ce qui ne saurait
Me séduire de l’autre côté
Des barbelés. Une balle siffle
Puis ricochet d’un tireur fou
Sur les toits.
Des ravages intérieurs,
J’envisage le pire.
Dehors c’est toujours au revoir.
Il faudra déplier les cartes,
Sortir le compas, la boussole
Pour une destination variable.
La trappe…
Oublier serait tellement plus
Vivable. Les costumes
Ont étudié le scénario.
La vie est
Une bien plus belle place
Lorsque l’on a quelque chose
À prendre.
Plus rare que le radium,
Je cherche mes pilules.
Renverse des tiroirs.
Ce courage me fait peur.
D’une peur de quoi?
De rien de descriptible.
À perpète, j’envisage de sortir…

Ne jamais rien dire.1989, Écrits des Forges

4ième de couverture

Daniel Guimond est né à Longueuil le 21 septembre 1959.
En tant qu’artiste multidisciplinaire il a travaillé avec un mélange de texte, vidéo, et performance depuis 1977. Depuis 2007, il fait de la musique pour l’internet. Voire Soundcloud sous: DanleMiel et Para Ad.

« La vie est une bien plus belle place
lorsqu’on a quelque chose à prendre.

Plus rare que le radium, je cherche
une pilule. Renverse des tiroirs.
La boisson est finie.
Ce courage me fait peur.
D’une peur de quoi ?
De rien de descriptible.
À perpète, j’envisage de sortir… »

56 pages
11,4 X 18,0 X 0,6 cm
Poids : 70 g

Sold Out!

Quand ton nom brise sur mes lèvres (best of DanleMiel)

Quand ton souvenir remonte à la surface
Quand ton ombre glisse dans mon dos
Quand ton nom brise sur mes lèvres
Quand ton sourire éclaire ma nuit

Aucun homme n’est une île
Aucun homme n’est une île

Quand ta main ouvre ma porte
Quand ton regard éclate sur mes cils
Quand ton drapeau se plante dans ma terre
Quand ta peau rencontre la mienne

Aucun homme n’est une île
Aucun homme n’est une île

Quand ta voix danse sur mon fil
Quand tes mots me tiennent la main
Que ton corps se love au mien
Quand ton souffle glisse sur ma nuque
Je n’écris plus le meurtre comme avant
…comme avant

DanleMiel : texte, voix
Para Ad : Musique et vidéo : youtu.be/NHidUZCOJVQ

LE CLOU DU SPECTACLE

Alerte répétée aux attentats ou
Inversion de toute vérité à la lumière
Ça plante le clou d’un spectacle innommable
Aussi bien dire tant qu’à faire que
Notre famille cosmique arrive sur son retour
Sur une onde suffisamment longue
Que de son arrivée, il n’apparaîtra jamais
La même chose pour deux personnes
Pas même elles-mêmes au miroir
Campées juste au-dessus du monde
Dans l’univers Einsteinnien coulant à pic
Ne pourront ne pas voir et acquiescer
Vu de si haut que témoin quotidien de la
Branlette du soleil chaque fois qu’il se réveille
Des atomes sans observateur fusent
De son sexe giclant les atomes et mondes
Et autres surprises en rupture de stock
La curiosité remplace la compagnie
De plus ploucs qu’éxaltés en suspens
Mieux connectés au tourbillon de profit
Au fil de clarté remplissez vos coffres
Inconscients de la fiction votre fonction
Lorsqu’un type disons déguisé en pape
Lors de ses ébats enregistrés
Avec de jeunes garçons, ho my!
Fait des quenelles formelles
Et que ça s’avère politique de sphère
Quels garçons? Comment ça Nazi?
(ce mot n’a-t’il pas été rendu illégal?)
Neuf ans? Vous plaisantez vous là
À vos barreaux et que ça presse!
Hé ho c’est quoi c’te plaie? Il y a des règles
Et la dernière fois que j’ai vérifié
L’affaire était difinitivement “ketchup”
Notre ponction décapante sur vos comptes
Sans autopsie sans le corps des finances
Marchands de scalpels volants tous…
Ça ne vous a pas suffi, voyons voir:
Cut!… Des scalpels ailés!… On s’entend
D’accord! D’abord il sont volants?!
Meuh non! Personne finira en prison?
Ce sera au contraire la légion d’horreur
Avec des ‘n’ à la place des ‘r’
Un élément d’espoir qui monte
Suite au solide coup de batte
Dans un genou pour lui ralentir l’ardeur
Ensuite le scalpel sera parti tout seul
Quand il l’a traité de sac à merde
Coupable à perpétuité d’être incapable
De se souvenir ni du scalpel du crime
Ni du rire contagieux de la pure vérité
Au regard des aveugles de l’âme
Cette merde éclaboussait l’écran
Malgré que ça chlinguait
Trop longtemps sous les provos
On ne meurt pas plus que sur la télé
Dans la réalité objective devenue un luxe
Nous soupirerons au bout du tournage
Tout juste devant la débâcle de frais cachés
Ou de frais cachères, pour nous les circoncis
Qui auront trouvé mieux à formuler que
Le confondant calcul du comment bas
De qui baise quoi, tomber si creux
Sinon, il reste toujours le dernier choc éclectique
Quand est-ce alors que nous écrirons un truc?
Un qui ressemble à quelque chose?
Ou est-ce qu’on continuera encore longtemps
De faire semblant de respirer?
Me fouille pas moi, vu que je suis classé accro
Et que confronté à l’assuétude au verbe: Aller
Tu pourrais te blesser, ça pique dès le réveil
C’est la régie des travaux compensatoires
Qui m’envoie en éclaireur le poète déchu
Pousser des textes imprévus depuis les origines
À se connecter aux écrans las pour y rester
Tel un espion au-dessus de tout soupçon
Planté là stratégique monsieur personne
Va faire s’effondrer l’ensemble d’une civilisation
Les jambes repliés dans un lac de coussins
Sur la canapé de chaque salon de la planète.

Passer de l’ombre vers la lumière

Dis-moi que tu m’aimes
d’ici à ce qu’on trouve un autre remède
en toutes les teintes de rouge
maison en bordure d’une forêt
collée au jardin en complément d’atelier
la vieille guitare sous la lune
une paire de patins à roues égarées
sous cet arbre qu’était planté là
pour nous tomber sur la corniche
vers mon coeur dans ta main s’en fiche
je suis volontaire aux otages
avec ou sans lendemain m’est égal

Souvenirs piratés au boulevard de l’oubli
Flash-back d’une ville qui encore nous habite
Et tous ces fils que nous avons marché
Paris par tous les murs qui s’escaladent
Quand on panse une blessure à canon scié
Avec un peu de glace dans son whisky
Percer de l’ombre vers la lumière

Une vie pas tellement terre à terre
Tout rebondit entre les tours
des trois lettres du mot Amour
qui déclenche le titanesque echo:

De you you you
que t’é que t’é que t’é
que t’étais de you que t’étais
pendant que je t’aime aime aime
est-ce bien épellé comme il faut
malgré l’écho ô ô ô
qui fait trembler les univers
y compris les parallèles

Des repas à réchauffer à la main
aux légumes pas encore plantés
que les cours sont à réviser demain
comme nos histoires se partagent en série
beaucoup de rire sur la planche
dans l’éternel présent seulement les semis
et f@ck l’argent quand il sert salement
à acheter encore de la corde
f@ck le prestige qui finit toujours par mordre
f@ck le luxe si il n’y en a pas pour mon esclave
et f@ck me que ce monde est petit
quand on reçoit la fracture qu’il nous appartient
sera-t-il trop étroit for the likes of you and me?

Zat is ze f@cking quizztion mon désir
ne m’apelle pas encore une ambulance
laisse-moi plutôt expliquer de you
que je veux en venir avant que je lève
les feutres ok-là?!!! Ceci est filmé
un peu de retenue on se calme
madame ceci est une émission
sans gaze à effet de schiste
pour votre sécurité seulement
nos poètes sont en laisse
mais laissez les pas approcher
votre caniche par exemple trop tentant
mettre le feu sans fumée

De you you you
que t’é que t’é que t’é
que t’étais de you que t’étais
pendant que je t’aime aime aime
est-ce bien épellé comme il faut
malgré l’écho ô ô ô

Que oui f@cké is beautiful
sur un t-shirt que l’on ose pas rire
de ce poème signé de sa main
plus tu jouis de vivre nonobstant ma dérape
moins je réussis à m’anesthésier
aux catastrophes de plus en plus
plausibles maintenant toi
la plus belle partie révélée de notre âme
dis à mon corps que tu l’aimes
même si c’est juste en attendant
d’en trouver un meilleur rêve
sur l’éternelle fréquence de l’arc-en-ciel
qui diffuse à coups de tubes:

De you you you
que t’é que t’é que t’é
que t’étais de you que t’étais
pendant que je t’aime
épelez ça comme vous voudrez
malgré la ressemblance
il reste une différence
tous les degrés ont cascadé
jusqu’à ce point de bascule

‘Percer de l’ombre vers la lumière
n’est pas ce qu’il y a de plus simple à faire’

2012

Tu écriras le Livre de la vie sur ton coeur

אA: Au commencement

Beaucoup oseront croire pendant que d’autres n’en verront pas l’utilité À force de lancer les premiers cailloux toutefois sur les mares de la création D’une manière ou de l’autre On apprend à les faire sautiller d’une mare à la suivante On enchaîne nos désirs à la suite de l’onde de tout le créé De tohu en bohu nous inventons autant le futur que son passé Autant les vivants que les trépassés Depuis ce monde et tout ce que nous sommes seuls à voir ou entendre dans la connexion avec la table avec le ciel avec le vent Éventuellement on les prends de sa propre nature De la racine amère dont le miel coule quand les enfants dorment Car tout ne dépend que de la perception De la sensation peut évoluer Et par ces noms nous ressentons la racine qui cascade Puisque tout n’existe que pour être perçu Au commencement Nous sommes d’une illusion qui ose croire qu’elle existe depuis l’absence initiale Dont l’abysse fut comblé par le verbe: Allez Si au départ en simplifiant le schéma nous réduisons au stricte minimum l’appareil complet de la création En nous basant sur les données en provenance de la biologie jusqu’à la théorie de la relativité Le spectre de la perception Il est facile de déduire que tout se dénombre en une seule force Prisonniers du champ unifié nous montons et tombons sur les ondes que notre désir évoque d’abord puis capte au retour sur le boomerang cristallin du cœur Qui lui a besoin de beaucoup de mauvais exemples pour se mesurer Récepteur syntonisé sur les états en équivalence avec sa pureté obtenue au prix d’invraisemblables souffrances La réparation s’échelonne souvent sur une suite d’incarnations à l’intérieur d’un long processus numérique dont le résultat agrippé à la matrice calcule les conséquences avant même que l’image ne soit dépeinte à l’écran sur lequel l’étincelle danse pour faire cascader les mondes du haut vers le bas dans le grand corps de cette création Le point d’Adam en moi examine mon désir de recevoir depuis le côté puis le laisse souffrir en cherchant comment m’élever pour converser sur le plan du don directement avec la force qui me créé Du coeur de la création s’ouvre la chambre des mystères irradiant des trois émanations enfin révélées sans leur chaire le désir brille de tous les ors Difficile de dire combien de temps une expérience dure dans le hors-temps de l’état Entre toi et moi Il n’y a plus de temps ni de distance malgré l’océan qui nous sépare Quand tu penses à moi je vote présent à l’exercice de notre fusion Malgré les gnons nous avançons sur le fil qui se multiplie en nous imaginant le tuyau qui saura nous permettre de nous visiter de temps à autres dans le secret de notre silence commun La réparation peut aussi être condensée et les temps accélérés selon la demande Je vois je vois surtout que j’ai de la merde plein les yeux que je ne vois que ce qui m’arrange Des fois que cela pourrait servir et Toi ne ris pas Ahahaha Notre commune union créé un tunnel invisible dans lequel nous sommes les passagers clandestins sans nos corps Ces distilleries de matériaux lourds Sans lesquelles nous brûlons de tous nos feux dans le firmament des étoiles du matin Des astres qui gouvernent les contrôles du ciel Quand tu me tempête tes questions et que je vente ma réponse Comme pour rire de cet orgueil qui me pousse et tire dans tous les sens avant de s’esclaffer Quels états sont préparés pour que la suite des hostilités améliore et restaure la somme de notre pouvoir initial cette nécessité de premier ordre Il m’amène toujours de tels états que je devrai sortir de ma zone de confort du monde corporel en fuyant vers le monde sans fin Arrivés à de tels états que nous pouvons pénétrer la spiritualité comme une existence depuis l’absence Nous sommes les parties d’un grand corps spirituel intégrale depuis la crête on comprend que tous les points sont une cellule par tête de pipe agglutinés comme des organes et que sans les autres toutes seront absolument fichus pour atteindre l’harmonie de cet Adam initial en redevenir Nous sommes un besoin de transfuser de la Lumière dans le spectre qui fait cascader les images des mondes pour que le créateur de l’illusion apprenne à mieux se connaître et pour le meilleur et pour le pire ceux qui ont tenté en vain de mettre fin à leurs jours pour être recalés sur le dernier banc vous le confirmeront ce n’est pas ce que tu penses la vie Et Dieu ou appelle la force unifiée de la nature comme bon te semble n’aime pas les corps dans le travail car pour la nature un corps Réparé est un corps résigné à sa poussière prêt pour sa prochaine incarnation depuis les vallées du Nil jusqu’au sommet de l’ego youpi les montagnes-russes Nous sommes un programme d’infini développement le corps reflète le désir égoïste de recevoir de la satisfaction quand il déambule dans l’âme d’autant qu’ici il n’y a rien pas plus de corps que d’immeubles pas de planète c’est un “hoax” mais ce n’est pas si simple et pas pour rien que le jeu en vaut la chandelle mais qui finit toujours par ficher le feu Plusieurs mondes sont imbriqués les uns dans les autres La vie est une réparation bien que je préfère le terme correction Et j’oserais dire en souvenir d’un certain passé une salée à part ça Mais c’était avant le grand changement qui fait que maintenant tout est un éternel présent Une longue journée entrecoupée de brèves siestes comme on reboot un ordinateur C’est aussi dire que longtemps nous vivons dans un monde de compromis entre le bien et le mal En effet cela fait cet effet pour un temps mais peu à peu la frontière disparaît entre les deux teintes puis on commence à ressentir de plus en plus souvent le flot harmonieux de la perfection de toute chose Même les désirs que nous concevons comme étant les autres se calment à mesure que notre image du nouveau monde se stabilise Les étoiles du matin chantent Et les sept palais apparaissent à l’oeil averti Sur tous les côtés les lettres valsent vers les appointés Des réceptacles se saisissent des examens qui surmontent le degré précédent Puis la réparation avance sous notre corps immobile depuis toujours au centre de chacun son univers L’abysse ouvre ses lèvres Rien ne se perd en spiritualité nous ne pouvons qu’ajouter Rien ne peut être éliminé Tout est un temple bien gardé Au moins maintenant j’entends que cette étincelle en moi détermine tout et que tout vient d’elle et devant et derrière La source coule sa domination malgré mes élucubrations je ne sais pas dans quel mur il va me propulser d’un instant au suivant Je dois m’accrocher au nouvel environnement encore une prière dans l’éclat de mon oeil Si je déconnectais ces cinq sens il ne resterait plus de créature Chaque lettre de chaque mot de tout ce qui nous entoure est un livre d’instructions cryptique Le nom des personnes qui entrent dans les cercles que nous créons Vous remarquerez aussi que toutes les formes viennent avec leur opposé Soit en ombre ou en clarté Imaginons que l’infini est une page sur laquelle nous dansons en revêtant tour à tour les lettres du nom de la force qui gouverne de sa main de scribe L’histoire ordinaire de l’extraordinaire ascension de l’être dans la bulle dorée qui flotte au-dessus comme un satellite à la dérive Avec pour seul moyen de communication la volonté de réunir tous le points de la manifestation en une seule étincelle Ne nommant que ce qui est atteint comme possibilité car il n’y a nulle autre que le récepteur dans le jeux des miroirs Un labyrinthe majestueux la vie Ce kaléidoscope brutal brille Sans existence Comme étant toute la réalité qui existe mais ne peut être ressentie comme étant réelle Peut-être alors que je sens les autres comme étant Tout le phénomène qui se révèle Moi-même et l’inverse mais tout se produit dans mon désir d’être qui te tient la main au travers ce processus Cette formule innommable qu’est l’initiale A Ça coule quand un de nous dort ainsi nous sommes toujours debout dans la soute de notre navire qui vire qui virevolte comme un bâton de “popsicle” (glace) dans un océan fâché Nous déployons nos tentacules comme des vagues qui s’approprient les particules en les incorporant à notre niveau de dissolution du soi Toi et moi contre le distingué comité de la création qui nous unira à jamais Au commencement il y a toi puis il y a moi qui construisent une essence propre de nos deux étincelles quand elles croisent les fers Et la crise amènera notre tribu autour d’une table Et nous verrons que les nôtres sont les plus grands de la génération Quand ils éveillent cette nouvelle force ensemble La force de l’union de toutes les parties de Rien en Tout ce que nous désirons À Beth alors Kaoline que c dur de rester sérieux parfois je me laisse aller Tu sais Parfois Hé bé!!! As-tu remarqué que si c’est souligné ça sert à rien mais trois points d’exclamation ça ne sert à rien non plus Alors à quoi ça peut bien servir de passer de A à B ou C’est quand encore qu’on va se ressembler tellement que tu es si belle j’échangerais disons hier pour un millième de demain rien ne se passe nécessairement comme un gars comme moi ne le souhaite malgré Que tu es un champ de mine que je m’entraîne à marcher avant le lever du soleil Juste comme pratique téléguidée sans GPS wow Mais je ne céderai pas sur la ponctuation avant qu’un bon bout de l’alphabet de toi et moi ne soit entamé Brûlées à répétition  ces qualités qui sont inversées dans ce monde avec la tête en bas Ne sois pas surprise Dans le grésillement de nos ailes quand elles quittent le ciel Tout est un discours constant sans les mots Sans les notes Silence quand le corps revient à l’éveil et que de l’autre bout du miroir de l’univers tu me signale la prochaine lettre de notre intention Mais au commencement ce n’est certes pas le début Non Car avant le début il y avait Toi Sinon je ne serais pas ici Entre ta lumière et mon obscurité Sur l’écran de la providence L’empreinte de la perfection remonte à la surface et se positionne directement entre nous

Jamais assez

Chaque fois que tu passes
Devant la fenêtre de mon âme
Mon corps rajeunit d’un siècle

Combien de chansons
Combien de poèmes
Combien de bouteilles

Jetterai-je à la mer
Combien de paroles au vent
Combien de larmes perlant

À l’usure de mes joues
Combien d’accords mineurs
Avant de planter mon dernier

Mon ultime drapeau blanc
Sur la terre sacrée de ton corps
Combien faudra-t-il de vies

Pour refaire tout ce chemin
Qui m’agenouille sur les braises
De cet amour sorti

Tout droit des ruines
Du côté de l’Alexandrie
Ta voix me tourneboule

Ton sourire me déchire
Ta démarche me les scie
Ô dis quelque chose

Mais dis-moi oui!

Sur ma rue

Stonecast en pétard du H1N1
La prophétie des obstacles sur la route
(Ma puce de teflon, regarde bien la photo
Celle qui sait qui, Pas la peine de m’écrire
Je t’avais pourtant prévénue à froid
Sur mes origines en Euthanazeistan
Je suis un aboriginal humain
Cloué sur la voix d’extinction)

Je rentrerai d’exil au mois de morse
Après la chasse et une autre guerre
En attendant ma ration de radium stéroidique
Dans l’aprême déchiré aux cri des barreaux
Tel ton prénom tatoué dans mon torse
Et d’autre conneries sur radio Zombies

Il y aura certes le feux sur ma rue
Pendant mon absence administrative
Et des Swatt en savon après le sacrifice
Dans le ciel noir d’hélicos aux toits de la nuit
Mais je reviendrai dans un boucan
Je me souviens que tu m’attendras
Pendant que je peux encore

Il y aura notre moral pare-balle
Paré pour attentats de mal flingués
En attendant sa surdose de presque pure
Jusqu’aux brûmes de nano-particules
Dans le petit matin vacciné six pieds
Sous le turf la tête en bas
Il y aura

Il y aura l’écrasement de tout ce qui
Ne se resoude qu’en crashe
Une éruption d’infirmité cérébrale
Que l’on ne prévient pas
de la peur couleur de vent

Un pied d’engagé dans la pelure banane

C’est sur commande qu’il y aura
Quelques filatures par matrice hackées
Quand dans l’ultime sacrifice tu
Dissoudras la dernière capsule de cyanure

Et si l’avenir se manifeste, si?
Mais les experts ne sont pas tous d’accord
D’abord? Toujours trop tard
Car les décisions sont prises de plus haut

Rien de ce qui reste encore à mesurer
Ne tombera du ciel à l’attentat parachuté
Dans des dégaines à faire pâlir le fiel
Sur les lèvres de la pestilence kevlar
Il y aura sans cesse une nouvelle tragédie
Pour nous imposer la pure Vérité

Ensuite temps carcéral poètes à gage au taff
Dans les prisons privées (3X69)
Il y aura les travaux farcés à la chaîne
Sur des sites (3XSS) de pépites aux fourmies
Et la réducation communautale ou ruche
Une grande famille nucléaire décérébrale
En gros manque de conviction

Au retour de chaque punition
À genoux devant les écrans
Il y aura des haussement d’épaules
Au chapitre de la page flash-décès
Nous monterons l’escalier veut veut pas
Une marche de croix à la foie
Dans le cri des F-18 et l’odeur du pétrole

L’évolution c’est il y aura
Toujours les genoux ensaglantés
Telle une comparaison innommable
Brandissant une rutilante épée
Et je ne vous dis ça comme ça
Que pour me faire peur, quoique
Certains sages à barbe prédisent
Depuis le début de notre éternité
Que ce sera même bien pire:

Dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se marraient et mariaient leur enfants jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et ils ne se doutèrent de rien jusqu’à ce que le déluge vint et les emportât. – Matthieu XXIV, 38-39

La solution au déluge plie sa planche
Dans un désert nu sous la tente de la pluie
Aux temps d’unir tous les points en un filet
Du coeur à coeur de Noé à Noé
Le plus exalté du dernier secours
En rechute de tempête insanitaire
La vitamine K renforcée dans l’arche
Seule détient le plan scientifique
De la petite lampe qui brille éternelle
Sur le chemin escarpé de l’âme d’Adam
Dans la vallée de Nous

Au commencement le créateur créa

À la Fourche des Cendres

À la fourche des cendres

Au bout du chemin le Nazistan

Je me souviens que je t’attendrai

Nous reviendrons des mutants

Vidanger les urnes aux téméraires

Nos écailles remontent les siècles

Dans un champ de vaisseaux cassés

Comme une arme craquelée d’écorce

À la fourche des cendres

Au bout du chemin le Nazistan

Je me souviens que je t’attendrai

Le serpent à sornettes glisse sous roche

Entre les franges du saccage brutal

Au jour du grave tri mental

Nos espèces hissent sous la laine

La croyance arme ses musquets

Pendant les préparatifs en éclosion

Du déluge de notre insanité d’égoisme

Je te rejoins dans le rang qui rush

À la fourche des cendres

Au bout du chemin le Nazistan

Je me souviens que je t’attendrai

À la démesure Biblique

En vieux bois de pipe

Tailladée sur mesure

Qui s’en vient décérébrer large et loin

Comme un coup de trique patraque

Nous sourirons en dent-de-scie

Désarmés dans la brillante lumière

Au bout d’un canon scié brandit

À la fourche des cendres

Au bout du chemin le Nazistan

Je me souviens que je t’attendrai.

Si la vie te résiste

Si au hasard peu probable
De tes errements dans le trafic
Tu dégottes une majuscule
Que je peux encore mesurer

Et que la vie te résiste
Avec les limites de ma prose
Sans me forcer sur la pique
Laisse un message urgent

Avec de la musique de fond
Je me repentirai
Si au bord de la route
Tu rencontres une âme

Flambant de tous ses feux
Souriant à dents déployées
Envoie-moi un courriel
Je me repentirai

Si sous une roche
Tu trouves un papillon
Dans le sursis d’une larve
Je me repentirai

Si dans des ordures
Tu votes pour un loser
Dans la science inexacte
De ta démocratie

Je me repentirai
Si dans le bac à recyclage
Tu aperçois les ténèbres
De ceux qui contrôlent

Si sous ton soulier
Tu décolles quelque chose
Qui ressemble encore à de l’amour
Laisse un mot et quelques virgules

Sur ma boite à déceptions
J’en serais tout retourné
Je me repentirai
Je ne crois plus au monde

Depuis que j’ai trouvé mon âme
Ni en mère ni en père
Je ne crois plus au monde
Et maintenant que les enfants

Sont grands et désaffranchis
J’espère de tout cœur
Que ce sera une bombe
À retardement neuronal

Qui règlera leur compte
Aux épidémistes vaccinaires
Qui nous les ont patentés
Afin qu’aucune maladie

Ne leur résiste.

Dernier Train vers la Civilisation

Mais quand Iran-nous en guerre?
Malgré le fait que les sanctions

Exercées contre Téhéran
Ne soient seulement possibles que
Parce que l’Iran n’a pas la technologie
Nécéssaire pour raffiner son
Propre pétrole depuis hier
Il est officiel et tous les experts
Du G 20 le confirment
Qu’ils sont sur le point (ces extrémistes)
Tout juste de construire une bombe
Nucléaire rien de moins
Érigée droit vers vous
Dans votre salon devant la Télé

D’après Ne Tirez Plus!
Cela doit confirmer la nature quantique
De l’univers dans lequel le G20 sévit
Maintenant que tout est dit
N’attendez pas de boom
Cela sera dissimulé comme le vent
Accrochez vos tuques car
Il va bientôt venter faible
Tellement léger que quand le nuage
Aura fait neuf fois le tour carcérigénique
De la polanète la mort va ramper
Sous les sourdes plaintes lentes
Du monde bien ordinaire mais

Continuez à faire vos jeux
De la confiture aux farces plates
Car nous ne sommes qu’à l’automne
Et il reste encore du temps
Pour se garrocher vers l’Opiumistan
L’Arfsmackistan avant qu’on se tanne
De l’hiver noir qui soufflera
Dès le 14 Octobre du crash final
Comme une rumeur de réchauffement
Avec son lot de débiles à retardement

Rien à craindre toutefois
Car nous sommes ici au frais

Sous la présidence globale du changement
Ce sera cette année le Dobarama gratuit
Pour tous les biogénétiquement programmés
T’en fais pas petit bijou
Prends ta pilule pis dors bijou
Toé t’es déjà sauvée!

Avis à ceux qui n’ont plus d’organes
Nous sommes maintenant ouvertement
Prévenez vos lointains villages

Que nous sommes
on ne peut plus
Officiellement dans la mire
Des canons du Nouvel Ordre Mondial
Doparama et Obama sont passés
De l’ombre des États-Désunis
À la présidence lumineuse du Conseil
De votre insécurité globale
Pour ceux qui doutent encore
Envoyez vos ados manifester
Dans une université près de chez nous
Nous vous offrons des vacances

Comme nous aimons les slogans
Après la maternelle voyez-vous
Y’en auras pus de mécontentement
Un coup massivement vaccinés
Et sous antidéressepsychotiques dès 3 ans
Tous les enfants seront enfin heureux
Chétifs, les os replombés et souriants
Scotchés à nos écrans et à fond
Dans l’entraînement pour les concours
De disparition massive des peuples
Qui ne cadrent pas dans nos plans
Ou encore qui ont des ressources
Que nous ne pouvons siphonner
Sans devoir tous les décimer

J’espère que vous avez apprécié
Pittsburgh et le théâtre martial
Qui fût franchement épique
Nous à : Ne Tirez Plus!
Malgré les yeux qui encore nous piquent
Nous allons panser nos plaies
Et repenser nos plans
Pour se défaire de la queue
Du diable en habit d’un ange
Qui nous gigotte encore sur le dos
En attendant la prochaine vague de fond
Avant la montée du tsunami

Pose comment se distraire
De la patendémie et du crash total
Par les fournisseurs de sclérose
Faites-vous vacciner dès demain
À notre piqûre de pure miracle

Et utilisez votre bon cadeau
Du Ministère de la Défonce sur
Le nouveau simple de Céline Diotte:
Ne pensez plus à demain
Le dernier train passe cette nuit.

Une goute de cyanure

Blême pépiement qui craint
Le retour de matous malins
Emporte en douce ton bagage
Vas-y fais-toi la malle au matin
Laisse-moi sagement du lavage
Oublie un slip dans mes affaires
Sans jamais plus te retourner
Sur le naufrage agonisé
Déserte-moi, déserte-moi!
Déserte-moi, éclipse-toi!!!

Au goulot une bière vaine
Loin de la meute envie de haine
Égale à mon égo devenu zéro
Après tout il est trop tôt
Vas ta route, lâche-moi le dos
Dégage la scène, du balai
Secoue ton col sur le remblai
C’est l’heure de tirer le trait
Déserte-moi, déserte-moi!
Éclipse-toi, éclipse-toi!!!

Sinon attends que je surface
Allumons quelques cierges
Sur notre autel encore vierge
Laissons dans la cire nos traces
Dans l’après-midi impeccable
En contre-plongée incessante
Nourri de pommes déformantes
Ton reflet accrochera mon parapluie
Plan de coupe sur ton sourcil
Retour sur la caméra fixe
Puisque c’est écrit :
Déserte-moi, je sais déjà
Que tu t’éclipseras!

Habillons nos marionnettes
Gonflées tels des vautours
De leurs plus beaux atours
Effaçant la mémoire de mouettes
Qui n’auront pas croqué la pomme
Tailladée comme le dernier homme
Par une fleur de silhouettes
Déserte-moi, déserte-moi!

Ressassons les restes de nos miettes
Par un soir de césure profonde
Sous une lune prête à éclore
Une qui respire de tous ses pores
À la recherche d’une métaphore
Une qui suppute de toutes ses plaies
Chaque désespoir à la ronde
Déserte-moi, déserte-moi!
Éclipse-toi, éclipse-toi!!!

Oublions nos années mortes
Et le mur de pierres jetées
À la mémoire gonflée de sortes
Du voyage qu’on ne pourra terminer
Sans se laisser naufrager
Sous de souveraines pressions
Au suc des caresses fortes
Déserte-moi, déserte-moi!
Éclipse-toi, éclipse-toi!!!
Déserte-moi, déserte-moi!!!

Convenons ensemble le pacte final
Pour nous étreindre sur un lac en miel
Dans le différend d’une goutte de fiel
Vas en paix, écoute mon cœur, fais-toi la belle
Nous avouerons un jour à d’autres
Qui nous fûmes avant que d’être
Sans profilage réellement racial
Comme un gonflement fatal
Avec mes larmes mesurées au mètre…
Déserte-moi, déserte-moi!
Éclipse-toi, éclipse-toi!!!