Suite au silence

Suite au silence  radieux

De nos espoirs catapultés

Notre amour de traverse

Ce désir sans adresse fixe

A rencontré le détour

Des besoins en manque de soins

En thérapie contre la charpie

De tes choix de pur désarroi

Qui font pourtant ici

La Loi

La Loi ma foie au dur recours

D’une maladie non pas de l’amour

Qu’est facile à confondre

Avec la tignasse de crasse

Avant que de la tondre

Sinon que de nous morfondre

À gueuler sur le boulevard

Que tous les autres se trompent

Tels des éléphants

Qui sans s’entendre en rendre compte

Partent au vent

Des éléphants roses ou verts

Qui parachutent dans le salon

Ou les cerfs volant

Dans la noire nuit

Du soliloque en pure bullshit

Qui en langue imaginaire

Va nous chier un hit

Heu, je voulus dire torcher

De passé simple

En présent décomposé

Pour des billes de bulles

De pus capable de te

Ne serait-ce que ressentir

Un gramme de paille d’avenir

Car quand le présent devient impossible

Il sera désormais difficile

De concevoir l’avenir comme

Cible…

 

 

 

Affaire d’état

L’écume aux lèvres
Nous brinquebalons
D’informations en pure mensonges
Nous sommes assénés de toute part

Perceptions troubles
Et la vue qui vorace
Avale les sons liés aux images
Sollicitant notre déconfiture

Appelés à réagir
Poussés vers le ravin
Qui signe nos pétitions
Et manifeste à coeur ouvert

Nous exprimer ou clamser
Dans le cri ineffable
D’une douleur à la couleur neutre
Comme réussir à devenir vieux

Parade permanente de revers
Intemporels bien plus que vivants
Au pied du mur maintenant
Reste à choisir soit nous grimpons

Soit nous y mettons le marteau
Le pic à glace et la fin de la grâce
Des heures désormais décomptées
Sur le calendrier eunneuque

De l’unique trame possible
Qui surfera l’eschaton
Malgré les crises et la baston
Armés de la foi en ce moignon

À la place des bras
Dont je me souviens à peine
Et la nature et sa composition
Dans le reflux de poussées assassines

Montrées à la devanture
Des premières pages inhumaines
Comme les trophées d’une guéguerre
Qui restera toujours à faire

Affaire d’état et tas de brindilles
Nos ossements mêlés à la poussière
Feront pour eux un feu de joie
Dont nous avons toujours été la proie.

danleMiel, 27 janvier 2013

Extended Minds: The Mental Fields Within & Beyond Our Brains, by Rupert Sheldrake, Ph.D.

PERCEPTION DE LA RÉALITÉ

Toute la réalité
All of reality
Est à l’intérieur de toi
Is inside of you

Le monde l’Univers, toi, moi
Nous sommes à l’intérieur de toi
Il y a le Créateur et il y a toi
All of reality is inside of you
The world, the universe, you, me
We are inside of you

There is the Creator
And there is you!

Il y a le Créateur
Et il y a toi!

There is the Creator
And there is you!

DanleMiel – Musique: Para Ad 2011

 

Dernier Train vers la Civilisation

Mais quand Iran-nous en guerre?
Malgré le fait que les sanctions

Exercées contre Téhéran
Ne soient seulement possibles que
Parce que l’Iran n’a pas la technologie
Nécéssaire pour raffiner son
Propre pétrole depuis hier
Il est officiel et tous les experts
Du G 20 le confirment
Qu’ils sont sur le point (ces extrémistes)
Tout juste de construire une bombe
Nucléaire rien de moins
Érigée droit vers vous
Dans votre salon devant la Télé

D’après Ne Tirez Plus!
Cela doit confirmer la nature quantique
De l’univers dans lequel le G20 sévit
Maintenant que tout est dit
N’attendez pas de boom
Cela sera dissimulé comme le vent
Accrochez vos tuques car
Il va bientôt venter faible
Tellement léger que quand le nuage
Aura fait neuf fois le tour carcérigénique
De la polanète la mort va ramper
Sous les sourdes plaintes lentes
Du monde bien ordinaire mais

Continuez à faire vos jeux
De la confiture aux farces plates
Car nous ne sommes qu’à l’automne
Et il reste encore du temps
Pour se garrocher vers l’Opiumistan
L’Arfsmackistan avant qu’on se tanne
De l’hiver noir qui soufflera
Dès le 14 Octobre du crash final
Comme une rumeur de réchauffement
Avec son lot de débiles à retardement

Rien à craindre toutefois
Car nous sommes ici au frais

Sous la présidence globale du changement
Ce sera cette année le Dobarama gratuit
Pour tous les biogénétiquement programmés
T’en fais pas petit bijou
Prends ta pilule pis dors bijou
Toé t’es déjà sauvée!

Avis à ceux qui n’ont plus d’organes
Nous sommes maintenant ouvertement
Prévenez vos lointains villages

Que nous sommes
on ne peut plus
Officiellement dans la mire
Des canons du Nouvel Ordre Mondial
Doparama et Obama sont passés
De l’ombre des États-Désunis
À la présidence lumineuse du Conseil
De votre insécurité globale
Pour ceux qui doutent encore
Envoyez vos ados manifester
Dans une université près de chez nous
Nous vous offrons des vacances

Comme nous aimons les slogans
Après la maternelle voyez-vous
Y’en auras pus de mécontentement
Un coup massivement vaccinés
Et sous antidéressepsychotiques dès 3 ans
Tous les enfants seront enfin heureux
Chétifs, les os replombés et souriants
Scotchés à nos écrans et à fond
Dans l’entraînement pour les concours
De disparition massive des peuples
Qui ne cadrent pas dans nos plans
Ou encore qui ont des ressources
Que nous ne pouvons siphonner
Sans devoir tous les décimer

J’espère que vous avez apprécié
Pittsburgh et le théâtre martial
Qui fût franchement épique
Nous à : Ne Tirez Plus!
Malgré les yeux qui encore nous piquent
Nous allons panser nos plaies
Et repenser nos plans
Pour se défaire de la queue
Du diable en habit d’un ange
Qui nous gigotte encore sur le dos
En attendant la prochaine vague de fond
Avant la montée du tsunami

Pose comment se distraire
De la patendémie et du crash total
Par les fournisseurs de sclérose
Faites-vous vacciner dès demain
À notre piqûre de pure miracle

Et utilisez votre bon cadeau
Du Ministère de la Défonce sur
Le nouveau simple de Céline Diotte:
Ne pensez plus à demain
Le dernier train passe cette nuit.

Verbe Aimer

Je fais de mal à personne
Depuis que je croise
Sa lumière égale
Le visage vers le large
Ma correction verse

Un peu de sel
Dans les plaies vives
Vers la loi Une

Je m’agenouille sous le joug
Du poids de la clarté
Qui pourtant coule
De source sûre
En un fleuve immuable
Tel un direct à la tempe
De la loi Une

Pas de pénurie en vue
À mesure que le vague gronde
Ce qui ne me tue pas m’améliore
Dans l’art de disparaitre vivant
Les messages sont plus denses
Il apparaît que je me suis créé
Pour revenir en son sein
En un geste d’aller en Paix
Dans la loi Une

Ma coercition toutefois allûme
Des feux traversant la nuit
Pour guider les organes
Qui commencent à senser
La lueur dorée d’une culbute
Se profiler dans l’air

L’ampleur de notre chute
On a beau expliquer cupides
Que l’utopie est tombée
De la selle d’un cheval fou
Abattu aux manquements
À la loi Une
Cela étranglera des rêves
Et des hivers à la pelle

Puisque l’on ne sait pas
Aimer les uns les autres
Reste plus qu’à agir
Pour la beauté du plan
Notre spirale vers le fond
Est sur le point de se lever
À la place du soleil
Dans le grand drapeau
Du ciel encore bleu
Et noir de peur frémissant
À la colère de Dieu
Par la seule force Créatrice
Du Verbe Aimer.

Lumière Créatrice

D’innommables loups

Soufflent sous nos portes

Partout les attentats ragent

À la surface du monde

Et la noirceur s’insinue

Par chaque craque


La fin du cycle tombera des nues

Dans le calme posé sur une plume

Que la révolution intérieure

Propose à ceux qui entendent

Et illumine à ceux qui voient


Elle ne sera pas télévisée

Cette révolution spirituelle

Qui déchirera les points

À relier entre nos coeurs

Pour nous recoudre

À notre véritable devoir


Nous retournons vers la perfection

En un tumulte au chaos strident

Car les créatures reviennent toutes

À l’or pur de la lumière Créatrice

Comme au jour de leur engendrement

Qu’elles en soient conscientes

Ou non…

N’y changera rien!