Couper les vivres à ses opposants: le gouvernement Trudeau inaugure la mise en place du crédit social, version WEF, dans les démocraties occidentales – bienvenue la Chine!

Julien G. – lecourrierdesstrateges.fr – mar., 22 fév. 2022

crédit social

Au Canada, face à la poursuite des blocages des manifestants à Ottawa contre les mesures sanitaires, le gouvernement de Justin Trudeau vient d’invoquer une loi d’exception permettant notamment de suspendre les comptes bancaires des manifestants. L’étau se resserre autour des gens épris de liberté. Trudeau dévoile son plan de aux yeux du monde entier, nous entrons maintenant dans la phase du système de crédit social à la chinoise. L’élève de Davos inaugure cet esclavage moderne et montre la voie à tous ses amis dirigeants occidentaux, infusés au WEF.

Trudeau opprime son peuple en lui coupant les vivres

Le 14 février 2022, la vice-première ministre et ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland, a annoncé que le financement participatif pour les Canadiens qui manifestent pour la liberté sera considéré comme un financement du terrorisme. Deux jours plus tard, cinq grandes banques canadiennes se sont déconnectées, empêchant un certain nombre de clients d’utiliser les différents services bancaires. En invoquant la loi d’urgence et son ordonnance de saisie des comptes bancaires, Trudeau a déclenché une «bank run » (panique bancaire) au Canada.

Le gouvernement canadien vient de donner tous les pouvoirs aux banques, qui pourront agir comme bon leur semble et fermer un compte en banque sur un simple doute. Ces institutions pourront procéder, après avoir obtenu de l’information de la police, sans craindre les poursuites judiciaires. Elles devront également signaler ces personnes à la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et au Service canadien du renseignement de sécurité.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a affirmé, samedi 19 février, que les pouvoirs octroyés par la loi ont permis le gel de 76 comptes bancaires représentant 3,2 millions $.

La justification de cette folie tient dans un document bâclé et arraché à des médias favorables à Trudeau. Or la base de certaines des mesures les plus controversées ne repose que sur rien de plus que les reportages de la CBC. Aucun rapport ministériel ne sous-tend cette évaluation ni aucun renseignement du GRC. Rien d’autre qu’un reportage monté par trois reporters de la CBC. Trudeau et sa clique confient, donc, leurs briefings sur la sécurité à la CBC.

« Nous avons maintenant les outils pour suivre l’argent. Nous pouvons voir ce qui se passe et ce qui est prévu en temps réel, et nous sommes absolument déterminés à ce que cela cesse maintenant et pour de bon », a déclaré Freeland, la ministre des Finances.

Plus inquiétant, Freeland a annoncé qu’elle prévoyait de rendre permanentes certaines des mesures d’urgence. Le gouvernement a également l’intention de présenter une nouvelle législation pour conférer de nouveaux pouvoirs à CANAFE.

« Nous avons utilisé tous les outils dont nous disposions avant l’invocation de la loi sur les urgences et nous avons déterminé que nous avions besoin d’outils supplémentaires », a annoncé Freeland dans une interview sur Zoom.

«Certains de ces outils, nous proposerons des mesures pour mettre ces outils en place de façon permanente. Les pouvoirs de CANAFE, je crois, doivent être élargis pour couvrir les plateformes de crowdsourcing et les plateformes de paiement. »

Les mesures d’urgence (anciennement: Loi sur les mesures de guerre) invoquées par Justin Trudeau sont donc là pour rester.

Jeudi 16 février, l’ordre de mise en liste noire de 34 « wallets » contenant des cryptomonnaies liés au Freedom Convoy devenait effectif. Sachant que ces portefeuilles ont reçu au total une enveloppe de 1,4 million de dollars de la part de sympathisants.

Pour le PDG de Kraken et pro-mouvement Freedom Convoy, Jesse Powel, l’heure est à l’adoption d’une autre alternative, il a exhorté les utilisateurs à retirer leurs coins et leur argent investi dans des exchanges centralisés.

Il est fort probable que cette ruée sur les banques canadiennes ne puisse pas survenir dans un futur proche. Mais les récentes saisies effectuées par le gouvernement local ont mis en évidence la nécessité d’un système monétaire décentralisé. Raison pour laquelle, tous les acteurs de la cryptosphère considèrent les transactions peer-to-peer de bitcoin ou d’éthereum comme un dernier rempart.

Quelques jours après cette intervention comminatoire, le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a déclaré que l’utilisation de la loi la plus puissante du Canada était « injustifiée dans les circonstances », un « excès », une violation de la procédure régulière et « une intrusion dans la compétence provinciale ».

Les dispositions bancaires de cette loi étaient, selon Kenney, « conçues pour interrompre le financement du terrorisme », maintenant, selon le premier ministre, le gouvernement Trudeau utilise plutôt ces dispositions pour harceler « les personnes dont il n’est pas d’accord avec les opinions ».

La députée républicaine du Nouveau-Mexique, Yvette Herrell, a proposé d’offrir l’asile politique aux manifestants d’Ottawa qui se font déloger de la capitale fédérale canadienne.

« La censure de l’argent est quelque chose que nous voyons dans un pays autoritaire, pas un comme le Canada », a déclaré Philippe Jette, consultant senior au Fonds Rivemont Crypto. « Quelle que soit mon opinion sur les manifestations, le gel des comptes pour des raisons politiques est une grande, grande pente glissante. »

Justin Trudeau sort de son terrier avec une idée digne de la firme de consultants McKinsey.L’idée est carrément dictatoriale : geler les comptes bancaires des manifestants c’est empêcher un chauffeur d’acheter des médicaments, de la nourriture, de payer le chauffage en plein hiver. Bienvenu dans le crédit social version Great Reset.

trudeau schwab

Quand l’élève de Davos inaugure le plan mondial du « maître » Schwab

Pour ceux qui aspirent à la fin des restrictions liées à la pandémie, les programmes d’accréditation certifiant leur vaccination contre le Covid-19 ont été présentés comme la clé de la réouverture de l’économie et de la restauration de leur liberté personnelle. Mais la mise en place des passeports immunitaires inaugure et accélère, également l’établissement d’une infrastructure mondiale d’identité numérique.

Pour les oligarques des institutions néolibérales telles que le Forum économique mondial (WEF) de Klaus Schwab, la numérisation des passeports sanitaires représente un outil essentiel dans une transformation économique et politique plus profonde.

Comme l’a récemment déclaré la société de surveillance militaire et le contractant de l’OTAN Thales, , les passeports vaccinaux « sont le précurseur des portefeuilles d’identification numérique ».

Pour beaucoup d’États occidentaux, les passeports vaccinaux numériques promettent un contrôle sans précédent sur les populations partout où de tels systèmes sont mis en œuvre.

Citons Ann Cavoukian, l’ancienne commissaire à la protection de la vie privée de l’Ontario, au Canada, qui a décrit le système de passeport vaccinal (déjà actif dans sa province) comme « un nouveau réseau de surveillance inéluctable où les données de géolocalisation sont suivies partout. »

Aujourd’hui, alors que beaucoup proteste contre le régime d’exclusion des passeports vaccinaux, les leaders du capitalisme mondial font campagne, avec plus d’urgence que jamais, pour introduire l’identification numérique en Occident où les systèmes d’identification et de monnaie numérique ont déjà permis l’extraction de profits incroyables.

Le programme d’identité numérique du WEF jette les bases d’un système mondial de crédit social qui leur donnera le pouvoir de contrôler les citoyens et de punir ceux qu’ils jugent « indignes de confiance ».

En février 2022, le Forum économique mondial (WEF) de Klaus Schwab a publié un nouveau rapport , « Advancing Digital Agency: The Power of Data Intermediaries », qui expose les plans pour la création de la quatrième révolution industrielle, une fusion du « physique, monde numérique et biologique. »

Ces mondialistes, non élus, du WEF ont capitalisé sur le Covid et utilisent les « passeports vaccinaux » pour jeter les bases d’une adoption généralisée de l’identité numérique, qui n’est qu’une partie de plus de la grande réinitialisation en action. Un tel outil peut être utilisé, entre autres, pour accéder à vos traitements d’assurance maladie, surveiller les appareils de santé et vos téléphones, ouvrir un compte bancaire et effectuer des transactions financières.

Les banques pourront prendre en compte le comportement social d’un individu, à la fois en ligne et hors ligne, dans le processus de crédit. C’est ce qu’on appelle « l’Alternative Credit Scoring », qui exploite les mégadonnées pour analyser, non seulement, les antécédents financiers, mais aussi les comportements sociaux. In fine, ce type de système tend à introduire un système de crédit social, comme le Parti communiste chinois (PCC), où l’accès aux biens et services est basé sur le comportement social d’une personne.

La réunion virtuelle du Forum économique mondial (WEF), qui s’est déroulée du 25 au 29 janvier 2021, avait ajouté« l’Alternative Credit Scoring » à son ordre du jour. La cote de crédit traditionnelle analyse le comportement financier d’un individu et tiendra également compte du comportement social d’un individu.

Trudeau est donc un « pionnier » sur la mise en pratique, dans une démocratie occidentale, des théories prophétisées par son « maître » Schwab. D’ailleurs, au Parlement à Ottawa, le député, Colin Carrie a, récemment, posé une question sur l’influence et l’infiltration possible du Forum économique mondial de Klaus Schwab dans le gouvernement canadien (il a été coupé sous prétexte qu’on ne l’entendait pas bien).

Il va être intéressant de voir comment la situation évolue au canada, car, en France, les capacités de résilience de la population française ont été poussées jusqu’à l’extrême. En 2 ans, au gré de la gestion de la crise sanitaire, notre pays s’est progressivement inscrit dans un mimétisme inquiétant des modalités de gestion de la population de la gouvernance chinoise, à croire que la Chine pourrait être un référent acceptable pour nos sociétés d’un monde prétendument libre.

A ce titre et pour bien comprendre la manœuvre qui se prépare, il faut relier cela avec l’identité numérique européenne, promu avec instance par Ursula Von Der Leyen, qui vise à détruire définitivement les États-nations et la résistance opiniâtre. L’euro numérique permettrait ainsi de bloquer automatiquement et à distance ceux qui achètent trop d’essence, consomment trop d’électricité … ou refuse la dictature vaccinale (comme au Canada).

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.